NetPME 2011 : Quelques avances et retards dans l’informatisation des PME québécoises

Les PME québécoises utiliseraient davantage les progiciels de gestion intégrés, les sites Web mobiles et les extranets que la moyenne des PME au Canada. Toutefois, elles seraient à la traîne au niveau des progiciels de gestion de la relation client et de la chaîne logistique, des logiciels libres, des sites Internet et des intranets.

L’enquête NetPME 2011, de l’organisme de transfert et de liaison CEFRIO, indique que 82 % des PME canadiennes utiliseraient une suite de logiciels de bureautique. 97,5 % des entreprises comptant entre 100 et 499 employés, 90,5 % des entreprises comptant de 20 à 99 employés et 77,5 % des entreprises comptant de 5 à 19 employés utiliseraient une telle suite de logiciels.

Au Québec, 80,4 % des petites et moyennes entreprises utiliseraient une suite de logiciels de bureautique, ce qui placerait la province à l’avant-dernier rang des provinces et régions qui sont traitées dans l’étude, devant la région de l’Atlantique (77,2 %). C’est en Colombie-Britannique que l’on retrouverait le plus de PME utilisatrices de suites de bureautique (85,9 %).

Progiciels de gestion intégrés

L’enquête du CEFRIO indique que seulement 24,9 % des petites et moyennes entreprises au Canada utiliseraient un progiciel de gestion intégré. 51,9 % des PME comptant de 100 à 499 employés utiliseraient un progiciel de gestion intégré, contre 33,3 % des entreprises comptant de 20 à 99 employés et 19,4 % des entreprises comptant de 5 à 19 employés.

Au Québec 32,2 % des PME emploieraient un progiciel de gestion intégré, soit plus que dans toutes les autres provinces et régions qui sont incluses dans l’enquête. Un tel type de progiciel serait utilisé par 24,5 % des PME en Ontario, par 23,7 % des PME dans la région des Prairies, par 22,8 % des PME dans la région de l’Atlantique et par 17,4 % des PME en Colombie-Britannique.

Au Québec, 64,5 % des PME comptant de 100 à 499 employés utiliseraient un progiciel de gestion intégré, contre 42,2 % des PME comptant de 20 à 99 employés et 24,4 % des PME comptant de 5 à 19 employés. Ainsi, les pourcentages relatifs aux PME québécoises qui utiliseraient ce type de progiciel sont supérieurs de 5 à 12 points aux pourcentages qui ont trait aux PME dans l’ensemble du Canada.

Progiciels de gestion de la relation client

L’enquête NetPME 2011 du CEFRIO affirme que 23,9 % des PME canadiennes auraient recours à un système de gestion de la relation client. 51,6 % des entreprises comptant de 100 à 499 employés, 30,8 % des entreprises comptant de 20 à 99 employés et 18,9 % des entreprises comptant de 5 à 19 employés utiliseraient ce type de progiciel au Canada.

Au Québec, le taux de 22,2 % des PME au Québec qui utiliseraient un progiciel de gestion de la relation client placerait la province à l’avant-dernier rang des provinces et régions qui sont traitées dans l’étude, devant la région de l’Atlantique (17 %). L’Ontario aurait la plus importante proportion d’utilisateurs de ce type de progiciel (27,3 %).

Progiciels de gestion de la chaîne logistique

Selon l’enquête NetPME 2011 du CEFRIO, seulement 12 % PME canadiennes utiliseraient un progiciel de gestion de la chaîne logistique. Ce type de progiciel serait utilisé par 22,9 % des entreprises comptant de 100 à 499 employés, par 14,5 % des entreprises comptant de 20 à 99 employés et par 10,1 % des entreprises comptant de 5 à 19 employés.

Le Québec, avec 8 % des PME qui utiliseraient un progiciel de gestion de la chaîne logistique, arrive au dernier rang des provinces et régions. L’Ontario serait au premier rang (15,9 %) et la région de l’Atlantique au deuxième rang (15 %).

Raisons de l’informatisation des processus

À propos des raisons qui motivent les petites et moyennes entreprises canadiennes à informatiser leurs processus, l’étude du CEFRIO rapporte que 91,9 % des PME visaient une amélioration du service à la clientèle, 90,2 % une augmentation de la productivité et de la compétitivité, et 88,6 % une amélioration du suivi et du contrôle des processus.

Les trois autres raisons qui auraient été le plus souvent reconnues par les PME qui ont participé à l’enquête seraient la réponse aux demandes de la direction (78,8 %), l’amélioration de la communication entre les intervenants (66,2 %) et l’augmentation des revenus (63,9 %).

Logiciels libres et sites Web

Selon l’enquête du CEFRIO, 23,2 % des PME canadiennes utiliseraient des logiciels ou ses systèmes à code source libre. Près de la moitié des PME comptant de 100 à 499 employés auraient implanté de tels logiciels et systèmes.

Le Québec, avec un taux de 19,5 % de petites et moyennes entreprises, se situerait au quatrième rang du classement des provinces et des régions, qui serait dominé par la Colombie-Britannique (28,6 %).

69,8 % des PME du Canada exploiteraient un site Web. Le Québec, avec un taux de 65,7 %, ne devancerait que la région de l’Atlantique (65,1 %).

Or, alors que seulement 8 % des PME canadiennes auraient adapté leurs sites Web pour les plateformes mobiles, le Québec se situerait au premier rang des provinces et régions, avec 11,4 % de PME qui auraient adapté leur site Web.

Enfin, 43,8 % des PME canadiennes utiliseraient un intranet, contre 34,2 % des PME du Québec, alors que 17,7 % des PME du Canada auraient recours à un extranet, contre 19,8 % des petites et moyennes entreprises au Québec.

L’étude NetPME 2011 du CEFRIO traite également de l’accès à Internet et de l’utilisation des ordinateurs au sein des PME canadiennes (Lire : Enquête NetPME 2011 : Portrait canadien de l’utilisation d’Internet et des ordinateurs dans les PME) ainsi que de l’utilisation de la mobilité au sein des PME canadiennes (Lire : Enquête NetPME 2011 : Les PME québécoises à la traîne en matière de mobilité)

L’édition 2011 de l’enquête NetPME du CEFRIO a été produite au moyen des réponses fournies par 2 000 représentants d’entreprises comptant entre 5 et 499 employés – soit 1 000 entreprises du Québec et 1 000 entreprises dans le reste du Canada – lors d’entretiens téléphoniques qui ont été réalisés par la firme de recherche et de sondage SOM du 11 avril au 24 mai 2011.

Pour consulter l’édition numérique du magazine d’octobre 2011 de Direction informatique, cliquez ici

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

CORRECTION : L’application canadienne Alerte COVID retirée après deux ans

L'application canadienne pour les téléphones intelligents Alerte COVID, développée au plus fort de la pandémie de COVID-19 pour avertir les gens lorsqu'ils ont été en contact étroit avec une personne infectée par le virus, a officiellement pris sa retraite.

Les réseaux sociaux comme principale source d’information

Une enquête NETendances dont les résultats ont été dévoilés cette semaine par l'Académie de la transformation numérique (ATN) de l'Université Laval révèle que le tiers des adultes québécois utilisent les réseaux sociaux comme principale source pour s'informer sur l'actualité.

Le Canada demande au G7 un groupe de travail sur la cybersécurité

Face à ce qu'il appelle les « cyberactivités malveillantes » de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, le Canada exhorte les pays du G7 à créer un groupe de travail pour partager les meilleures pratiques en matière de cybersécurité afin de protéger leurs infrastructures essentielles de TI et de télécommunications.

L’état de l’identité numérique au Canada

L'identité numérique arrive au Canada, soulevant une foule de questions de même que certaines préoccupations des défenseurs de la vie privée. De nombreuses provinces et le gouvernement fédéral ont lancé des initiatives d'identité numérique pour simplifier et sécuriser l'accès aux services gouvernementaux.

Le Canada devrait limiter l’utilisation de la reconnaissance faciale

Les commissaires à la protection de la vie privée fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada déclarent que le Parlement devrait limiter l'utilisation par la police canadienne de la technologie de reconnaissance faciale à des circonstances étroitement définies telles que les crimes graves, ont déclaré aujourd'hui.