Research In Motion, devenue «BlackBerry», amorce sa relance

L’ex-RIM présente officiellement BlackBerry 10 et annonce deux premiers modèles de téléphones évolués pour le nouveau système d’exploitationLogo de BlackBerry

L’entreprise canadienne Research In Motion, qui commercialise des terminaux et des téléphones évolués depuis la fin des années 1990, a choisi la marque de ses produits – BlackBerry – pour sa nouvelle appellation commerciale.

Dans le cadre d’une conférence de lancement à New York, aux États-Unis, Research In Motion a présenté ensuite son système d’exploitation BlackBerry 10, dont les principales fonctions avaient été dévoilées au cours des derniers mois aux médias et en ligne. Outre l’amélioration de l’interface utilisateur, une emphase sur la navigation par le balayage d’un doigt à l’écran et  la possibilité d’exploiter plusieurs applications en simultané, BlackBerry offre une séparation de la vie professionnelle et de la vie personnelle par l’établissement de configurations séparées dont on bascule d’une à l’autre par le glissement d’un doigt.

Lire: BlackBerry 10 : Une évolution importante pour Research In Motion

BlackBerry a présenté deux premiers modèles de téléphones évolués, soit le modèle Z10 qui a un écran tactile pleine grandeur de 4,2 pouces de diagonale et le modèle Q10 qui a un écran tactile plus petit, mais qui est doté d’un clavier. Les fiches techniques de ces appareils seront publiées dans un autre article sous peu.

BlackBerry a indiqué que le modèle z10 sera disponible à compter du 5 février au Canada, à un prix de détail suggéré de 149,99 dollars avec un contrat de trois ans auprès d’un fournisseur de services mobiles. Le modèle Q10, toutefois, sera offert à compter d’avril à l’échelle planétaire.

Observations

Le lancement tant attendu de BlackBerry 10 par l’entreprise autrefois nommée « Research In Motion », inévitablement, fera l’objet de critiques.

Dans le site BlackBerry.com, une page qui est dédiée au nouveau système d’exploitation a été inaccessible durant plusieurs minutes lors la cérémonie de lancement, en raison d’une erreur de serveur. Une fois le service rétabli, au lieu de présenter les nouveaux produits, on offrait aux internautes de souscrire à des mises à jour sur la disponibilité de BlackBerry 10. Ensuite, des menus devant permettre de connaître la date de disponibilité des nouveaux produits donnaient des messages d’erreur.

Dans les sites BlackBerry.com et rim.com, aucune information relative aux modèles de téléphones évolués Q10 et Z10 n’était affichée dans les pages des produits, ni dans la section dédiée à la presse lors du dévoilement des nouveaux appareils. L’information technique des nouveaux modèles sera probablement ajoutée sous peu.

La cérémonie de lancement s’est déroulée sans problème technique, mais dans la Toile, des journalistes sur place ont noté un manque d’enthousiasme de la part du président et chef de la direction de BlackBerry, Thorsten Heins. Dans une vidéo de la cérémonie de lancement, qui est diffusée par BlackBerry dans son site Web, on constate que M. Heins a livré sa présentation parfois avec une expressivité un peu forcée, sinon avec un ton normal, mais sans dynamisme.

Le patron de BlackBerry n’a pas réalisé beaucoup d’allocutions de grande envergure depuis qu’il a pris les commandes de l’ex-Research In Motion à la fin de janvier 2012. Toutefois, M. Heins devra redoubler d’efforts pour atteindre le niveau des présentations en public de dirigeants tels que feu Steve Jobs d’Apple ou Steve Ballmer de Microsoft.

L’ancien codirigeant de Research In Motion, Mike Lazaridis, a fait une apparition lors de la cérémonie de lancement de BlackBerry 10, ce qui a déclenché une ovation de la part de l’auditoire présent à New York.

D’autre part, BlackBerry a annoncé que la chanteuse américaine Alicia Keys a été nommée « directrice mondiale de la création » de l’entreprise, à la surprise de plusieurs.

Réactions partagées

Dans les commentaires en direct des internautes lors des sessions de clavardage qui étaient produites par quelques médias, les opinions étaient partagées, mais bon nombre de commentaires d’internautes étaient positifs, notamment de la part d’utilisateurs actuels d’appareils BlackBerry.

Dans YouTube, pour un vidéo officiel qui donne un avant-goût du modèle d’appareil Q10 de BlackBerry les commentaires des internautes étaient également partagés.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

La souche de rançongiciel ARCrypter expliquée par BlackBerry

Une nouvelle souche de rançongiciel a été détectée par des chercheurs de BlackBerry qui affirment qu'elle aurait frappé des organisations au Canada, en Chine, au Chili et en Colombie.

De nombreuses entreprises nord-américaines n’ont pas d’assurance contre la cybercriminalité

De nombreuses organisations nord-américaines n'ont toujours pas de cyber assurance, révèle une nouvelle étude, et celles qui en ont n'ont pas une couverture suffisante.

Accord entre BlackBerry et Magna pour collaborer sur des solutions d’aide à la conduite

BlackBerry a conclu un accord pluriannuel avec Magna International, un fabricant canadien de composants automobiles, pour intégrer des solutions avancées de systèmes d'aide à la conduite (SAAC) dans les produits Magna.

BlackBerry QNX OS obtient une autre certification de sécurité critique

BlackBerry annonce  que son système QNX OS for Safety 2.2 sera certifié au niveau 4 d'intégrité de sécurité, le niveau le plus élevé de la norme de sécurité EN 50125 établie par le Comité européen de normalisation en électronique et en électrotechnique (CENELEC).

Un RAT à bas prix très utile aux pirates, selon des chercheurs de BlackBerry

L'une des raisons pour lesquelles le nombre de cyberattaques ne cesse d'augmenter est que le coût des outils de piratage pour les cybercriminels ne cesse de baisser. Les offres de logiciel en tant que service sont courantes, mais certains développeurs sans scrupules maintiennent le prix de leurs outils à un bas niveau.