Rogers Unisson ouvert à toutes les entreprises

Rogers Communications étend son système de communication unifiée Unisson à toutes les entreprises et aux organismes du secteur public. Lancé en juillet auprès des petites entreprises, Unisson est donc désormais accessible à tous les employés.Logo de Rogers Communications

Opter pour Unisson permettrait aux clients d’affaires de Rogers de faire des économies et de gagner en productivité. Leurs employés peuvent accéder aux fonctions d’un système téléphonique traditionnel depuis un téléphone mobile, un ordinateur portable ou encore une tablette, grâce à un seul numéro de téléphone.

Il est possible de passer d’un appareil à l’autre, tout en ne payant qu’une seule ligne de téléphonique. Aucune application mobile ni aucun logiciel ne serait nécessaire.

« Quand on observe sur la manière dont nos grandes entreprises clientes travaillent et les défis auxquels elles sont confrontées, on voit que beaucoup d’entre elles regardent comment elles peuvent transformer leur façon de travailler pour être plus efficaces, gagner en productivité et améliorer l’engagement de leurs clients, a expliqué à IT World Canada, Matthew Leppanen, directeur général pour les communications unifiées chez Rogers. Elles ont déjà largement investi dans la technologie mobile alors ce que nous pouvons faire, c’est exploiter cet investissement au maximum tout en modernisant leur technologie. »

Lire aussi :

Fresche et Rogers enrichissent leurs offres

Valeur des communications unifiées : sept avantages en chiffres

Communications unifiées : modalités de travail souples et accès permanent

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.

Fusion Shaw-Rogers : les derniers développements

Après de nombreux déboires dans la foulée de l’annonce de l’intention du géant des télécommunication Rogers d’acquérir pour 26 milliards de dollars son compétiteur Shaw en mars 2021, le dénouement tant attendu – un jugement du tribunal de la concurrence – est finalement arrivé le 29 décembre alors que ce dernier rejetait les arguments du bureau de la concurrence qui tentait de bloquer la fusion des deux géants.