Quelques statistiques à propos de la voix sur IP


Jean-François Ferland - 19/04/2006

Des études réalisées par deux firmes d’analyse et un concepteur de solutions jettent un éclairage sur le potentiel du marché de la téléphonie basée sur le protocole Internet.

Selon la firme Juniper Research, les ventes de matériel et de logiciels reliés à la voix sur IP pourraient atteindre 5,5 milliards $US par année d’ici 2007, notamment par la croissance rapide des affaires en Chine et de l’adoption de ce mode de communication par les entreprises occidentales. Les ventes se stabiliseront ensuite et les revenus seraient d’environ 3 milliards $US par année jusqu’à la fin de la décennie en cours.

Le marché des consoles téléphoniques internes PBX pour la téléphonie IP pourrait atteindre 1,6 milliard $US en 2007, principalement sur les marchés de l’Amérique du Nord et de la Chine. Également, 16 millions d’appareils téléphoniques IP associés aux systèmes Centrex pourraient être vendus d’ici 2010, alors que le marché des applications VoIP connaîtra une croissance soutenue et atteindra 500 millions $US d’ici 2010.

Croissance significative en vue

Selon une étude réalisée par Osterman Research auprès de 117 individus qui travaillent au sein d’organisations nord-américaines qui utiliseraient ou pourraient utiliser la téléphonie sur IP, le marché augmentera de façon significative au cours des prochaines années, passant ainsi de 13 % de tous les utilisateurs de courriel en entreprise en 2005 à 64 % en 2009.

Les trois quarts des répondants auraient indiqué que la réduction des coûts serait un facteur de motivation pour la migration vers la téléphonie sur IP, alors que presque autant d’organisations auraient mentionné qu’elles étaient motivées par des gains en productivité de l’utilisateur final et par l’amélioration des communications.

Par ailleurs, deux entreprises sur cinq auraient alloué une enveloppe budgétaire pour des produits et services reliés à la voix sur IP pour l’année 2006, alors qu’une entreprise sur six aurait dépassé le seuil du mi-projet ou bien complété un projet de convergence de leurs réseaux de voix et de données.

L’étude indique également que plus de la moitié des organisations croient que la sécurité constitue un enjeu qui influe leur décision de procéder à un déploiement d’un système de téléphonie IP. Les répondants croient que la possibilité que des attaques ciblent les systèmes de voix sur IP pourrait avoir un impact négatif sur la croissance de ce segment de marché.

Possible échouage des projets

Selon un sondage réalisé à la fin de 2005 par Prognosis, une compagnie qui développe des solutions de surveillance des systèmes essentiels, auprès de 1 230 entreprises d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie, 59 % des organisations auraient déployé un environnement d’essai ou procédé à une implantation à grande échelle de la téléphonie sur IP. De plus, 19 % des répondants auraient manifesté leur intention de procéder à un déploiement au cours des douze prochains mois, tandis que 16 % n’auraient pas l’intention à court terme de procéder à une migration.

Toutefois, 1 % des répondants auraient indiqué avoir subi un échec lors du déploiement de leur système de téléphonie IP. Dans 55 % des cas, l’échec serait survenu durant la période d’essai, dans 36 % des cas au début du déploiement lorsque quelques téléphones étaient installés et dans 9 % des cas lorsqu’un grand nombre de téléphones avaient été déployés.

De plus, 55 % des répondants à l’étude dont le projet se serait soldé par un échec auraient mentionné la mauvaise qualité des appels téléphoniques, alors que 27 % auraient donné comme réponse les coûts trop élevés de mise à jour du réseau pour soutenir la voix sur IP. Également, 18 % des répondants auraient fait état de délais ou de mauvais établissements des communications, d’impacts négatifs sur les autres applications ou bien de pannes fréquentes de composantes de la solution qui ont mené à des pannes du service téléphonique.

Selon Prognosis, une évaluation appropriée du réseau de téléphonie IP ainsi que l’utilisation continuelle d’outils de surveillance, de gestion des performances et de dépannage seraient essentielles à un déploiement sain et auraient pu éviter ces échecs.

De plus, le sondage révèle une tendance à la prise en charge à l’interne des déploiements de la téléphonie IP, puisque la moitié des répondants auraient dit avoir procédé eux-mêmes à la mise en place d’un tel réseau, contre 34 % qui auraient fait appel à un intégrateur et 8 % qui auraient eu recours à un service géré.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+