Revenus volatiles pour D-Box

Le marché du divertissement est favorable au développement de D-Box alors que cinq productions, présentées en salle par l’entreprise, ont atteint les sommets du box-office nord-américain.

Logo de Technologies D-BoxPar ailleurs, les revenus produits lors du premier trimestre 2013 par Technologies D-Box sont légèrement en retrait par rapport à la même période l’année dernière, passant de 3,57 millions de dollars à 3,5 millions de dollars, soit une baisse de 1,9 %.

Technologies D-Box, une entreprise de Longueuil qui commercialise des systèmes de reproduction des mouvements pour les industries du cinéma, du jeu vidéo et de la santé, profite d’une vague de hausse de 130 % de revenus du marché du divertissement. Les revenus sont générés à partir des droits d’utilisation, de la location et de la maintenance des produits offerts par D-Box.

Pour le premier trimestre de son année financière 2013, les revenus de D-Box provenaient à hauteur de 40 % (soit 1,4 million de dollars) du marché industriel et à hauteur de 54 % (soit 1,9 million de dollars) du marché du divertissement. Les ventes de systèmes pour le divertissement à domicile ne représentent que 6 % des revenus (soit 211 000 dollars), une chute de près de 50 % par rapport au premier trimestre de l’année financière 2012.

 Une croissance contrôlée

« Nos résultats financiers reflètent les efforts de développement des affaires déployés au cours des derniers trimestres pour assurer une croissance de nos revenus tout en exerçant un contrôle serré de nos frais d’exploitation. Considérant ces résultats, nous continuons à gérer nos opérations afin d’améliorer notre rentabilité », déclare Claude Mc Master, le président et chef de la direction de D-Box, dans un communiqué.

Technologies D-Box continue son déploiement auprès des chaînes de cinéma internationales. Avec des clients nord-américains tels que Cinemark, la troisième plus importante chaîne américaine qui se développe en Amérique du Sud et Cineplex, la cinquième chaîne en importance en Amérique du Nord, D-Box anticipe une hausse, quoique volatile, de ses revenus au courant des prochains trimestres de son année financière 2013.

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Les ventes pair-à-pair sont imposables, rappelle l’ARC

Les revenus tirés de ventes de pair-à-pair par l’entremise de plateformes numériques, de sites web, de marchés en ligne et d’applications mobiles font partie des revenus à déclarer, affirme l’ARC.

Les revenus de minage de cryptomonnaie sont assujettis à l’impôt, rappelle l’ARC

Les revenus et gains en capital d’opérations de minage de cryptomonnaie doivent être déclarés et imposés, selon l’Agence du revenu du Canada (ARC).

D-Box et Razer exposent le fruit de leur partenariat au CES

Technologies D-Box et Razer ont présenté, dans le cadre du salon commercial CES 2022 à Las Vegas, un prototype de fauteuil de jeu vidéo et divertissement sur écran conçu pour Razer à partir de la technologie de D-Box.

Hausse des redevances tirées des utilisations numériques de la musique

Les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, ainsi que les artistes visuels, qui sont membres de la SOCAN, ont obtenu en moyenne des redevances de 54 dollars tirées de sources de revenus numériques en 2018, selon la SOCAN.

FedEx Express largue Amazon pour élargir ses horizons

FedEx n'a pas renouvelé un contrat de sa division FedEx Express avec Amazon en matière de livraisons aux États-Unis, pour lui permettre de ne pas passer à côté d'opportunités du marché élargi du commerce électronique.