NETendances 2010: l’influence du Web 2.0 sur les cyberacheteurs

L’édition 2010 de l’enquête NETendances du CEFRIO évalue que plus des trois quarts des internautes québécois auraient fréquenté les médias sociaux en 2010. Elle estime aussi que 48 % des internautes auraient été influencés par ce qu’ils ont lu dans les médias sociaux avant de faire un achat.

L’édition 2010 de l’enquête NETendances du Centre francophone d’informatisation des organisations (CEFRIO), un organisme de liaison et de transfert dans le domaine des technologies de l’information, estime que 78 % des internautes québécois auraient lu ou produit du contenu dans les blogues, les microblogues et les médias sociaux au cours de l’année 2010.

Alors que 62 % des répondants auraient affirmé lire des avis et des recommandations à propos de produits et de services avant de procéder à un achat, 74 % de ces internautes auraient dit avoir été influencés par des commentaires ou des recommandations qui ont été consultés dans ces médias sociaux. Ces commentaires et recommandations pouvaient avoir été produits par des entreprises ou des internautes.

Ainsi, 48 % des internautes québécois en général auraient été influencés par ce qu’ils auraient lu dans les canaux Web 2.0 à propos d’un produit ou d’un service avant de faire un achat en 2010.

Najoua Kooli, directrice de projet au CEFRIO, perçoit personnellement cette statistique comme étant un verre à moitié plein. « Cette donnée est plus percutante lorsqu’on considère que bon nombre d’entreprises ne sont pas encore présentes dans les médias sociaux », estime-t-elle. Elle ajoute que les organisations, au lieu d’investir leur argent dans des stratégies de publicité et de marketing traditionnelles, devraient consacrer davantage d’attention vers les médias sociaux.

« Interaction » avec les entreprises

Par ailleurs, le CEFRIO indique que 18 % des internautes interrogés auraient dit avoir déjà interagi directement avec une entreprise par le biais des médias associés au concept du Web 2.0.

Toutefois, les exemples fournis par le CEFRIO quant à cette interaction des internautes incluent l’expression de commentaires sur des blogues d’entreprises ou un site de microbloguage, mais aussi le visionnement d’une vidéo commerciale sur un site de partage ou la consultation d’un profil d’entreprise sur un réseau social.

Najoua Kooli précise que l’interaction évoquée par cette statistique visait surtout le premier niveau de contact, soit l’exposition à du contenu produit par une organisation dans des médias sociaux. Toutefois, cette donnée pouvait aussi englober les niveaux suivants d’interaction, soit le relais d’information à d’autres internautes, la formulation de commentaires à l’égard du contenu produit par une organisation et la communication bidirectionnelle entre l’internaute et l’organisation.

Mme Kooli du CEFRIO indique que cette faible proportion d’internautes ayant « interagi » avec du contenu d’entreprise pouvait illustrer un manque d’intérêt des internautes ou l’absence des organisations des médias sociaux. Elle souligne que seulement 12 % des entreprises québécoises auraient intégré le Web 2.0 dans leurs stratégies de communication et de marketing.

M. Kooli précise que la question relative à l’interaction des internautes avec le contenu d’entreprise qui était incluse dans l’édition 2010 de l’enquête NETendances constituait un « avant-goût » d’un sujet qui sera approfondi lors des prochaines éditions des enquêtes NetPME et NetCOM du CEFRIO.

Réseaux sociaux, microblogues et blogues

À propos des réseaux sociaux, comme Facebook et LinkedIn, l’étude NETendances du CEFRIO estime que 48 % des internautes québécois en auraient fait l’utilisation en 2010, contre 34 % en 2009. Ainsi, le nombre d’internautes québécois qui auraient fréquenté les réseaux sociaux aurait augmenté de 41 % d’année en année.

À propos des microblogues, l’enquête NETendance du CEFRIO évalue que 11 % des internautes québécois auraient utilisé Twitter en 2010, contre 9 % en 2009, ce qui représenterait une croissance de 22 % en douze mois. Les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans formeraient le plus grand groupe d’utilisateurs des microblogues, avec une proportion de 26 %. Le recours au microbloguage serait donc encore marginal au Québec.

Quant aux blogues, la croissance annuelle de fréquentation par les internautes québécois aurait été plus modeste, soit 18 % en 2010.

L’enquête NETendances du CEFRIO a été réalisée à partir d’un sondage réalisé par la firme de sondage Léger Marketing auprès de 1 001 personnes en mars 2010.

Jean-François Ferland est rédacteur en chef adjoint au magazine Direction informatique.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Faible maturité des entreprises canadiennes en matière de cybersécurité

De nombreuses entreprises canadiennes ont encore beaucoup de chemin à parcourir pour être considérées comme une organisation de cybersécurité mature, si l’étude d’un fournisseur est représentative.

Technologies et cybersécurité au budget du Québec

Le budget 2022-2023 du gouvernement du Québec prévoit 451 millions de dollars pour la transition de l’État et des entreprises vers le numérique, et pour stimuler les achats de technologies, au cours des cinq prochaines années.

ITI acquiert Zycom Technology

ITI est une entreprise de transformations technologiques basée à Québec et Laval, au Québec, tandis que Zycom Technology est une entreprise d’infrastructure TI et de services TI gérés basée à Toronto en Ontario.

Log4Shell : assouplissement d’une obligation fiscale pour les entreprises

Les entreprises qui ne peuvent avoir accès à des services en ligne de Revenu Québec en raison de la fermeture temporaire des services publics en ligne de l’administration publique du Québec auront droit à l’assouplissement d’une date d’échéance.

Ottawa propose un plan de match contre les rançongiciels

Ottawa publie un guide stratégique sur les rançongiciels pour aider les organisations du Canada à lutter contre ce type d'escroqueries.