Rogers et Shaw en médiation avec le Bureau de la concurrence

Rogers et Shaw ont entamé le processus de médiation avec le Bureau de la concurrence du Canada pour tenter de faire avancer la fusion entre deux des plus grands opérateurs de réseau au Canada.

Rogers a annoncé pour la première fois qu’elle avait l’intention d’ acheter Shaw pour 26 milliards de dollars canadiens en mars 2021. L’accord, qui devait initialement être conclu au cours du premier semestre de 2022, a subi de nombreux retards alors que les régulateurs canadiens examinaient ses effets sur la concurrence.

Afin d’obtenir le feu vert des régulateurs, Rogers et Shaw ont dû trouver un acheteur approprié pour Freedom Mobile, la filiale de Shaw. Ils ont finalement accepté une offre de 2,85 milliards de dollars canadiens de Quebecor, propriétaire de Vidéotron au Québec.

« Vidéotron (Québecor) n’était pas le premier choix de Rogers/Shaw tel qu’indiqué dans les documents du Tribunal de la concurrence. C’était très probablement Xplornet », a écrit le consultant en télécommunications Mark Goldberg dans une déclaration par courriel à IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Bien que Freedom Mobile ait trouvé un acheteur qui pourrait satisfaire le Bureau de la concurrence du Canada, Reuters a signalé que Shaw pourrait désormais également devoir trouver un nouveau propriétaire pour sa division Shaw Mobile , un service mobile abordable exclusif à l’Alberta et à la Colombie-Britannique lancé en juillet 2020. Le service utilise Le réseau LTE de Shaw en conjonction avec le Wi-Fi pour transférer des données.

Globalive, une société canadienne de capital-investissement fondée par Anthony Lacavera, avait précédemment proposé d’acheter Freedom Mobile pour 3,75 milliards de dollars canadiens. Lacavera était le fondateur de Wind Mobile, qui avait été vendu à Shaw et rebaptisé Freedom Mobile en 2016.

Lacavera a appelé les régulateurs à bloquer la vente de Freedom Mobile à Quebecor, a rapporté le Globe and Mail. Globalive a réitéré son engagement à investir dans les réseaux de Freedom s’il est choisi comme acheteur. Mais Goldberg a déclaré que les régulateurs ont peut-être remis en question l’histoire de l’entreprise.

« Globalive n’a pas vraiment d’antécédents de compétition réussie. Il a perdu de l’argent et a vendu Wind », a écrit Goldberg. « Je soupçonne que les autorités gouvernementales considéreraient son plan d’affaires comme visant une sortie, plutôt que de construire une entreprise durable. »

L’article original (en anglais) est disponible sur le site IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Rogers et Shaw s’entendent pour céder Freedom Mobile à Québecor

Le Bureau de la concurrence conclut une entente avec Rogers et Shaw

Le CRTC accepte de laisser Rogers acheter les services de diffusion de Shaw

Traduction et adaptation française par Renaud Larue-Langlois.

Tom Li
Tom Li
Les télécommunications et le matériel grand public sont les principaux sujets couverts par Tom chez IT World Canada. Il aime parler de l'infrastructure de réseau du Canada, des produits semi-conducteurs et, bien sûr, de tout ce qui est nouveau dans le domaine des technologies grand public. Vous le verrez aussi occasionnellement signer des articles sur les actualités liées à l'infonuagique, à la sécurité et au logiciel en tant que service. Si vous êtes prêt pour une longue discussion sur les nuances de chacun des secteurs ci-dessus ou si vous avez un produit à venir que les gens vont adorer, n'hésitez pas à lui envoyer un message à [email protected]

Articles connexes

La date limite pour la fusion Rogers-Shaw reportée au 17 février

Rogers, Shaw et Québecor ont annoncé ce matin dans une déclaration conjointe que la date limite pour finaliser le projet de fusion Rogers - Shaw et la vente de Freedom Mobile à Québecor a été reportée au 17 février, en attendant l'approbation du ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne.

La Cour fédérale rejette l’appel du Bureau de la concurrence pour bloquer la fusion Rogers-Shaw

Le Bureau de la concurrence n'a pas réussi à convaincre la Cour d'appel fédérale que la décision du Tribunal de la concurrence en faveur de la fusion Rogers-Shaw était juridiquement erronée ou que cette dernière entraînerait une diminution de la concurrence.

Le Bureau de la concurrence dépose un appel mis à jour et cite des erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la...

Selon un reportage du Globe and Mail, le Bureau de la concurrence a déposé un appel mis à jour auprès de la Cour d'appel fédérale vendredi, alléguant deux autres erreurs de droit dans la décision du Tribunal de la concurrence d'approuver le rachat de Shaw par Rogers pour 26 milliards de dollars canadiens.

TekSavvy exhorte le ministre Champagne à bloquer la fusion Rogers-Shaw et à refuser l’offre de Vidéotron pour Freedom Mobile

Le fournisseur de service Internet (FSI) indépendant Teksavvy de Chatham, en Ontario, a demandé aujourd'hui au ministre de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie du Canada, François-Philippe Champagne, de bloquer la fusion de 26 milliards de dollars proposée en refusant le transfert des licences de spectre sans fil de Shaw ainsi que l'acquisition de Freedom Mobile par Vidéotron.

Fusion Shaw-Rogers : les derniers développements

Après de nombreux déboires dans la foulée de l’annonce de l’intention du géant des télécommunication Rogers d’acquérir pour 26 milliards de dollars son compétiteur Shaw en mars 2021, le dénouement tant attendu – un jugement du tribunal de la concurrence – est finalement arrivé le 29 décembre alors que ce dernier rejetait les arguments du bureau de la concurrence qui tentait de bloquer la fusion des deux géants.