No related posts found!

Palm Pre : la téléphonie évoluée personnelle à l’ère de la conciliation


Jean-François Ferland - 14/08/2009

Avec le modèle Pre, Palm saute dans l’arène du marché des téléphones évolués pour le grand public. Le directeur de la gestion des produits Sachin Kansal a démontré les particularités du produit lors d’un passage à Montréal.

Après avoir consacré leurs énergies à desservir les utilisateurs en entreprise, les entrepreneurs et les professionnels, les fabricants de téléphones évolués s’intéressent grandement au créneau des consommateurs. Après des fabricants comme Apple (iPhone) et Research in Motion (Blackberry), voici que Palm, l’un des pionniers du créneau des assistants numériques, met en marché un appareil qui a été conçu expressément à l’intention du grand public.

Le directeur de la gestion des produits Sachin Kansal, a récemment fait une escale au Québec pour rencontrer les médias spécialisés en technologies de l’information. Cette rencontre visait, en premier lieu, à faire la démonstration de l’appareil en marge de sa commercialisation au Canada qui est prévue pour le 27 août.

Particularités

Le Californien a présenté l’appareil qui comporte, certes, des caractéristiques communes aux téléphones évolués qui sont retrouvés sur le marché : un écran couleur tactile, des fonctions de lecture de l’audio et de la vidéo, un appareil photo, un fureteur Internet et une capacité de branchement à un réseau Wi-Fi, des logiciels téléchargeables, des applications de réseautage social, une fonction de positionnement de type GPS, etc. Mais M. Kansal s’est surtout attardé à démontrer les particularités qui distinguent l’appareil de certains ou plusieurs des produits concurrents sur le marché.

Outre la présence d’un clavier à touches qui est accessible par le glissement de la portion supérieure du boîtier et d’un flash à lumière DEL pour l’appareil photo, c’est une surface tactile, située en bas de l’écran, qui a fait l’objet d’une attention particulière. Le glissement du doigt vers la droite ou la gauche sur cette surface permet de naviguer vers l’avant ou l’arrière dans les menus, alors qu’une petite lumière confirme la détection du geste. Un geste soutenu vers le haut fait apparaître la barre flottante des cinq fonctions les plus fréquemment utilisées (téléphone, courriel, calendrier, contacts, menu des logiciels).

À l’écran, un geste vers la gauche ou la droite permet de passer d’une application à une autre, alors qu’un geste vers le haut sert à fermer une application.

« L’idée est, peu importe où on se trouve dans le système et qu’on veut lancer une des applications de la barre principale, ce n’est pas un long processus où il faut retourner à la case départ et fermer une application pour pouvoir en ouvrir une autre. On peut avoir plusieurs applications ouvertes en même temps, peu importe où on se trouve [dans le système] », a expliqué M. Kansal. Il a ensuite démontré la capacité de traitement multitâche de l’appareil, qui poursuit le chargement d’une page Web, mais interrompt la lecture d’une vidéo lors de l’utilisation d’une autre application.

Énergie sans fil

Une autre caractéristique intéressante réside dans un accessoire nommé Touchstone. Il s’agit d’un chargeur à induction qui recharge l’appareil dès qu’il y est déposé, sans recourir à un connecteur, peu importe l’orientation. M. Kansal a souligné le travail d’intégration, au niveau du système d’exploitation WebOS, qui a été réalisé par les développeurs de Palm à l’égard de ce chargeur.

« Si l’appareil sonne lorsqu’il est sur le Touchstone, l’appareil « répond » dès qu’on le saisit, a-t-il expliqué. Cela élimine deux étapes du processus : on n’a pas à déverrouiller l’appareil ni à appuyer sur le bouton de réponse. Aussi, si on dépose l’appareil sur le chargeur durant un appel, on passe en mode « mains libres » à l’aide du haut-parleur. »

Développement équilibré

Durant plusieurs années, le développement de produits technologiques était fondé sur la perception qu’avaient les ingénieurs et les développeurs des besoins des utilisateurs finaux qui pouvaient ou devaient être comblés à l’aide d’un appareil ou d’un logiciel. Ensuite, les fabricants ont eu recours à des groupes témoins pour tester les nouvelles caractéristiques de leurs appareils afin d’assurer que leurs produits ne feraient pas chou blanc.

M. Kansal a expliqué que la philosophie de développement chez Palm, lors de la création d’un produit, reposait autant sur la perception des utilisateurs finaux que sur celle des spécialistes en interne, et ce, pour une question de perception.

« Nous avons recours à des groupes témoins depuis l’époque des PalmPilot, a-t-il relaté. Ce n’est pas comme si nous avions à aller prendre le pouls à froid des besoins des utilisateurs. Les besoins des personnes évoluent, mais ne changent pas à 100 %. Nous avons tellement de connaissances obtenues ces 12 dernières années que nous avons appliquées à cet appareil ».

« Bien sûr, il nous faut sortir pour aller comprendre, par exemple, comment les personnes gèrent leurs données. Le grand constat est qu’au milieu des années 1990 toute l’information était sur l’ordinateur, alors que maintenant c’est sur le Web, autant pour le travail que la vie personnelle, à divers endroits. La fonction Synergy [du système d’exploitation WebOS, qui intègre dans une même présentation logique les divers moyens d’interaction des contacts d’un utilisateur] est un résultat direct d’une telle observation. »

M. Kansal a ajouté que l’autre aspect majeur du développement des produits provenait des convictions des spécialistes de l’entreprise. « On ne trouvera pas toujours dans un groupe témoin tout ce que veulent les utilisateurs finaux. [Ces utilisateurs] sont même en quelque sorte limités dans leur pensée en fonction de ce qui est disponible : ils peuvent dire « Blackberry fait ceci, il vous faut faire ceci », ou « le iPhone fait cela, il vous faut faire cela ». Leur pensée peut être étroite et nous, à titre de visionnaires et de meneurs dans cet environnement, devons penser selon une nouvelle perspective ».

« Je doute qu’un utilisateur nous ait dit de construire le Touchstone. Nous avons des ingénieurs talentueux tout comme le chef de la direction John Rubenstein, qui peuvent aller plus loin que ce que disent les consommateurs, ce qui est extrêmement important. »

Construire un pont

Alors que les appareils mobiles ont longtemps été conçus en fonction des besoins des travailleurs, il semble que la frontière qui séparait les produits destinés à l’entreprise et ceux destinés à la vie personnelle tend à s’amenuiser.

M. Kansal a affirmé que Palm souhaite que le Pre, par exemple par son intégration à Exchange et à Facebook, serve de pont entre la vie personnelle et la vie de travail, tout en sachant que les besoins commerciaux ne sont pas entièrement couverts.

« Est-ce que cet appareil répond à tous les besoins d’un utilisateur d’affaires? Non, pas maintenant, mais peut-être dans le futur, il le pourra. Est-ce qu’il soutient toutes les plus récentes politiques de sécurité qu’une entreprise peut exiger? Non, mais ce n’est pas la cible. Mais un utilisateur personnel qui acquiert cet appareil a également un emploi et veut gérer des éléments liés au travail. Un utilisateur dans une entreprise ou un commerce a aussi – espérons-le! – une vie familiale et des amis. On veut gérer tout cela ».

« Il y a eu une phase où les gens traînaient deux appareils : ce n’est pas une solution à long terme. Nous voulons que les gens transportent un seul appareil pour accéder à l’Internet, au courriel et au téléphone, tout comme pour résoudre les problèmes de travail. Nous croyons qu’il s’agit d’un bon équilibre entre l’utilisation de travail et l’utilisation personnelle. »

M. Kansal a ajouté que le lancement du Pre, il y a deux mois aux États-Unis, a été fait avec une emphase vers le grand public au niveau de la publicité et du marketing, mais que l’intérêt manifesté par les entreprises pour faire l’essai du produit est appréciable.

« Auparavant, un utilisateur achetait un appareil à titre personnel et l’apportait en entreprise en disant « peut-on l’utiliser en interne? ». Maintenant même le personnel des TI, qui pensait avant tout à la sécurité et était parfois étroit d’esprit, est conscient que les utilisateurs veulent des appareils dernier cri et s’intéressent aux façons d’en faire l’utilisation en entreprise », a-t-il indiqué.

Mise en marché

Bell Canada sera le distributeur exclusif du Palm Pre au Canada. Jean-François Couture, le directeur régional des magasins Bell, a souligné que l’entreprise sera le deuxième fournisseur de services de télécommunications à offrir le produit à l’échelle mondiale – après Sprint aux États-Unis – et que le marché grand public sera ciblé en premier lieu.

M. Couture a indiqué que l’appareil serait offert à 199,95 $ avec un contrat de trois ans et à 599,95 $ sans contrat. Un forfait de données comptant au moins 500 mégaoctets sera requis pour « faire fonctionner » l’appareil. Le forfait minimal répondant à cette exigence est établi à 45 $ par mois. Le chargeur Touchstone sera vendu séparément à 79,95 $.

M. Kansal a expliqué que Palm travaillait avec des développeurs depuis presque neuf mois et qu’une trentaine de développeurs de logiciels, parmi ceux qui avaient soumis une requête, ont eu un accès hâtif à l’ensemble de développement dès février dernier. « La raison pour laquelle nous avons procédé de la sorte visait à apprendre et obtenir de la rétroaction afin de rendre notre ensemble de développement plus robuste ».

Alors que l’ensemble de développement est disponible sur le site Web consacré aux développeurs (webOSdev), la boutique en ligne des logiciels de Palm devrait être inaugurée à l’automne

Jean-François Ferland est journaliste au magazine Direction informatique.




Tags:

À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+