Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

L’accord devait initialement être conclu fin juillet. Mais après la panne nationale qui a mis hors ligne l’ensemble du réseau de Rogers le 8 juillet, le géant des télécommunications doit maintenant verser environ 150 millions de dollars canadiens en compensation à ses clients, ainsi qu’investir massivement pour séparer son trafic de données filaire et sans fil.

Mais même la tuile inattendue que constituait la panne, la viabilité de la fusion Rogers-Shaw était toujours en suspens. Bien qu’il ait été approuvé par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), le Bureau de la concurrence du Canada cherche à bloquer l’accord. Rogers et Shaw ont tenté sans succès de poursuivre les pourparlers lors d’une récente médiation avec le bureau. De plus, l’accord doit obtenir le feu vert d’Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE), qui supervise les licences de spectre radio.

Pourtant, Rogers et Shaw demeurent optimistes quant à la conclusion d’un accord. Les entreprises ont déjà convenu de céder Freedom Mobile, peut-être le plus gros point de friction de l’accord, à Quebecor pour 2,85 milliards de dollars. Avec cet obstacle en grande partie franchi, les régulateurs peuvent s’occuper d’autres questions en suspens dans la fusion.

Dans son rapport financier du second trimestre, Rogers a annoncé 122 000 nouveaux abonnés à son réseau de téléphonie mobile, en hausse de 62 000 par rapport à l’année dernière. Son chiffre d’affaires au deuxième trimestre s’élevait à 3,86 milliards de dollars canadiens, soit une augmentation de 8 % par rapport au même trimestre l’an dernier.

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, a déclaré que la société s’était engagée à accroître la fiabilité de son réseau. En plus de séparer le trafic sans fil et filaire, des mesures supplémentaires comprennent un meilleur partitionnement du réseau, la modification des procédures de mise à niveau du réseau et « la mise en œuvre d’une méthode à sécurité intégrée pour garantir que les communications pour les services d’urgence et essentiels fonctionnent en permanence, quel que soit le transporteur ».

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Articles connexes

20,5 M$ du CRTC pour l’accès aux services sans fil mobiles et Internet au Manitoba, au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) annonce aujourd’hui dix projets recevront en tout jusqu'à 20,5 millions de dollars en financement dans le cadre du Fonds pour la large bande.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.

Les différences entre les fournisseurs ont contribué à la panne de Rogers, selon son directeur technologique

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, a comparu hier aux côtés de Ron McKenzie, le nouveau directeur technologique de l'entreprise, devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes pour répondre aux questions des parlementaires concernant la panne du réseau de l'entreprise qui a touché des millions de Canadiens le 8 juillet.