Sécurité: Les PME offraient la plus faible résistance aux pirates en 2012

Selon un rapport de sécurité de Symantec, 50 % des attaques ciblées en 2012 auraient visé des entreprises comptant moins de 2 500 employés*, rapporte IT Business.Illustration du concept de la sécurité de l'information

Selon l’édition 2013 du rapport Internet Security Threat Report du fournisseur de solutions de sécurité Symantec, c’est le groupe des entreprises de moins de 2 500 employés qui aurait fait l’objet de la plus forte croissance d’année en année du nombre d’attaques ciblées en 2012.

« Cette année nous avons observé un changement dans les techniques utilisées par les pirates en vue d’une étendue de leur attention vers les PME, qui jouent un rôle crucial dans la chaîne d’approvisionnement. Avant les pirates attaquaient les grandes entreprises, mais maintenant ils visent “plus bas” », déclare Liam Murchu, directeur des activités de réponse en sécurité pour l’Amérique du Nord chez Symantec.

L’article souligne que les PME se croient invulnérables aux attaques ciblées et sophistiquées qui visent des gains financiers, mais ces entreprises ont des données de clients, de la propriété intellectuelle et de l’argent au même titre que les grandes entreprises. L’article fournit aussi quelques étapes que les PME peuvent suivre pour améliorer leur sécurité, dont la première consiste en une sensibilisation au sein de l’organisation.

Lire l’article SMBs are path of least resistance for hackers: Symantec du journaliste Jeff Jedras dans le portail IT Business, une publication soeur de Direction informatique.

* Soulignons que le fournisseur Symantec utilise un nombre plus élevé d’employés pour la définition d’une PME dans son rapport que le nombre d’employés qui est utilisé pour une telle définition au Québec ou au Canada. Dans l’encyclopédie libre Wikipédia, en référant à une définition d’Industrie Canada, on indique qu’une PME au Canada est un « établissement qui emploie en moyenne moins de 500 personnes. »

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Une escouade numérique pour aider les PME dans leur transformation

Le Réseau des CCTT - Synchronex lance une nouvelle plateforme nommée « Mon succès numérique » et invite les PME et les organismes de partout au Québec à se propulser vers l'avenir. 

Le programme NUMERIA du CRIM : Propulser l’intelligence artificielle dans les PME du Québec

En partenariat avec Prompt, qui développe et finance des partenariats de recherche et d’innovation dans tous les secteurs des technologies de l’information, du numérique, de l’intelligence artificielle et de la microélectronique, le Centre de Recherche Informatique de Montréal (CRIM) lançait récemment son programme NUMERIA pour aider les organisations et les PME dans la mise en œuvre d’un premier projet en intelligence artificielle (IA).

L’analyse continue est la clé pour assurer la sécurité des PME, selon un rapport

L'objectif de la mise en œuvre de la vérification systématique trouve son chemin dans les environnements des petites et moyennes entreprises (PME), et une étape vitale implique la mise en œuvre d'une analyse continue des vulnérabilités, révèle un rapport publié cette semaine.

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.