Offre de Carl Icahn : Dell se donne du temps

Mis sous pression par l’investisseur activiste Carl Icahn, le conseil d’administration de Dell se donne jusqu’au 22 mars pour tenter de trouver des investisseurs qui seraient prêts à soumettre une offre d’achat pour le fabricant d’ordinateurs personnels et de serveurs.

Lundi, Icahn Enterprises, la société du milliardaire, a révélé avoir signé une entente de confidentialité avec Dell afin d’avoir accès aux informations financières confidentielles de l’entreprise texane.

Le comité spécial du conseil d’administration responsable de veiller sur l’analyse des options stratégiques de Dell affirme dans une lettre qu’il travaille « activement » à tenter de trouver des partenaires prêts à soumettre une offre qui serait plus avantageuse pour les actionnaires que le projet de privatisation de 24,4 milliards de dollars américains soumis par le fondateur Michael Dell et par la firme d’investissements Silver Lake.

Le conseil d'administration de Dell se done jusqu'au 22 mars pour tenter de trouver des investisseurs prêts à racheter l'entreprise. (Photo: Dell)
Le conseil d’administration de Dell se done jusqu’au 22 mars pour tenter de trouver des investisseurs prêts à racheter l’entreprise. (Photo: Dell)

Le conseil d’administration réagit ainsi à la réception d’une lettre du milliardaire Carl Icahn qui est d’avis que le projet de privatisation à 13,65 dollars par action sous-évalue grandement la valeur de Dell. Ce dernier demande que l’entreprise verse un dividende spécial de 9 dollars par action si le projet de privatisation devait être approuvé par les actionnaires.

Un tel dividende viendrait gonfler la valeur de la transaction d’environ 15,65 milliards de dollars, ou 67 %. Carl Icahn soutient que le juste prix pour chacune des actions de Dell est de 22,81 dollars américains*.

L’investisseur propose même de prêter jusqu’à 3,25 milliards de dollars à Dell pour financer le versement du dividende, moyennant des « termes raisonnables ». Il menace par ailleurs l’entreprise d’« années de batailles juridiques » si elle ne se conformait pas à sa demande et réclame une transaction qui profiterait à tous les actionnaires, et pas seulement à Michael Dell.

* Tous les montants sont en dollars américains.

À lire également sur Dell

Accord pour la privatisation de Dell

La lettre de Carl Icahn et la réponse du conseil d’administration de Dell

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Les grandes annonces du Dell Technologies World 2022

L'événement annuel Dell Technologies World est à nouveau à nos portes et avec lui, l’entreprise annonce des nouvelles fonctionnalités et des perspectives pour un proche avenir.

Des entreprises s’attendent à de l’aide de l’État pour investir dans des technologies propres

Neuf dirigeants sur dix de moyennes entreprises du Canada ayant répondu à un sondage produit par KPMG se disent préoccupés par les répercussions du conflit en Europe sur l’économie, l’industrie et les entreprises.

Financement fédéral pour les semi-conducteurs et la photonique d’ici

Les industries locales de semi-conducteurs et de photonique au Canada auront accès à de nouvelles sources de financement fédéral.

La Caisse de dépôt mise sur la numérisation de l’économie

Les stratégies de la Caisse de dépôt et placement du Québec tiennent compte de la numérisation de l’économie et de la transition climatique.

Des restaurateurs s’équipent de leur propre plateforme de livraison de commandes

L’entreprise RestoLoco a été créée en 2020 pour « briser le cercle vicieux de l’utilisation des plateformes de livraison étrangères comme Uber Eats » et pour « déployer une plateforme qui appartient et profite » aux restaurateurs.