Palm Tréo Pro : le descendant polyvalent du Pilot


Jean-François Ferland - 06/04/2009

À L’ESSAI Le Palm Tréo Pro est un téléphone évolué compact et polyvalent qui est à la fois joli et robuste. Saura-t-il se tailler une place dans un marché en évolution?

Bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis 1996 pour le fabricant d’appareils portatifs Palm. Sous le nom de Palm Computing, cette entreprise a été une des pionnières du marché des assistants numériques personnels. Les termes « Palm » et « PalmPilot » ont été même utilisés pour décrire les « agendas numériques » de poche.

L’évolution des besoins a fait en sorte que l’assistant numérique personnel a été bonifié d’autres caractéristiques comme l’écran en couleur, la consultation de photos, l’écoute de musique et l’accès à l’Internet sans fil. Surtout, la téléphonie mobile a fait basculer l’intérêt des consommateurs vers le concept du téléphone évolué. En parallèle, Palm a vécu moult changements qui sont bien résumés dans une fiche consacrée à l’entreprise dans l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Aujourd’hui, le fabricant offre plus de modèles de téléphones évolués que d’assistants numériques.

Récemment, Palm a mis en marché le modèle Palm Treo Pro par le biais du fournisseur de services Bell Mobilité. Direction informatique a pu mettre à l’essai. Voici quelques observations. Notre collaborateur François Picard, grand amateur des produits de Palm, nous avait livré son point de vue sur l’appareil, avant même que Bell le rende disponible au Canada.

Bon chic, bon genre

Le boîtier noir, aux coins arrondis, donne une impression de qualité. Le fini lustré est agréable à l’oeil, certes, mais il faut avoir un chiffon en microfibre à portée de la main pour enlever les traces de doigts de temps en temps. L’appareil, d’un poids de 133 g, semble un tantinet lourd dans une poche de veston, mais il procure un sentiment de robustesse – contrairement à certains appareils si légers qu’ils sont enclins à glisser de la main.

L’appareil mesure 6 cm par 11 cm par 1,34 cm d’épaisseur : il est plus compact que les assistants numériques offerts il y a dix ans. Il peut ainsi se glisser dans une poche de pantalon, mais sa taille impose un sacrifice au niveau des dimensions de l’écran et des touches du clavier.

Au dos, on observe la lentille d’un appareil photo numérique, la grille d’un petit haut-parleur ainsi que le stylet qui est inséré dans l’appareil à partir du coin inférieur droit. Sous le couvercle, on retrouve la pile ainsi qu’une fente qui permet d’utiliser une carte de mémoire en format MicroSD pour la consultation de fichiers comme des images, des fichiers audio en formats MP3 et MWA et des fichiers vidéo en format WMV.

Sur les côtés de l’appareil, des boutons servent à activer et désactiver la fonction de téléphonie et les alertes sonores (pour passer en mode vibration), et à activer la détection de réseaux sans fil. D’autres boutons servent à contrôler le niveau de volume de la sonnerie téléphonique ou du son, alors qu’un bouton programmable offre à la base l’activation et le déclenchement de la fonction d’appareil photo. Enfin, au bas de l’appareil, un port microUSB sert à la recharge de l’appareil et au transfert de données, ainsi qu’une prise qui sert au branchement des écouteurs.

Sur la façade de l’appareil, le clavier aux touches translucides est également d’apparence soignée. Les touches sont petites, ce qui demande un peu de patience lorsqu’on a de gros doigts. Sous l’écran tactile, la molette de navigation et le bouton de sélection s’utilisent avec aisance, tout comme les boutons d’amorce et de terminaison d’appel téléphonique et les quatre touches à effleurement qui sont dédiées au menu des applications, au courriel, au calendrier et à la fonction « OK ».

L’écran tactile de 6,5 cm de diagonale, qui affiche des couleurs vives, se consulte bien à l’intérieur. Toutefois, il est difficile d’en lire le contenu à l’extérieur, à moins d’utiliser une main comme pare-soleil. L’écran répond aux pulsions du stylet et du doigt, mais il faut parfois appuyer avec un peu de force pour que l’écran « saisisse » la commande.

Polyvalence convenable

L’appareil utilise Windows Mobile 6.1 comme système d’exploitation pour les applications. Comme l’essai a trait à l’appareil en tant que tel, nous éviterons les commentaires à propos de la structure même du SE et des applications incluses, comme les versions mobiles de Word, d’Excel, OneNote et PowerPoint. Néanmoins, on peut dire que les menus sont bien structurés et simples à utiliser.

Par ailleurs, il faut savoir que l’appareil est disponible avec un système d’exploitation et des logiciels applicatifs en anglais ou en français, selon la version achetée auprès du fournisseur. Malheureusement, la version d’essai était en anglais, ce qui n’a pas permis de tester la convivialité d’utilisation des caractères accentués.

La fonction de téléphonie offre une bonne qualité sonore autant pour l’écoute que pour la transmission de la voix. L’appareil offre également une bonne reproduction de la musique, par le biais des écouteurs. Nous n’avons pas pu essayer l’écoute de contenu au moyen d’une carte de mémoire, mais le rendu sonore était remarquable pour la musique provenant directement d’Internet.

L’appareil photo de 2 mégapixels, qui offre plusieurs ajustements (résolution, luminosité, minuterie, etc.), produit des images dont la qualité est bonne sans être excellente. Les images peuvent être transmises par courriel, stockées sur une carte de mémoire ou téléversées vers un autre ordinateur par le biais de la fonction Bluetooth.

Consommation binaire, monétaire et énergétique

La fonction Wi-Fi 802.11 b/g permet de connecter l’appareil à un réseau sans fil, notamment pour naviguer sur la Toile. La consultation d’Internet est aussi possible par le biais du réseau du fournisseur de services mobiles. Or, l’affichage en kilooctets du « poids » des fichiers téléchargés lors de l’ouverture d’une page Web rappelle à quel point la consultation de sites Web conventionnels pourrait faire atteindre rapidement la limite de téléchargement d’un forfait. Pour éviter les frais additionnels, mieux vaut se limiter aux sites légers conçus pour les appareils mobiles.

La fonction de localisation GPS, malheureusement, n’est pas gratuite. Il faut débourser pour utiliser durant une journée ou un mois ce service offert par le biais du fournisseur de services mobiles. La cartographie, la fonction de définition d’un trajet et la fonction de navigation vocale aideront l’automobiliste à se rendre à bon port. Toutefois, l’écran semble petit à consulter lorsqu’on est au volant – d’ailleurs, il faut se procurer un support qui gardera l’appareil en place sur le tableau de bord.

Un désagrément réside dans son incapacité de l’éteindre entièrement. Certes, on peut mettre l’appareil en mode « sommeil » – ce qu’il fait de lui-même après une période d’inactivité – tout comme on peut facilement désactiver la fonction de téléphonie lors des réunions. Néanmoins, le fait qu’il fonctionne en tout temps peut faire en sorte que la pile s’épuise à son insu. Ainsi, la pile de l’appareil, qui était encore partiellement chargée le vendredi soir, était à plat le lundi matin.

Cette particularité sera secondaire pour ceux et celles qui utilisent l’appareil sept jours sur sept, puisqu’ils pourront être avisés au bon moment que la pile est presque vide. Toutefois, les autres utilisateurs auraient intérêt à le recharger avant de le laisser de côté pour la fin de semaine, afin d’éviter une attente inutile lors du retour au travail.

Un marché en effervescence

Avec cet appareil, Palm veut combattre Research In Motion et ses populaires appareils Blackberry dans le créneau de marché des appareils à clavier intégré.

Toutefois, les appareils dotés d’un plus grand écran tactile sont en forte popularité, comme en témoigne l’intérêt croissant porté envers le iPhone d’Apple non seulement par les individus, mais aussi par les organisations. D’ailleurs, Palm s’apprête à lancer le modèle Pré dont le clavier physique sera escamotable sous l’appareil, pour libérer davantage d’espace pour un écran plus grand. Est-ce que les jours du clavier à même la surface de l’appareil sont comptés?

Néanmoins, certains utilisateurs préféreront utiliser un appareil à la configuration classique. Le Palm Tréo Pro alors pourrait convenir aux utilisateurs qui souhaitent utiliser un appareil à la fois polyvalent et compact. Sa petite taille procure des avantages et des inconvénients. Néanmoins, l’appareil semble constituer un bon compromis, lorsqu’on se remémore l’époque où il fallait trimballer un téléphone mobile gros comme une brique de fromage et un assistant numérique monochrome trop gros pour une poche de vêtement…

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+