Quelques données pour des produits émergents


Jean-François Ferland - 26/09/2006

Les applications d’accès unifié à l’information, la messagerie instantanée au sein des organisations et les déploiements municipaux d’accès sans fil à Internet ont récemment retenu l’attention des firmes d’analyse.

Intérêt envers l’accès unifié à l’information

Selon la firme américaine IDC, le besoin des entreprises pour des applications d’accès unifié à l’information se traduira en une croissance pour les créneaux de la recherche, de la découverte et de la veille commerciale.

Alors que les organisations souhaiteraient obtenir une vision d’ensemble de l’état de leurs affaires, les concepteurs de logiciels procéderaient au développement de solutions d’accès qui combinent les données et les contenus en provenance de sources multiples. Ces concepteurs ajouteraient à leurs applications des technologies, comme l’analyse textuelle, la catégorisation de l’information et la correspondance approximative, et ce, par le biais d’acquisitions ou de partenariats avec des fournisseurs de contenus.

IDC prédit une convergence des marchés et des technologies qui sont reliés à la veille commerciale et aux contenus pour l’accès unifié à l’information, alors que les fournisseurs de contenus détiennent les fonctionnalités et les fournisseurs de solutions de veille commerciale détiennent la clientèle potentielle sur le marché. Toutefois, il appert que les fournisseurs de bases de données seraient moins agiles à réagir face à ces occasions.

Croissance de la messagerie instantanée commerciale

Selon la firme Radicati Group, le nombre de comptes de messagerie instantanée en utilisation sur la planète pourrait passer de 995 millions en 2006 à plus de 1,6 milliard en 2010, alors que le nombre d’utilisateurs de la messagerie instantanée pourrait passer de 432 millions à 650 millions de personnes au cours de la même période.

La firme estime que le segment de la messagerie instantanée d’entreprise connaîtra une croissance importante en raison du caractère d’utilisation immédiate de l’outil de communications ainsi que de la fonctionnalité de présence qui faciliterait la détection de la présence en ligne d’une personne et encouragerait le travail collaboratif. Il est estimé que les revenus associés au segment commercial de la messagerie instantanée pourraient connaître une croissance de 123 M $US en 2006 à 282 M $US en 2010.

Accès Internet sans fil municipal : public, PPP ou PBP

La firme américaine In-Stat estime que 248 réseaux municipaux sans fil qui sont destinés à l’accès du public à l’Internet seront déployés à l’échelle mondiale au cours de l’année 2006 et que plus de 1 500 réseaux de ce genre pourraient être déployés d’ici la fin de l’année 2010.

Selon la tendance du moment, de tels réseaux municipaux seraient détenus et exploités par le secteur privé, mais leurs déploiements seraient soutenus par les administrations publiques, soit sous la forme d’un partenariat « public-privé. » In-Stat souligne que les municipalités et les fournisseurs de services d’accès à l’Internet, pour obtenir du succès, doivent porter leur attention en premier lieu envers le modèle d’affaires à utiliser et non envers le type de technologie à déployer. In-Stat estime que le marché le plus important pour les infrastructures municipales d’accès à l’Internet, en ce moment et pour les prochaines années, se situerait aux États-Unis.

Il existe toutefois plusieurs approches dans le marché en matière d’implantation d’accès sans fil à l’Internet d’envergure municipale. Au Canada, Toronto Hydro Telecom, une filiale du fournisseur énergétique Toronto Hydro qui appartient à la Ville de Toronto, vient d’inaugurer un réseau d’accès sans fil à l’Internet itinérant dans un périmètre du centre-ville de la métropole canadienne. Le service sera gratuit pour les six premiers mois, puis les utilisateurs devront recourir à un forfait payant pour utiliser le réseau.

D’autre part, des organisations sans but lucratif établissent des réseaux sans fil à accès gratuit sous la forme de zones d’accès offertes au sein de commerces et d’établissements. Les exploitants des lieux paient pour l’équipement et la liaison Internet, alors que des bénévoles s’occupent de l’implantation et de la maintenance du réseau. Un réseau de la sorte, nommé Île sans fil, est en activité à Montréal. On pourrait décrire cette approche comme étant un partenariat « bénévole-privé »…




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+