Nouveau laboratoire d’intelligence artificielle à Montréal

Un nouveau laboratoire international d’intelligence (IA) voit le jour à Montréal, confirmant le statut de Montréal comme leader dans ce domaine, a annoncé hier l’Université McGill.

Il est le fruit d’une collaboration entre le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Université McGill, l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal, l’Université Paris-Saclay, l’école CentraleSupélec et l’Institut québécois d’intelligence artificielle (Mila).

Intelligence artificielle
Image : Getty

Baptisé ILLS (International Laboratory on Learning Systems), ce laboratoire permet la mise en commun et l’acquisition de nouvelles connaissances théoriques dans le domaine de l’intelligence artificielle. Il permettra de mieux comprendre le potentiel de cette nouvelle technologie, mais aussi de sécuriser l’utilisation des algorithmes d’apprentissage machine, a-t-on annoncé par voie de communiqué.

Le centre se penchera sur cinq grands sujets de recherche : les aspects fondamentaux de l’IA, l’apprentissage machine séquentiel (en temps réel), les systèmes autonomes robustes, le langage naturel et le traitement de la parole ainsi que les applications possibles pour les systèmes de vision, les signaux et le traitement de l’information.

L’ILLS mettra par ailleurs l’accent sur les collaborations interdisciplinaires pour élaborer de nouvelles méthodes et intégrer ces techniques aux systèmes d’apprentissage machine.

« Ce nouveau laboratoire confirme le statut de meneur mondial en IA de Montréal », affirme Benoit Boulet, vice-principal associé à la recherche et à l’innovation à l’Université McGill. « Cette plaque tournante attire de plus en plus de talents, et l’équipe de recherche et la communauté étudiante de McGill participent à chaque étape du processus. Cette initiative sera l’occasion pour notre équipe de recherche de réaliser encore plus de percées révolutionnaires. »

Le laboratoire s’intégrera au secteur de l’intelligence artificielle (IA) à Montréal, qui attire de nombreux investissements publics et privés. La ville s’est d’ailleurs positionnée comme l’un des fers de lance mondiaux de l’IA, comptant environ 27 000 emplois et plus de 14 000 inscriptions à des programmes d’études postsecondaires dans le domaine.

Lire aussi :

Québec lance un appel de projets en matière d’intelligence artificielle

Lancement de la Vitrine IA Québec

L’intelligence artificielle pour dépister le diabète

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

Microsoft renforce son partenariat avec OpenAI

Microsoft a annoncé hier qu'elle entamait la troisième phase de son partenariat avec la société d'intelligence artificielle OpenAI, après des investissements en 2019 et 2021.

Le Centech parmi les 10 meilleurs incubateurs d’entreprises universitaires selon UBI Global

Le Centech, un incubateur universitaire affilié à l'École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal figure au Top 10 des incubateurs d'entreprises universitaires les plus performants au monde selon le classement UBI Global.

Balado Hashtag Tendances, 19 janvier 2023 — L’IA écrit des articles, une maison imprimée, le syndicat chez Amazon et une employée démasquée

Cette semaine : Des articles générés par l’intelligence artificielle, une maison imprimée en 3D, la syndicalisation d’un centre Amazon confirmée et une employée démasquée par un logiciel-espion.

Une session d’Info-Tech pour les responsables informatiques va « plus loin que le battage médiatique » autour de ChatGPT

Maintenant que le ChatGPT d'OpenAI est dans le domaine public, les réflexions et les discussions cours tournent autour de l'impact qu'il aura sur la société dans son ensemble et dans l'entreprise.

Lia 27, une intelligence artificielle montréalaise. Menacerait-elle l’avenir des agents de relations publiques ?

Elle se nomme Lia 27 et elle est originaire de Montréal. Elle est une intelligence artificielle dotée de capacités humaines, et elle s'est fait un nom en tant que personne « intelligente, apte et émotionnellement futée ».