Portrait de l’intégration d’Internet aux processus d’affaires au Québec

Pour la première fois, le Québec se dote de statistiques officielles portant sur Internet et l’utilisation des technologies dans les entreprises.Illustration du concept de branchement à Internet

L’institut de la statistique du Québec a réalisé à l’automne 2012 une enquête auprès de 9 000 entreprises québécoises d’un employé et plus, de divers secteurs commerciaux.

En 2012, 84,2 % des entreprises québécoises étaient connectées à Internet. Les petites entreprises sont moins branchées que les grandes, soit 78,1 % contre plus de 99 % dans les entreprises de 50 employés et plus. Pour 82 % des petites entreprises ne souhaitant pas de connexion Internet, le prix de la connexion ne serait pas la cause principale.

Cliquez l'image pour l'agrandir
Cliquez l’image pour l’agrandir

Vitesse de connexion

Toutefois, les entreprises branchées possèdent très majoritairement une connexion haute vitesse, soit 95 % d’entre elles.

Par ailleurs, le taux de branchement à Internet très haute vitesse varie selon l’industrie. Les besoins pour ce type de connexion sont plus présents dans les secteurs des finances et des assurances (28 %), suivis de l’industrie de l’information et de l’industrie de la culture (21 %). Le secteur des services publics et le secteur de l’extraction minière et de l’extraction de pétrole et de gaz utilisent très peu ce type de connexion (10,6 % dans les deux cas).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Toutefois, 21 % des très grandes entreprises – plus de 250 employés – souhaitent se brancher à une connexion très haute vitesse d’ici la fin 2013.

Utilisation des ordinateurs

La majorité des entreprises québécoises utilisent des ordinateurs de bureau et des appareils mobiles dans le cadre de leur travail (88 % et 55 % respectivement). Sans surprise, les secteurs de l’industrie de l’information et l’industrie de la culture arrivent en tête de file avec une utilisation de l’ordinateur de 99,8 %.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les entreprises utilisent Internet, dans près de la moitié des entreprises étudiées, pour donner aux employés un accès aux documents et aux applications de l’entreprise. Elles recourent à des logiciels libres et des progiciels de gestion intégrés dans des proportions comparables, soit 17,3 % pour les logiciels libres et 17,1 % pour les progiciels de gestion intégrés.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au Québec, 74,2 % des entreprises branchées partagent électroniquement de l’information avec leurs partenaires.

Technologies de l’information et compétences

La nécessité de posséder une vitrine Internet n’est pas chose commune pour les petites entreprises. Seul le tiers des entreprises de 1 à 4 employés possède un site Internet, alors que cette proportion est plus importante dans les entreprises de 10 employés et plus. Les entreprises qui ne sont pas présence sur le Web jugent majoritairement qu’elles n’en ont pas besoin (67,4 %).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Un manque de compétences en gestion des technologies est aussi présent. Seules 10,7 % des entreprises ont offert à leurs employés des formations pour développer les compétences en technologies de l’information et des communications (TIC). Dans les très grandes entreprises de plus de 250 employés, cette proportion grimpe à près de 65 %.

Près de la moitié des entreprises recourent à des ressources externes pour le développement et la gestion de leurs technologies de l’information et des communications. Les ressources externes pour des services-conseils sont les plus utilisées (33,4 %) tandis que peu d’entreprises emploient du personnel spécialisé en TIC (15,7 %).

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Télécharger le rapport de l’enquête : L’intégration d’Internet aux processus d’affaires dans les entreprises québécoises

Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak
Benjamin Jébrak est journaliste pour le magazine Direction Informatique.

Articles connexes

Les entreprises de moyenne taille se concentrent sur trois priorités technologiques clés, selon Gartner

La gestion de la sécurité et des risques, les stratégies d'application et d'intégration, ainsi que l'infrastructure et les opérations sont les trois principales priorités technologiques des entreprises de taille moyenne en 2022, selon une enquête de Gartner publiée cette semaine.

Lighthouse Labs suit les cheminements de carrière de ses anciens élèves dans un nouveau rapport

L'entreprise canadienne de formation technologique Lighthouse Labs a publié cette semaine son rapport sur le cheminement de carrière 2022 qui examine comment les anciens élèves se sont comportés depuis l'obtention de leur diplôme entre 2014 et l'année dernière.

ILX Group examine les mesures que les entreprises doivent prendre pour se préparer à l’avenir

La société de conseil et de formation ILX Group vient de publier une nouvelle étude qui examine le déficit de compétences en intelligence artificielle (IA) auquel de nombreuses industries de pointe sont confrontées aujourd'hui, résultat de ce qu'elle décrit comme des pénuries de personnel, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, de l'inflation et de l'incertitude globale.

Une enquête de Gartner révèle que les initiatives d’automatisation basées sur l’IA se poursuivent

Une nouvelle étude de Gartner publiée plus tôt cette semaine révèle que 80 % des cadres pensent que l'automatisation peut être appliquée à toute décision commerciale. Et à mesure que l'automatisation s'intègre dans les affaires numériques, les résultats ont révélé à quel point les organisations de tailles variées font évoluer leur utilisation de l'intelligence artificielle (IA) dans le cadre de leurs stratégies d'automatisation.

Les revenus du marché des centres de données carboneutres devraient monter en flèche

La société d'information commerciale BIS Research a publié cette semaine un rapport sur le marché des centres de données carboneutres qui prévoit que les revenus de 5,02 milliards de dollars de l'année dernière feront plus que tripler d'ici 2027.