Quelques trucs pour gérer sa réputation en ligne et hors ligne

Effacer du contenu nuisible qui apparaît dans des moteurs de recherche n’est pas toujours possible, mais il est possible de minimiser son impact et de gérer ce que les employeurs et les curieux peuvent apprendre sur vous et/ou votre entreprise à l’aide d’un moteur de recherche.

Ces conseils, prodigués par le site Web Mashable qui s’intéresse entre autres aux médias sociaux, auraient été justifiés par des données provenant d’une étude commandée en 2009 par Microsoft. Sur les 80 % des responsables des embauches aux États-Unis qui avaient déjà effectué une recherche en ligne sur un candidat, 70 % ont déclaré avoir déjà rejeté un ou une candidat(e) sur la base de ce qu’ils avaient trouvé dans les résultats de leur recherche.

La première étape suggérée par Mashable est l’évaluation de votre réputation en ligne en faisant vous-même une recherche sur ce que les moteurs contiennent sur vous ou votre entreprise, et en établissant des alertes pour les noms désirés avec par exemple l’outil Google « Ma présence sur le Web ». Ce dernier conseil est valide aussi pour ceux dont les recherches ne donnent pour l’instant aucun résultat.

Selon les résultats trouvés, Mashable suggère de s’interroger à savoir si vous avez publié vous-même le contenu qui ne vous présente pas sous votre meilleur jour, ou si quelqu’un d’autre l’a fait. Une photo publiée dans Flickr que vous auriez dû garder privée peut simplement être effacée ou bien vous pouvez changer les réglages de confidentialité.

L’utilisation de l’« URL removal tool » de Google peut ensuite permettre d’empêcher le contenu effacé à l’étape précédente de continuer à apparaître dans les résultats de recherche sous forme de copie en antémémoire ou bout de code. Si on ne fait rien, le contenu disparaîtra tout de même plus tard de l’index de Google.

Si l’information vous concernant est publiée sur un site d’information populaire avec un trafic d’internautes important, faire concurrence à cette information pour la priorité dans l’ordre des résultats des moteurs ne sera évidemment pas chose facile.

Selon Mashable, un moyen envisageable est de créer un profil d’utilisateur sur ce site d’information avec votre nom complet et d’ajouter à partir de vos autres propriétés Internet le plus de liens possible vers ce profil pour essayer d’éclipser l’information nuisible. Apparemment, Google aurait tendance à ne répertorier qu’un seul résultat par nom de domaine par page.

Vaincre le mal par le bien

La deuxième étape de la procédure suggérée par Mashable consiste à publier du contenu positif pour réduire la visibilité, dans les premiers résultats de recherche présentés par les moteurs, du contenu négatif que vous ne pouvez faire disparaître ni du site original ni du moteur de recherche. Répondre aux articles négatifs et créer des profils de médias sociaux peuvent être utiles à cet égard.

La troisième étape consiste à promouvoir la présence du contenu positif dans les premiers résultats de recherche en fabriquant un site qui relie et fait des liens vers tous vos contenus positifs. Cette étape nécessite un nom de domaine qui inclut votre nom ou celui de votre entreprise dans l’URL et la mention répétée et fréquente de votre nom dans le contenu, dans les titres et dans les onglets.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juin de Direction informatique, cliquez ici

Articles connexes

Google supprime 12 000 emplois

Sundar Pichai, directeur général d'Alphabet, la société mère de Google, a annoncé dans un communiqué et dans un courriel au personnel concerné basé aux États-Unis, que l'entreprise supprimerait environ 12 000 emplois, soit 6 % de ses effectifs.

Les employés ont de nouvelles exigences suite à l’impact de la pénurie de talents et des licenciements

La pénurie massive de talents qui a touché l'industrie au cours du premier semestre 2022 pourrait être moindre après la vague de  licenciements, mais les travailleurs ont un tout nouvel ensemble de demandes en tant qu'employés, selon les experts.

Québec numérique lance la WAQadémie, une offre de formation pour faire vivre le WAQ à l’année

Québec numérique, l’organisme derrière l’événement phare du Web à Québec (WAQ), annonce le lancement de la WAQadémie. Il s’agit d’une nouvelle formule qui veut faire vivre l’esprit du WAQ toute l'année. Dès le mois de février, une programmation mensuelle, connectée sur la communauté et à l'affût des tendances, sera offerte aux professionnels et aux amateurs du numérique, en présentiel, à Québec. 

Les tendances de la transformation numérique dans les PME québécoises

Une récente étude de GetApp se penche en détails sur la stratégie numérique des entreprises québécoises et dévoile les tendances dans ce domaine pour les deux prochaines années. Dans le cadre de cette étude, GetApp a interrogé des employés des PME du Québec afin de déterminer comment la stratégie numérique de leur entreprise a évolué et si elle a rencontré le succès escompté.

Attentes et comportement des consommateurs québécois sur la confidentialité des données

Les résultats d’un sondage publiés cette semaine par GetApp Canada explorent les pratiques des Québécois quant à la confidentialité de leurs données. Il s’agit du second volet d’une enquête auprès de 230 consommateurs québécois.