Québec offre une prime aux découvreurs de failles

Le ministre de la Cybersécurité et du Numérique et ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Protection des renseignements personnels, Éric Caire, annonce cette semaine le lancement du Programme de prime aux bogues, un nouvel outil pour rehausser la sécurité des actifs informatiques gouvernementaux.

Image : Getty

L’initiative est une première dans une administration publique tant au Québec qu’au Canada. Le gouvernement permettra donc, sous son contrôle, aux chercheuses et chercheurs en sécurité informatique se spécialisant dans la détection des failles d’avoir accès à certains actifs pour y trouver des failles susceptibles de compromettre la sécurité des donnée des Québécoises et Québécois.

Par cette initiative, le gouvernement du Québec et établi une collaboration balisée avec ces ressources qui détiennent une expertise de pointe.

« La collaboration de la communauté de chercheurs en sécurité de l’information est essentielle afin de lutter efficacement contre les cybermenaces et les cyberattaques. Je suis fier d’initier ce programme qui mettra l’expertise de l’État en commun avec celle du milieu. Cette approche novatrice offrira assurément une plus grande force de frappe pour identifier les potentielles vulnérabilités informatiques de nos actifs et surtout, de les corriger rapidement. Par des actions comme celle-ci, nous pourrons augmenter le niveau de sécurité des services publics et des échanges électroniques gouvernementaux au sein du gouvernement du Québec », a indiqué le ministre Caire dans un communiqué.

Les actifs sélectionnés seront copiés dans des environnements de tests et aucun renseignement personnel ne sera accessible aux chercheurs qui les analyseront. Ils seront disponibles sur la plateforme de la firme française YesWeHack, un leader européen en la matière.

La stratégie devrait permettre d’accroître la sécurité et de renforcer les actifs informatiques québécois de façon avantageuse puisque les chercheurs seront rémunérés seulement pour les vulnérabilités découvertes. La rémunération varie de 50 $ à 7 500 $ par vulnérabilité identifiée, selon son niveau de préjudice et de criticité.

Le programme s’inscrit dans l’atteinte des objectifs de la Politique gouvernementale de cybersécurité :

  • Former le personnel de l’État afin qu’il assure la première barrière de sécurité quant aux cyberattaques
  • Accélérer la prise en charge des vulnérabilités au sein de l’appareil gouvernemental
  • Engager des partenariats de collaboration en matière de recherche et d’innovation

Lire aussi :

Incidents embarrassants sur les sites du Gouvernement du Québec

Bris de la confidentialité de renseignements personnels de candidats à Québec

Technologies et cybersécurité au budget du Québec

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

BRP victime d’une cyberattaque

On apprend ce matin que le fabricant de produits récréatifs BRP de Valcourt est actuellement la cible d’une « activité malveillante en matière de sécurité », tel que décrit par la société dans un communiqué.

Des ententes d’une valeur pouvant atteindre 10,8 M$ dans le secteur public pour Alithya

Le Groupe Alithya annonce la signature d'ententes de service d'une valeur pouvant atteindre 10,8 M$ avec un ministère du gouvernement du Québec pour la mise en œuvre de plusieurs projets sur une période de 36 mois. Ces ententes comprennent des projets de cybersécurité, de communications radio et de migration vers le nuage, précise l’entreprise dans un communiqué qui ne précise pas de quel ministère il s’agit.

La semaine dernière dans le monde du rançongiciel – lundi 11 juillet 2022

Une diminution des attaques, ou le « calme plat avant la tempête » ? Publication du rapport du second trimestre de Cyberint sur les rançongiciels.

Des responsables des TI admettent manquer de visibilité sur leur surface d’attaque

Malgré des investissements dans la cybersécurité, de nombreuses organisations canadiennes – et leurs homologues mondiales – admettent qu'elles ont toujours des problèmes de visibilité de leurs systèmes informatiques, ce qui complique leur capacité à sécuriser des données vitales.

Faible maturité des entreprises canadiennes en matière de cybersécurité

De nombreuses entreprises canadiennes ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être considérées comme une organisation de cybersécurité mature, si l’étude d’un fournisseur est représentative.