Nouveau-Brunswick : Siemens devient membre de l’Institut sur la cybersécurité


Fanny Bourel - 04/02/2019

Siemens Canada a adhéré à l’Institut canadien sur la cybersécurité (ICC), qui est rattaché à l’Université du Nouveau-Brunswick.Illustration du concept de brèche de sécurité, d'intrusion dans un système informatique.

Siemens, une multinationale d’origine allemande qui se spécialise en énergie, médecine et bâtiment, et qui emploie 4800 personnes au Canada, a récemment lancé un centre sur la cybersécurité à Fredericton. Ce centre est axé sur la R et D, mais aussi sur l’offre de services gérés et de consultation, afin d’exporter des produits de cybersécurité conçus localement.

D’ici 2020, ce sont en tout 30 emplois en ingénierie, en analyse et en conseil qui seront créés dans ce centre. Par la suite, Siemens compte recruter 30 personnes supplémentaires.

En adhérant à l’ICC, Siemens souhaite contribuer à la formation en cybersécurité et à s’associer à des projets de recherche.

« L’Institut canadien sur la cybersécurité de l’Université du Nouveau-Brunswick collaborera avec l’équipe technique et les chercheurs de Siemens pour mettre au point des technologies de pointe […] en matière de cybersécurité et de confidentialité », a indiqué, par communiqué, Ali Ghorbani, directeur de l’Institut canadien sur la cybersécurité et titulaire de la chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur la cybersécurité à l’Université du Nouveau-Brunswick.

Lire aussi :

Ententes du fédéral avec Nokia en 5G et Siemens en réseaux électriques

McAfee et Siemens prolongent un partenariat industriel

Transports: Mandat de distribution pour Electromega




Tags: , , , , , , , , , , ,