RGPD : blocages et plaintes dès le premier jour

Vendredi, le Règlement général sur la protection des données (RGPD), adopté par l’Union européenne, est entré en vigueur.Union européenne

Ce règlement s’applique à tous les sites internet qui comptent des utilisateurs en Europe, même si les entreprises qui les exploitent sont basées ailleurs dans le monde. Bien que ces dernières aient eu deux ans pour se préparer à la mise en place de ce règlement qui vise à protéger les données personnelles des résidents européens, de nombreuses entreprises n’étaient pas prêtes vendredi.

Des médias américains comme le Chicago Tribune et le Los Angeles Times ont préféré barrer l’accès à leur site aux internautes européens. Rappelons que les entreprises qui ne respectent pas le RGPD risquent des amendes qui peuvent représenter jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires annuel.

Dès vendredi, des plaintes ont été déposées en Europe. Le média américain Fortune a rapporté que le groupe à but non lucratif NOYB (acronyme pour My Privacy is none of your Business), fondé par l’avocat autrichien Max Schrems et connu pour s’être déjà opposé avec succès à Facebook, avait déposé des plaintes à l’encontre de Facebook, Google, WhatsApp et Instagram.

Dans un communiqué, NOYB a déclaré que des utilisateurs de Facebook ont vu leur compte être bloqué après avoir refusé de donner leur consentement à l’utilisation de leurs données. Selon l’organisme, il s’agit de « consentement forcé » qui est « en violation » du RGPD.

Lire aussi :

Le RGPD profitera-t-il aux géants des TI?

Données : entrée en vigueur du règlement européen

TI : le Canada suscite l’intérêt des Belges

Protection des données : un an pour se conformer à l’Union européenne

Articles connexes

Balado Hashtag Tendances, 26 janvier 2023 — Poursuites contre Google et Twitter, des médicaments à 5 $ et Windows 10 plus disponible

Cette semaine : Les États-Unis poursuivent Google, Twitter poursuivie pour non-paiement du loyer, des médicaments illimités pour 5 dollars et la fin des ventes de Windows 10.

Google supprime 12 000 emplois

Sundar Pichai, directeur général d'Alphabet, la société mère de Google, a annoncé dans un communiqué et dans un courriel au personnel concerné basé aux États-Unis, que l'entreprise supprimerait environ 12 000 emplois, soit 6 % de ses effectifs.

Balado Hashtag Tendances, 5 janvier 2023 — Recherches vidéo Google, TikTok espionne la presse, ChatGPT inquiète Google et des drones Amazon

Cette semaine : Des recherches Google dans les vidéos, TikTok aurait accédé aux données de journalistes, ChatGPT sonne l’alerte chez Google et des livraisons Amazon par drone.

Meta devra payer 725 M$ aux utilisateurs américains de Facebook suite au scandale de Cambridge Analytica

Les retombées du scandale Cambridge Analytica de 2018 continuent d’accabler Facebook et sa société mère, Meta Platforms.

Un hôpital pour enfants de Toronto confirme avoir été frappé par un rançongiciel

Dans une déclaration en ligne aujourd'hui, l'hôpital a déclaré qu'il prévoyait qu'il ne faudrait que quelques semaines avant que tous les systèmes fonctionnent normalement. Il n'y a aucune preuve à ce jour que les renseignements personnels généraux ou sur la santé aient été touchés.