Rogers, Shaw et Québecor signent une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile 

À la suite d’une entente annoncée 17 juin dernier, Rogers Communications, Shaw Communications et Québecor annoncent aujourd’hui avoir conclu une entente définitive concernant la vente de Freedom Mobile à Vidéotron, une filiale de Québecor, sous réserve des approbations réglementaires et de la finalisation de la fusion de Shaw et Rogers, annoncée le 15 mars 2021.

L’acquisition de Freedom Mobile par Québecor fera émerger un solide fournisseur canadien de services sans fil qui pourra offrir des services concurrentiels de haute qualité, y compris la connectivité 5G partout au Canada, a déclaré Québecor dans un communiqué.

Les parties affirment être convaincues que la transaction Freedom est la meilleure option pour qu’émerge un solide quatrième fournisseur canadien de services sans fil et pour répondre aux préoccupations soulevées par le commissaire de la concurrence et le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie concernant la transaction Rogers-Shaw. Ensemble, grâce à cette entente, Vidéotron et Freedom seront avantageusement positionnées pour proposer, à l’échelle canadienne, une offre solide et compétitive de technologie 5G misant sur le spectre de la bande 3 500 MHz de Vidéotron. Les parties estiment par conséquent que la transaction Rogers-Shaw devrait maintenant être approuvée.

L’entente définitive annoncée aujourd’hui est, pour l’essentiel, conforme aux modalités annoncées le 17 juin 2022.

« Nous sommes très heureux de cette entente, et nous avons hâte de poursuivre le développement des actifs de Freedom », a déclaré Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor par voie de communiqué. « Nous avons démontré que nous sommes le meilleur joueur pour créer une véritable concurrence et perturber le marché. Notre vaste expérience dans le secteur, conjuguée à la grande empreinte canadienne de Freedom, nous permettra d’offrir plus de choix, un meilleur rapport qualité-prix et une accessibilité accrue aux consommatrices et aux consommateurs de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de l’Ontario, grâce à des forfaits multiservices à prix réduit et à des produits innovants. »

De son côté, Tony Staffieri, président et chef de la direction de Rogers a déclaré que « Cette entente avec Québecor nous rapproche de la conclusion de la fusion avec Shaw. Nous croyons fermement que la vente de Freedom à Québecor répond aux préoccupations soulevées par le commissaire de la concurrence et par le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. Nous attendons maintenant les approbations réglementaires requises pour compléter notre fusion avec Shaw afin que nous puissions commencer à proposer ses importants avantages à long terme aux consommateurs et aux entreprises canadiens, dont une fiabilité améliorée du réseau. »

Bien que l’entente soit définitive, elle est néanmoins conditionnelle, entre autres, à l’autorisation en vertu de la Loi sur la concurrence et à l’approbation du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. Elle est également conditionnelle à la conclusion de la fusion de Rogers et Shaw et serait complétée pratiquement au même moment que la conclusion de celle-ci. Tel qu’annoncé plus tôt, Rogers, Shaw et le Shaw Family Living Trust se sont entendus pour repousser la date limite de la transaction Rogers-Shaw au 31 décembre 2022.

La transaction qui prévoit la fusion de Shaw avec Rogers, a déjà été approuvée par les actionnaires de Shaw, la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta et le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, et demeure soumise à l’examen du Tribunal de la concurrence et l’approbation du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. 

Le commissaire de la concurrence a déposé une demande auprès du Tribunal de la concurrence afin d’obtenir une ordonnance empêchant les parties d’aller de l’avant avec la transaction Rogers-Shaw, et la clôture de la transaction Rogers-Shaw est conditionnelle soit à une entente avec le commissaire de la concurrence ou à une décision du Tribunal de la concurrence qui énonce des conditions permettant la finalisation de la transaction.

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

Québécor acquiert des licenses de spectre au Manitoba et au Québec

Poursuivant leur expansion au Canada, Québecor et sa filiale Vidéotron viennent d’investir près de 10 millions de dollars pour l'acquisition de nouvelles licences de spectre au Manitoba dans la bande de 600 MHz et au Québec dans la bande de 3 500 MHz.

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.