Nadir Mohamed quitte Rogers

Le président et chef de la direction de Rogers, Nadir Mohamed, prendra sa retraite en janvier 2014.

Nadir Mohamed, 55 ans, s’est joint à Rogers en août 2000. Il a été président et chef de la direction de Rogers Sans-fil de 2001 à 2005 et a été nommé président et chef de l’exploitation du Groupe Communications de Rogers en 2005. M. Mohamed a ensuite été nommé président et chef de la direction en mars 2009, succédant ainsi au fondateur de l’entreprise, Ted Rogers, quelques mois après le décès de ce dernier, survenu en décembre 2008.

Nadir Mohamed quittera son poste de président et chef de la direction de Rogers en janvier prochain. (Photo: Rogers)

« Grâce à son mode de gestion discipliné et stratégique, nous avons solidifié nos activités principales, affermi notre situation financière et assuré la réussite de Rogers à long terme », a déclaré le président du conseil d’administration de Rogers, Alan Horn, dans un communiqué.

M. Mohamed a accepté de travailler avec le Conseil d’administration pour assurer une transition « en douceur et sans heurt », et continuer à diriger Rogers en 2013.

Le Conseil d’administration de Rogers mettra sur pied un comité de recherche et sélectionnera une firme qui aura pour mandat « de commencer à rechercher à l’échelle internationale » un successeur à Nadir Mohamed. Edward Rogers et Melinda Rogers ne soumettront pas leur candidature à ce poste, mais ils participeront au processus de recherche, tout comme le président sortant.

« Au nom de Rogers, j’aimerais remercier Nadir pour son leadership continu et pour avoir consolidé la société tant sur le point des activités que sur celui des finances », a affirmé Edward Rogers, vice-président du conseil d’administration et chef de la fiducie Rogers Control Trust.

« Rogers est en excellente santé, et il est temps d’ouvrir la voie à la prochaine génération de dirigeants. Au cours de la prochaine année, je mettrai tout en œuvre pour que Rogers atteigne des résultats probants et pour assurer une transition harmonieuse », a ajouté Nadir Mohamed.

Le titre de Rogers grimpait de 2,05 dollars (4,51 %) à 47,52 dollars à la Bourse de Toronto à la mi-séance.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Rogers espère maintenant conclure sa fusion avec Shaw à la fin de l’année

Rogers Communications a repoussé la date de clôture prévue de son acquisition de Shaw Communications pour 26 milliards de dollars canadiens au 31 décembre 2022.

La concurrence peut-elle accroître la résilience du Réseau ?

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, et son nouveau directeur de la technologie, Ron McKenzie, ont comparu devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes le 25 juillet pour fournir des détails sur la panne du réseau national de l'entreprise le 8 juillet. Au cours de la discussion, des députés ont interrogé les deux dirigeants sur les engagements pris par l'entreprise pour éviter que cela ne se reproduise.

« Des pannes, ça arrive », déclare le président du CRTC

Le chef de l'organisme de réglementation des télécommunications du Canada a déclaré que l'énorme panne de réseau Internet et sans fil de ce mois-ci chez Rogers pourrait entraîner une réglementation accrue de l'industrie, mais a également suggéré que rien ne pouvait être fait par l'organisme de réglementation pour empêcher les interruptions de service.

Plus de conditions aux opérateurs de télécommunications à la suite de la panne de Rogers

Le gouvernement fédéral pourrait imposer davantage de conditions aux fournisseurs de télécommunications pour améliorer leur résilience alors que l'enquête sur l'énorme panne de Rogers du 8 juillet se poursuit, a déclaré le ministre de l'Industrie devant un comité de la Chambre des communes.

Les différences entre les fournisseurs ont contribué à la panne de Rogers, selon son directeur technologique

Le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri, a comparu hier aux côtés de Ron McKenzie, le nouveau directeur technologique de l'entreprise, devant le Comité permanent de l'industrie et de la technologie de la Chambre des communes pour répondre aux questions des parlementaires concernant la panne du réseau de l'entreprise qui a touché des millions de Canadiens le 8 juillet.