Nouvel ordinateur central de moyenne envergure chez IBM

IBM commercialise l’ordinateur central zEnterprise 114 qui offrirait des performances accrues de 25 % en comparaison avec celles du modèle System z10 BC, et ce, à un coût inférieur de 25 %. Le fournisseur destine cet ordinateur aux petites et moyennes entreprises.

L’ordinateur central zEnterprise 114 d’IBM, qui constitue une évolution du serveur System z10 BC commercialisé en 2008, peut utiliser jusqu’à quatorze microprocesseurs cadencés à 3,8 GHz qui seraient répartis dans deux tiroirs, dont dix peuvent être configurés selon trois moteurs spécialisés. Il s’agit du moteur Integrated Facility for Linux (IFL) qui soutient des charges de type Linux, du moteur System z Integrated Information Processor (zIIP) qui soutient des charges de type DB2, Tivoli et Z/OS, et du moteur System z Application Assist Processor (zAAP) qui soutient des charges de type Java et XML.

Également, le zEnterprise 114 exploite de la mémoire vive redondante selon le principe RAIM (Redundant Array of Independant Memory), alors que de la mémoire additionnelle est dédiée à l’aire de système pour le matériel (Hardware System Area) qui contient les données relatives à la configuration des entrées et sorties.

D’autre part, les fonctions de virtualisation du modèle zEnterprise 114 – à l’aide du système d’exploitation z/VM et de la technologie matérielle de partition logique LPAR – permettraient le soutien d’en moyenne trente serveurs distribués par coeur de processeur.

Traitement multiplateforme

L’ordinateur central zEnterprise 114 peut soutenir certains modèles de serveurs lames System x qui exploitent pour l’instant des applications sous Linux x86 et qui pourront exploiter à court terme des applications Windows.

À l’aide de l’unité d’extension zEnterprise Blade Center Extension (zBX) et de l’outil de gestion zEnterprise Unified Resource Manager, l’ordinateur central zEnterprise 114 sera apte à gérer comme s’il s’agissait d’un seul système ses propres charges de traitement, celles de serveurs lames System x (soit certains modèles IBM BladeCenter HX5) et celles de serveurs lames fondés sur les microprocesseurs à multiples coeurs POWER7 (soit certains modèles BladeCenter PS701 Express).

Ainsi, il sera possible d’exploiter en simultanée des applications et des charges de travail qui auront trait aux systèmes d’exploitation z/OS et Linux sur le zEnterprise, z/VM et AIX sur des serveurs POWER7 et Windows et Linux sur des serveurs System x. Jusqu’à 112 serveurs lames et optimiseurs de charge de travail pourront être intégrés à cet ordinateur central.

D’autre part, le zEnterprise 114 est muni de nouvelles fonctions de sécurité, par exemple des capacités de chiffrement à même le processeur et le coprocesseur.

IBM affirme que le coût total d’exploitation en trois ans d’un ordinateur zEnterprise 114, au niveau au matériel, des logiciels et du soutien, pourrait être inférieur de 80 % au coût d’exploitation de serveurs regroupés. Le fabricant de systèmes informatiques indique également que ce nouvel ordinateur central procure des économies additionnelles qui sont liées à un espace plancher réduit et à une consommation énergétique améliorée.

Coût et financement

Le serveur zEnterprise 114 est commercialisé à un prix initial de 75 000 dollars américains, ce qui serait le plus bas prix jamais attribué à un ordinateur central de Big Blue.

D’autre part, Financement mondial IBM, l’entité de financement du fournisseur de systèmes informatiques, offre le rachat au comptant et le recyclage de certains systèmes HP et Oracle-Sun, tout comme un report de six mois des paiements pour le matériel, le matériel et les services qui ont trait au zEnterprise 114.

Du financement sans intérêt de douze mois est également offert à l’achat de logiciels IBM qui sont destinés à cet ordinateur central, comme les logiciels d’analytique et les intergiciels Lotus, WebSphere, Rational et Tivoli.

Pour consulter l’édition numérique du magazine de juin de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Converge Technology Solutions obtient la certification liée aux solutions zSystems et LinuxONE d’IBM

Converge Technology Solutions, un fournisseur de solutions de TI et d'infonuagique compatibles avec les logiciels de Gatineau, détient maintenant la certification pour vendre et mettre en œuvre les solutions zSystems et LinuxONE d'IBM au Canada.

Une escouade numérique pour aider les PME dans leur transformation

Le Réseau des CCTT - Synchronex lance une nouvelle plateforme nommée « Mon succès numérique » et invite les PME et les organismes de partout au Québec à se propulser vers l'avenir. 

Le programme NUMERIA du CRIM : Propulser l’intelligence artificielle dans les PME du Québec

En partenariat avec Prompt, qui développe et finance des partenariats de recherche et d’innovation dans tous les secteurs des technologies de l’information, du numérique, de l’intelligence artificielle et de la microélectronique, le Centre de Recherche Informatique de Montréal (CRIM) lançait récemment son programme NUMERIA pour aider les organisations et les PME dans la mise en œuvre d’un premier projet en intelligence artificielle (IA).

L’analyse continue est la clé pour assurer la sécurité des PME, selon un rapport

L'objectif de la mise en œuvre de la vérification systématique trouve son chemin dans les environnements des petites et moyennes entreprises (PME), et une étape vitale implique la mise en œuvre d'une analyse continue des vulnérabilités, révèle un rapport publié cette semaine.

Le coût moyen d’une violation de données atteint 7 millions de dollars

Les 25 entreprises canadiennes qui ont subi une violation de données au cours de la période de 12 mois se terminant en mars ont payé en moyenne 7 millions de dollars en frais de rétablissement par incident. En comparaison, la moyenne des 550 entreprises étudiées dans le monde était de 5,5 millions de dollars (les montants sont en dollars canadiens).