Quelques changements au CA de l’AQT

Le président de HumanWare Gilles Pépin et le vice-président responsable du marketing affaires chez TELUS Québec Benoît Simard joignent le conseil d’administration de l’AQT pour l’exercice 2012-2013. Loto de l'AQT

MM. Pépin et Simard remplacent Nicolas Bonnafous, qui est président et chef de la direction de Groupe ODESIA et Daniel Desaulniers, qui est directeur général de PG Solutions, au sein du conseil d’administration de l’Association québécoise des technologies (AQT), un organisme de représentation qui regroupe 450 dirigeants de l’industrie des TIC au Québec.

Michel Lacasse, le président de Komutel, sera le président du conseil d’administration de l’AQT pour une deuxième année.

Steeve Duchesne, qui est président de AXON Intégration et Développement, Hugo Boutet, qui est président de Oriso, Stéphane Lauzière, qui est président de C2 Innovations et Éric Le Goff, qui est président de Solutions Abilis siégeront encore au conseil d’administration de l’Association québécoise des technologies.

Philippe Le Roux, qui est président de Phéromone, Richard Maltais, qui est chef des opérations de Averna Technologies, Nicole Martel, qui est présidente-directrice générale de l’AQT et Patrick Schwarz, qui est président de Syntell feront également partie du conseil d’administration de l’organisme pour un autre mandat.

M. André Petitclerc, le directeur responsable des investissements en TIC chez Investissement Québec qui s’était joint au conseil d’administration de l’AQT durant l’exercice 2011-2012, participera à l’édition 2012-2013 du conseil d’administration du regroupement.

Luc Filiatrault, le président de Neuralitic, fera partie du conseil d’administration de l’AQT, avec un droit de vote, durant le nouvel exercice de l’organisme. Lors du dévoilement du conseil d’administration de l’exercice précédent, l’AQT avait indiqué qu’il occuperait le rôle d’observateur, sans droit de vote. Toutefois, comme l’a expliqué Nicole Martel, un examen des statuts de l’organisme a révélé que M. Filiatreault, à titre de président ex officio de l’AQT, pouvait bénéficier d’une participation entière au conseil d’administration.

Michel Boislard, associé au cabinet d’avocats Fasken Martineau, agira à titre d’observateur au sein du conseil d’administration de l’AQT lors de l’exercice 2012-2013. Il remplace Julien Saulgrain, avocat associé chez Blue HF.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.

Plus de 7,5 G$ de Québec pour « inventer, développer, commercialiser »

Le gouvernement du Québec annonce la Stratégie québécoise de recherche et d'investissement en innovation 2022-2027 sous le thème « Inventer, développer, commercialiser ».

Internet haute vitesse pour tous : l’initiative progresse

Le gouvernement du Québec annonce aujourd'hui l'octroi d'un financement de 50 M$ afin de déployer un service Internet haute vitesse par satellite de Starlink dans quelques 10 000 foyers québécois pour lesquels une connexion directe n’est pas possible.