R-D : partenariat commercial entre CANARIE et APUR Canada

L’Association des parcs universitaires de recherche du Canada aura accès à une version de L’Accélérateur technologique pour l’innovation et la recherche de CANARIE.Logos de CANARIE et d'APUR Canada

L’organisme fédéral CANARIE, qui exploite un réseau évolué qui est utilisé à des fins de recherche et d’innovation, fournira à aux entités membres de l’Association des parcs universitaires de recherche du Canada (APUR Canada) un accès gratuit à une version générique ou « en marque blanche » de l’Accélérateur technologique pour l’innovation et la recherche (ATIR).

L’ATIR, un programme fondé sur l’infonuagique, procure un accès à des installations de calcul, de réseau et de stockage des données. Ces installations servent à la conception et la mise à l’essai de produits, ainsi qu’à l’établissement et la mise en démonstration de prototypes.

En vertu de l’entente, cette version du programme ATIR de CANARIE sera mise à la disposition d’environ 1 400 entreprises qui sont établies dans les parcs scientifiques ou technologiques qui sont représentés par l’association APUR Canada. L’accès à ce programme servira à « accélérer la commercialisation des résultats de recherche », selon CANARIE. Des entreprises qui œuvrent dans le domaine des technologies de l’information et des communications sont établies dans plusieurs des parcs technologiques ou scientifiques qui sont représentés par APUR Canada.

« Dans l’économie contemporaine, où la concurrence est féroce, nos entreprises ont besoin des services de soutien que leur offrent les parcs de recherche pour raccourcir ce processus. En nous associant à CANARIE, […] nous comblerons une lacune et permettrons à nos entreprises de bâtir un écosystème national plus vigoureux », a déclaré Carol Stewart, la présidente d’APUR Canada, dans un communiqué.

Au Québec, les parcs universitaires et technologiques qui sont membres d’APUR Canada font partie du regroupement Zones Québec Innovation, qui portait auparavant le nom d’Association des parcs de recherche et technopoles du Québec.

Les membres de Zones Québec Innovation sont Développement économique Longueuil, Innoparc de Lévis – Démarrage, Laval Technopole, Parc Innovation de l’Université de Sherbrooke, Parc Technologique du Québec métropolitain, Saint-Hyacinthe Technopole, Sherbrooke Innopole, Technocentre d’IDE Trois-Rivières, Technoparc Bromont, Technoparc Montréal, Technoparc en écologie industrielle de Sorel-Tracy et Technopole maritime du Québec.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Intel et Mila unissent leurs forces pour une intelligence artificielle responsable

Intel annonce aujourd’hui une collaboration stratégique de recherche et de co-innovation de trois ans avec Mila, un institut de recherche en intelligence artificielle (IA) de Montréal. Dans le cadre de cette collaboration, une vingtaine de chercheurs d’Intel et de Mila vont travailler sur le développement de techniques d'IA avancées pour relever les défis mondiaux tels que le changement climatique, la découverte de nouveaux matériaux et la biologie numérique.

Le studio Ubisoft de Sherbrooke travaillera sur Assassin’s Creed

Le studio de Sherbrooke du géant du jeu Ubisoft se joindra au développement de la marque Assassin's Creed, annonce-t-il dans un communiqué.

TCS lance le centre de recherche et d’innovation Pace Port Toronto

Tata Consultancy Services (TCS) a annoncé cette semaine l'ouverture de son cinquième et plus grand centre mondial de recherche et d’innovation à Toronto, qui, selon la société, est conçu pour aider les entreprises canadiennes à « donner vie plus rapidement aux innovations numériques ».

Le Cybercentre d’excellence de Mastercard Canada ajoute une installation de collaboration

Mastercard ajoute une installation de test de solutions informatiques et de collaboration à son Cybercentre d’excellence et de renseignement global de Vancouver, en Colombie-Britannique.

18 M$ pour une plateforme d’innovation numérique et quantique

L’Université de Sherbrooke et le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec s’associent pour créer la Plateforme d’innovation numérique et quantique (PINQ2). L’objectif de cette plateforme de calcul haute performance est de stimuler un écosystème de projets de recherche collaboratifs entre les scientifiques, les entreprises et les organismes et ainsi accélérer la transformation numérique du Québec.