Refus de transaction : TELUS est déçue, Mobilicity reste coi

TELUS commente le refus d’Industrie Canada de son projet d’acquisition des licences de spectres d’ondes du fournisseur Mobilicity, qui n’a pas encore réagi publiquement.Logos de Mobilicity et TELUS

Le fournisseur titulaire de services de télécommunications TELUS, dans un communiqué laconique, a manifesté sa déception envers le refus du ministère de l’Industrie d’approuver le projet d’acquisition des licences de spectre d’ondes qui sont détenues par le fournisseur concurrent Mobilicity, dans le cadre d’une transaction d’achat de cette dernière entreprise pour 380 millions de dollars.

« La décision d’aujourd’hui [d’Industrie Canada] est regrettable pour les 250 000 clients, les 150 employés et les créanciers de Mobilicity, qui font face maintenant à une incertitude considérable en raison des défis financiers pressants auxquels l’entreprise est confrontée », indique TELUS dans son communiqué. [Traduction libre].

Rappelons que TELUS, à la mi-mai, a offert d’acquérir Mobilicity, un des fournisseurs de services mobiles qui ont fait leur apparition dans le marché canadien des services mobiles à la suite d’une enchère de spectre d’ondes qui était réservée à de nouvelles entreprises concurrentes en 2008. Le projet d’acquisition de Mobilicity par TELUS avait été approuvé par les créanciers de Mobilicity et par la Cour supérieure de l’Ontario au cours des derniers jours.

Toutefois, Industrie Canada a refusé le transfert des licences de Mobilicity vers TELUS en prétextant notamment que la période d’interdiction d’un tel transfert de licences, d’une durée de cinq ans, n’était pas terminée.

Le mutisme de Mobilicity

Au moment de publier cet article en ligne, Mobilicity n’avait pas réagi publiquement au refus par Ottawa du transfert de ses licences de spectre d’ondes à TELUS dans le cadre du projet d’acquisition de ses actifs par ce dernier fournisseur titulaire.

Comme si de rien n’était, en matinée, Mobilicity a publié dans ses présences dans les réseaux sociaux, un statut qui fait état d’une promotion commerciale à l’intention des consommateurs. Il est possible que ce statut était été prévu avant la diffusion publique de la décision d’Industrie Canada.

Dans la page Facebook de Mobilicity, à la suite de la diffusion par un internaute d’un hyperlien vers un article traitant du refus par Ottawa du projet de la transaction entre Mobilicity et TELUS, quelques clients de Mobilicity ont manifesté leurs craintes que le fournisseur concurrent de services mobiles fasse faillite.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Novipro fait l’acquisition de la Torontoise Blair Technology Solutions

Le Groupe Novipro, un consolidateur de fournisseurs en solutions TI de Montréal, vient de conclure l’acquisition de Blair Technology Solutions inc., un fournisseur de solutions TI basé à Toronto depuis 26 ans. 

Les États-Unis au quatrième rang, le Canada au cinquième sur l’échelle de la cybersécurité

Le Canada se classe au cinquième rang parmi 20 pays pour sa préparation et sa réponse aux menaces de cybersécurité, selon une norme créée par une revue universitaire et un fournisseur de sécurité.

1Password acquiert Passage, un fournisseur d’outils de clé de sécurité basé au Texas

La société canadienne 1Password ajoute un nouvel outil de développement de clé d’accès à sa gamme de produits de gestion de mots de passe d'entreprise.

Levio poursuit sa croissance par l’acquisition de la torontoise Indellient

Levio, une firme de services-conseils de Montréal offrant des services en transformation numérique fait l’acquisition d'Indellient, une entreprise de services-conseils du Grand Toronto qui se spécialise depuis près de 20 ans dans l'architecture, la réalisation et la gestion de grands chantiers de transformation numérique. 

Elon Musk conclut officiellement son acquisition de Twitter

Elon Musk a officiellement pris possession de Twitter, licenciant immédiatement Parag Agrawal, qui avait succédé au cofondateur Jack Dorsey en tant que PDG de Twitter.