Nudge.ai annonce sa fermeture

La jeune pousse torontoise Nudge.ai, spécialisée dans la gestion de la relation client (CRM), a annoncé lundi qu’elle fermait ses portes.

Image : Getty

« Nous n’avons pas été en mesure de faire de Nudge le succès que nous espérions », ont indiqué les cofondateurs de l’entreprise, Paul Teshima et Steven Woods, dans une lettre envoyée à leurs utilisateurs et obtenue par BetaKit.

S’adressant à BetaKit, Teshima a attribué la décision de se retirer du marché à « une combinaison de facteurs », dont un financement insuffisant.

Fondée en 2014, Nudge.ai proposait une plateforme CRM qui employait l’intelligence artificielle (IA) pour recueillir et analyser les informations relatives aux clients et repérer des lacunes dans le processus de vente.

La solution se basait aussi sur l’IA pour intégrer tous les canaux de communications d’un vendeur, comme le courrier électronique, les applications de clavardage et le téléphone, dans le but de faciliter les interactions avec les clients.

L’offre gratuite de Nudge.ai comptait 50 000 clients en 2017. Plus récemment, l’entreprise avait commencé à proposer une version « professionnelle » payante de sa plateforme.

La jeune pousse avait récolté environ 10 millions $ depuis sa fondation, dont 6,5 millions obtenus dans une ronde de financement dirigée par OMERS Ventures.

Teshima a expliqué à BetaKit que Nudge.ai avait discuté avec des investisseurs en capital-risque au cours de la dernière année pour tenter de lever des fonds supplémentaires, mais que ces démarches n’avaient pas porté fruit.

Il a ajouté que l’entreprise avait même cherché des options de financement en dehors du capital-risque jusqu’à la semaine dernière, mais que « rien n’avait fonctionné ».

La version gratuite de Nudge.ai restera disponible jusqu’au 30 janvier pour permettre aux utilisateurs de télécharger des données à partir de leurs comptes. La version professionnelle doit aussi demeurer en fonction « dans un état limité » jusqu’à cette date.

L’entreprise a précisé avoir arrêté tout traitement de paiement futur et remboursé les transactions qui auraient dépassé le 31 janvier.

Lire aussi :

Technologies financières : Visa achète la jeune pousse Plaid

Finance Montréal : partenariat avec IBM pour aider les jeunes entreprises

IA : la Montréalaise Lyrebird acquise par la start-up américaine Descript

La PME montréalaise Mnubo vendue

Catherine Morin
Catherine Morin
Éditrice - Direction Informatique

Articles connexes

Le Canada signe des accords avec Volkswagen et Mercedes-Benz pour la fabrication des batteries de véhicules électriques

Le Canada a signé un protocole d'entente avec les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Mercedes-Benz pour leur fournir des matériaux de batterie pour véhicules électriques (VÉ).

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Le Canada demande au G7 un groupe de travail sur la cybersécurité

Face à ce qu'il appelle les « cyberactivités malveillantes » de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, le Canada exhorte les pays du G7 à créer un groupe de travail pour partager les meilleures pratiques en matière de cybersécurité afin de protéger leurs infrastructures essentielles de TI et de télécommunications.

L’état de l’identité numérique au Canada

L'identité numérique arrive au Canada, soulevant une foule de questions de même que certaines préoccupations des défenseurs de la vie privée. De nombreuses provinces et le gouvernement fédéral ont lancé des initiatives d'identité numérique pour simplifier et sécuriser l'accès aux services gouvernementaux.

Le Canada devrait limiter l’utilisation de la reconnaissance faciale

Les commissaires à la protection de la vie privée fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada déclarent que le Parlement devrait limiter l'utilisation par la police canadienne de la technologie de reconnaissance faciale à des circonstances étroitement définies telles que les crimes graves, ont déclaré aujourd'hui.