OVHcloud lance des serveurs « bare metal » payables à l’utilisation, compatibles avec le nuage public

La société française d’infonuagique OVHcloud lançait hier son nouveau produit : Metal Instances, un serveur physique payable à l’utilisation qui fournit aux utilisateurs des ressources de calcul, de stockage et de réseau pour leurs charges de travail. Il est exécuté sur des serveurs physiques dédiés à locataire unique et les ressources allouées sont facturées à l’heure ou au mois.

Metal Instances est également compatible avec l’écosystème du nuage public, permettant aux utilisateurs d’industrialiser leur utilisation d’instances « bare metal », et d’enrichir leurs déploiements avec l’ensemble du catalogue du nuage public. Ils sont déployés via des API (interface de programmation d’applications) et des outils « Infrastructure-as-Code ».

Les utilisateurs peuvent choisir le meilleur matériel pour leurs charges de travail de traitement grâce à la disponibilité à la demande et aux temps de déploiement rapides des instances physiques, rendus possibles par la prise en charge native d’OpenStack et de Terraform.

« De la création de nos propres serveurs “bare metal” dédiés, où nous avons le contrôle total de la conception grâce à notre modèle intégré unique, à la disponibilité des instances physiques, le “bare metal” boucle la boucle pour répondre à tous les besoins de calcul infonuagiques auxquels on pourrait penser », a déclaré Thierry Souche, directeur technique d’OVHcloud. 

Les clients peuvent choisir parmi les trois instances suivantes, en fonction de leurs besoins :

  • bm-s1 – de petite taille, propulsé par un Intel Xeon-E 2274G, 2x 960 Go (gigabyte) SSD (solid state drive), 32 Go de mémoire et avec un prix horaire de 0,5 euro (0,70 $ CAN)
  • bm-m1 – de taille moyenne, propulsé par un Intel Xeon-E 2288G, 2x 960 Go SSD, 64 Go de mémoire, avec un prix horaire de 0,85 euro (1,20 $ CAN)
  • bm-l1 – de grande taille, propulsé par un AMD EPYC 7371, 2x 960 Go SSD, 128 Go de mémoire, avec un prix horaire de 1,45 euros (2 $ CA)

Toutes les instances sont dès maintenant disponibles au Canada.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Ashee Pamma
Ashee Pamma
Ashee est rédactrice pour IT World Canada. Elle a obtenu son diplôme en communication et études médiatiques à l'Université Carleton à Ottawa. Elle espère devenir chroniqueuse après d'autres études en journalisme. Vous pouvez lui envoyer un courriel à [email protected]

Articles connexes

Tecsys annonce une nouvelle solution de gestion du commerce électronique 

Tecsys Inc., une entreprise québécoise du domaine de la gestion de la chaîne d'approvisionnement et du commerce omnicanal annonçait il y a quelques jours une nouvelle solution d'exécution du commerce électronique de type « entrepôt dans un entrepôt ».

La division d’informatique d’entreprise de Zoho ouvre deux centres de données au Canada

ManageEngine, la division d’informatique d'entreprise du fournisseur de logiciels infonuagiques Zoho, annonçait cette semaine l'ouverture de deux centres de données au Canada, l’un à Montréal et l’autre à Toronto.

Aptum acquiert la montréalaise CloudOps

Le fournisseur de services gérés hybrides multi-nuage Aptum a considérablement augmenté son offre de produits ainsi que ses effectifs, avec l'annonce de l'acquisition de CloudOps, une société de Montréal spécialisée dans les plateformes infonuagique natives open source, la réseautique et le développement & exploitation.

Les centres de données peuvent économiser de l’énergie grâce à la technologie hybride de refroidissement liquide par immersion

OVHcloud a récemment introduit une nouvelle approche de refroidissement liquide hybride pour refroidir ses centres de données qui vise à permettre aux entreprises de réduire les coûts, de gérer leurs données de manière responsable et de les aider à réduire leur empreinte carbone.  

Dépenser pour l’essentiel, et pas seulement pour la technologie, est vital pour la sécurité infonuagique

Les RSSI savent depuis des années que l'argent seul n'achète pas la sécurité dans les environnements sur site. La leçon est la même dans le nuage, selon un nouveau rapport.