Netflix peut se passer de la neutralité d’Internet

Le chef de la direction de Netflix aurait affirmé que son entreprise est désormais assez développée pour pouvoir obtenir les ententes qu’elle veut avec les fournisseurs Internet dans un Internet non neutre.Netflix, Federal Communications Commission, FCC

Le site d’informations technologiques CNet rapporte que Reed Hastings, aussi cofondateur, aurait fait cette déclaration dans le cadre d’une conférence organisée par Recode, qui est un autre site d’informations sur les technologies et les médias.

Les entreprises et les organisations plus petites qui combattent l’annulation aux États-Unis de règles qui favorisent un Internet ouvert pourraient donc être privées d’un allié, rapporte CNet, puisque Hastings et Netflix n’auraient plus l’intention de prioriser de prendre part à cette bataille, malgré leur précédente implication contre la possibilité pour les fournisseurs Internet de vendre des accès prioritaires aux données de trafic Web.

CNet rappelle que la Commission fédérale des communications aux États-Unis et le président des États-Unis, Donald Trump, « veulent démolir les règles qui régissent un Internet ouvert et qui avaient été mises en place sous l’administration précédente », c’est-à-dire celle du président Barack Obama.

De plus, tel que rapporté par CNet, Hastings aurait aussi affirmé qu’il s’agit d’un enjeu qui aurait été plus important pour Netflix il y a dix ans, alors que Netflix ne générait pas encore autant de trafic Web qu’aujourd’hui. Il aurait déclaré s’attendre à l’annulation des règles « peu importe ce qui se passe ».

Lire aussi :

Musique en continu : Vidéotron sanctionné

Québecor Média nourrira un peu plus la bête

Articles connexes

La performance des réseaux canadiens pratiquement inchangée

La société de recherche sur les réseaux Ookla a récemment publié son analyse trimestrielle de l'Internet mobile et fixe pour le Canada. Avec la prolifération des environnements de travail hybrides, les performances des réseaux deviennent de plus en plus importantes. À cet égard, le rapport démontre que les vitesses mobiles du Canada seraient suffisantes pour prendre en charge la plupart des fonctions de travail à distance comme les réunions Zoom et les applications de bureau à distance.

Inquiets de la résilience Internet et des télécoms de votre entreprise ? Posez ces questions

Les pannes pancanadiennes d'Internet et de réseau cellulaire causées par l'incident de la semaine dernière chez Rogers Communications devraient inciter les décideurs des entreprises de télécommunications et de TI à réfléchir attentivement à la résilience des télécommunications dans les services qu'ils achètent.

Le PDG de Rogers admet que la panne aurait été causée par une opération d’entretien

À la suite de la panne majeure de ses services cellulaires, de câbĺodistribution et d'Internet qui a commencé tôt vendredi matin et qui perdure, le président et chef de la direction de Rogers Communications, Tony Staffieri, a publié un nouveau message expliquant ce que l'entreprise croit en être la cause : « une panne du réseau suite à une mise à jour de maintenance de notre réseau central, qui a provoqué un dysfonctionnement de certains de nos routeurs tôt vendredi matin ».

Rogers présente des excuses après une panne majeure

Rogers Communications s’est excusée publiquement après qu’une panne majeure de son réseau ait laissé des millions d’utilisateurs et d'entreprises canadiens sans services Internet et mobiles le 8 juillet.

Près de 1 M$ du fédéral pour une meilleure connectivité mobile à des foyers ruraux du Québec

Le ministère du Développement économique rural annonce un financement fédéral pouvant aller jusqu'à 939 035 $ à Bell pour qu’elle améliore la connectivité mobile dans la communauté des Premières Nations Les Atikamekw de Manawan.