Moins de 5 % des PME du Québec seraient conformes à la LCAP

Parmi les petites et les moyennes entreprises du Québec, 5 % seraient conformes à la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP), selon Certimail.Illustration de pourriel

Certimail, une entreprise du Québec qui se présente elle-même comme étant un fournisseur de services de conformité à la LCAP pour les PME, affirme sur la base d’une étude interne, que le gouvernement du Canada et le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) ont échoué « à sensibiliser les PME à la loi ».

Selon Certimail, « alors que s’achève la période de grâce », parmi les PME du Québec « 76 % ne savent pas que des amendes sont causées par le contenu de messages et non par une absence de consentement » et « les PME croient à tort qu’il suffit d’avoir un consentement et un lien de désabonnement pour être conforme », tandis que des « entreprises pensent être à l’abri car elles n’envoient pas d’infolettres ».

Le fournisseur soutient aussi que moins d’une PME consultée sur dix serait satisfaite du travail d’éducation à cette loi qui a été effectué par le gouvernement du Canada et le CRTC.

Certimail rappelle que la LCAP est entrée en vigueur le 1er juillet 2014 pour une période de transition de trois ans qui se terminée le 1er juillet 2017.

Lire aussi :

Loi anti-pourriel : Rogers paie 200 000$

LCAP : 150 000$ payés par Porter Airlines

LCAP : baisse de 29 % du volume de pourriels, selon Certimail

Articles connexes

Le nom du Centre antifraude du Canada utilisé dans une campagne d’hameçonnage

Le nom du Centre antifraude du Canada (CAFC), un organisme qui collige pour la police les rapports de fraude de tous types, est utilisé pour une escroquerie par hameçonnage.

Service infonuagique de conformité aux exigences de cybersécurité

Les petites et moyennes entreprises canadiennes qui ont de la difficulté à respecter la norme nationale de cybersécurité ont désormais la possibilité de s'abonner à un service infonuagique de conformité.

Une PME sur deux prête à partager des données avec des institutions financières

Un entreprise sur deux se dit prête à partager des données commerciales avec des fournisseurs de services bancaires, en échange de services technologiques personnalisés qui répondent à des besoins, selon EY.

Les escroqueries par hameçonnage réussies ont augmenté en 2021

Le nombre d’escroqueries par hameçonnage sous toutes leurs formes, par exemple par courriel, texte et voix, a fait un bond significatif en 2021, selon le rapport annuel State of the Phish produit par Proofpoint.

Cybersécurité : des agences fédérales sont à découvert, selon un comité parlementaire

Des organisations fédérales ne sont pas encore conformes au cadre fédéral de cybersécurité, ce qui expose des informations de l’État fédéral à un « risque important », selon un comité spécial de parlementaires.