Sécurité en ligne : des entreprises flairent une dépendance aux systèmes TI

Une étude affirme que 61 % des sociétés ouvertes qui forment l’indice boursier principal de la bourse de Toronto reconnaissent que la sécurité en ligne représente un risque pour leurs activités.Illustration du concept de sécurité et d'un écran tactile

L’Autorité des marchés du Québec (AMF) affirme avoir réalisé un examen des incidents liés la sécurité en ligne et de l’information au sujet des risques, en collaboration avec les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM), dont la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario.

Parmi les conclusions de cet examen, publiées dans l’Avis multilatéral 51-347, l’AMF souligne que 61 % des sociétés ouvertes dont les actions boursières sont inscrites à l’indice composé S&P/TSX (qui est l’indice boursier principal de la bourse de Toronto) « reconnaissent que la cybersécurité représente un risque important pour leurs activités ».

De plus, « les émetteurs d’une grande diversité de secteurs ont indiqué de manière générale que leur dépendance envers les systèmes de technologies de l’information (TI) les rendait vulnérables aux atteintes à la sécurité en ligne ».

D’autre part, toujours selon des émetteurs, « les perturbations attribuables aux incidents en ligne peuvent avoir des répercussions négatives sur leurs activités, leurs résultats d’exploitation et leur situation financière ».

Les ACVM mentionnent utiliser les conclusions de tels examens pour élaborer leurs « attentes quant à l’information que devraient fournir les émetteurs assujettis » aux investisseurs, par exemple au sujet des facteurs de risque et de la déclaration d’incidents.

« Les émetteurs sont de plus en plus tributaires des TI », soutiennent les ACVM, ajoutant que « les attaques en ligne gagnent [ainsi] en fréquence et en complexité ».

Les ACVM se présentent comme étant le « conseil composé des autorités provinciales et territoriales en valeurs mobilières du Canada », et indiquent « coordonner et harmoniser la réglementation des marchés des capitaux au Canada ».

Lire aussi :

Neuf composantes d’une équipe de rêve en sécurité

Cybersécurité : quatre mauvaises attitudes des entreprises

Cinq raisons pour se préparer à un audit informatique

Articles connexes

Signalements de tentatives de fraude impliquant des cryptoactifs en hausse

L’Autorité des marchés financiers du Québec affirme avoir reçu en 2021 neuf fois plus de signalements de tentatives de fraude impliquant des cryptoactifs qu’en 2020.

Fraudes liées aux cryptoactifs pointées par les ACVM

Des sites Web frauduleux sollicitent les gens pour qu’ils investissent dans des cryptoactifs, dans des options binaires, ainsi que sur le marché des changes, préviennent les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM).

L’AMF se penche sur l’IA dans l’industrie financière

Les institutions financières qui proposent des produits et services financiers basés sur des systèmes d’intelligence artificielle doivent se tenir prêtes à faire face à des risques éthiques, juridiques et pour leur réputation, rappelle l’AMF.

Technologies financières : création de la Chaire de recherche AMF-Finance Montréal

Finance Montréal et l’Autorité des marchés financiers lancent une initiative de recherche en technologie financière à l’Université du Québec à Montréal.

Cryptomonnaies : mise en garde de l’Autorité des marchés financiers

L’Autorité des marchés financiers publie une mise en garde...