Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l’enquête sur l’énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l’Industrie devant un comité de la Chambre des communes.

François-Philippe Champagne a déclaré qu’en apprenant l’effondrement des réseaux Internet et sans fil de Rogers, il a exigé que les chefs de la direction de Rogers, Bell, Telus, Vidéotron, SaskTel, Eastlink et Shaw concluent un accord formel dans les 60 jours couvrant le réseau d’urgence mutuelle l’assistance, l’itinérance interentreprises du 911 et de meilleures communications avec le public au sujet des pannes de réseau. Cela avait été annoncé précédemment.

Mais, avertit Champagne, ce n’est peut-être pas tout.

« Ce n’est qu’un début. Je leur demanderai encore plus. Nous allons enquêter avec le CRTC [le régulateur fédéral des télécommunications], il y aura des recommandations, et par la suite j’exigerai des mesures supplémentaires. Mais pour le moment, les PDG des différentes entreprises ont convenu avec moi qu’il fallait faire plus pour accroître la résilience de ces réseaux.

François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, à l’audience de la Chambre des communes sur la panne du réseau Rogers. Source : Capture d’écran de la diffusion en direct de la Chambre des communes.

« Ce fut un échec de Rogers », a-t-il souligné. « Il s’agissait d’une erreur de codage dans une mise à jour de routine… Une fois que nous aurons mieux compris la chaîne des événements et ce qui a échoué chez Rogers, nous veillerons évidemment à prendre des mesures supplémentaires pour combler cet écart. J’ai dit très clairement aux PDG que j’exigerai plus d’eux. »

Champagne s’adressait hier matin au comité de l’industrie de la Chambre des communes chargé d’examiner la panne sans précédent des réseaux Internet et sans fil de Rogers le 8 juillet, qui a causé la perte de connectivité de millions de particuliers et d’entreprises canadiennes.

Dans une lettre au CRTC, Rogers a promis d’accroître la résilience de ses réseaux et systèmes, ce qui comprendra une séparation complète des réseaux principaux sans fil et câblés. Il a embauché une équipe d’examen externe pour évaluer et fournir des informations sur la panne. « Cela impliquera une évaluation complète de tous nos processus, y compris la performance des mises à niveau du réseau, les procédures de reprise après sinistre et la communication avec le public », a déclaré Rogers.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction par Renaud Larue-Langlois

Articles connexes

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

17,6 M$ additionnels pour aider plus de Canadiens à acquérir des compétences numériques

Le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, François-Philippe Champagne, lançait cette semaine, la deuxième phase du Programme d'échange en matière de littératie numérique (PELN) en annonçant un apport additionnel de fonds fédéraux. Cet investissement de 17,6 millions de dollars sur trois ans servira à soutenir des initiatives axées sur l'enseignement des compétences numériques à des groupes sous-représentés

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Les différences entre les fournisseurs ont contribué à la panne de Rogers, selon son directeur technologique

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, a comparu hier aux côtés de Ron McKenzie, le nouveau directeur technologique de l'entreprise, devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes pour répondre aux questions des parlementaires concernant la panne du réseau de l'entreprise qui a touché des millions de Canadiens le 8 juillet.