Revenus et perte nette en hausse chez D-Box

Technologies D-Box, de Longueuil, a vu sa perte nette progresser au troisième trimestre terminé le 31 décembre, malgré une hausse de 33 % de ses revenus.

Pour le trimestre, la société a vu sa perte nette atteindre 1,96 million de dollars (1,2 cent par action), elle qui était de 1,84 million de dollars (1,4 cent par action) à la période correspondante il y a un an.

Le fait que la perte par action ait diminué signifie qu’il y avait davantage d’actions en circulation au 31 décembre 2011 qu’à la même date un an plus tôt.

Les revenus ont quant à eux progressé à 1,81 million de dollars, comparativement à 1,37 million de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Au 31 décembre, D-Box disposait de trésorerie et d’équivalents de trésorerie d’une valeur de 11 millions de dollars et d’inventaires totalisant 5,5 millions de dollars.

Perspectives

Au cours des prochains mois, D-Box dit vouloir prioriser deux axes majeurs de développement, soit le cinéma en salle et la clientèle des équipementiers d’origine.

À court terme, la société estime toutefois que le segment du cinéma en salle offre des perspectives plus intéressantes.

À l’échelle mondiale, D-Box veut élargir son offre auprès de chaînes de cinéma nationales, omniprésentes notamment dans les marchés urbains importants. « La société continue d’entretenir des discussions directes avec de grandes chaînes d’exploitation de salles de cinéma et souhaite conclure des ententes au cours des prochains mois. Ces chaînes offrent le potentiel d’accélérer de façon importante le rythme de déploiement ainsi que la visibilité actuelle de la société », dit-on dans un communiqué.

Du côté de la clientèle des équipementiers d’origine, D-Box entend « continuer à développer ses relations d’affaires auprès de clients bien établis et reconnus dans leurs créneaux respectifs et qui possèdent un certain niveau de rayonnement international », estimant que cette stratégie lui permettra de réduire ses frais de ventes et de marketing.

D-Box se spécialise dans la conception de simulateurs de mouvements pour l’industrie du divertissement.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de décembre 2011/janvier 2012 de Direction informatique, Cliquez ici.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Québec veut plus de numérique en éducation

Un montant de 10,6 millions de dollars sera utilisé sur deux ans par le gouvernement du Québec pour intégrer plus d'outils numériques de gestion et de prise de décisions au ministère de l’Éducation et au réseau scolaire.

Hashtag Tendances, 3 mars 2022 — Effets boule de neige du conflit en Europe; et plus

Hashtag Tendances, 2 mars 2022 — Enjeux d’externalisation; restrictions technologiques; des pirates informatiques choisissent leur camp; et plus.

Enjeux d’externalisation avec la situation en Europe

Le conflit en Europe perturbe l’accès à des ressources humaines en technologies de l'information et en ingénierie.

Cybersécurité : des agences fédérales sont à découvert, selon un comité parlementaire

Des organisations fédérales ne sont pas encore conformes au cadre fédéral de cybersécurité, ce qui expose des informations de l’État fédéral à un « risque important », selon un comité spécial de parlementaires.

Comment les TI peuvent aider à lutter contre la traite des personnes

Les responsables informatiques dans les institutions financières doivent faire équipe avec leurs responsables de la conformité réglementaire pour aider à mettre fin à la traite des personnes, affirme un Canadien qui vient d'être récompensé pour son travail visant à mettre fin à cette forme d'exploitation.