Mises à pied temporaires chez Sarbakan?

Le studio de jeux vidéo mobiles Sarbakan de Québec aurait mis à pied plusieurs employés jusqu’à l’été 2013, selon certaines sources. (Mise à jour) Sarbakan affirme qu’il s’agit d’une fausse rumeur et Beenox efface ses statuts.Logo de Sarbakan

Selon le journaliste techno Nicolas Lacroix de la station de radio FM 93 de Québec, l’organisme gouvernemental Emploi-Québec et le studio Sarbakan, situé sur la rue Saint-Joseph à Québec, auraient eu des discussions à propos de la mise à pied temporaire d’un nombre indéterminé d’employés jusqu’à la fin juin. Selon le journaliste, une cinquantaine de personnes auraient été touchées par la mesure et c’est Emploi-Québec qui aurait contacté Sarbakan afin d’obtenir des précisions à ce sujet.

Dans le début de l’après-midi du vendredi 15 mars, un concurrent de Sarbakan à Québec, le studio Beenox, a évoqué dans un microbillet la mise à pied d’une cinquantaine d’employés par un studio de Québec non identifié, tout en invitant indirectement les employés visés à postuler des emplois dans son organisation.

Peu après, selon le microbillet d’un utilisateur de Twitter, Beenox aurait publié un statut dans sa page Facebook où on aurait fait mention de l’élimination d’une quarantaine de postes au sein de l’entreprise non identifiée. Toutefois, le statut de Beenox aurait été éliminé entre-temps, puisque l’hyperlien fourni menait à une page d’erreur.

Aucune information à propos de l’élimination temporaire de postes n’a été publiée par Sarbakan dans son site Web. L’entreprise, qui développe des jeux mobiles sous licence pour des clients comme Disney, Turner, Bandai Namco et Warner Brothers, aurait déjà compté jusqu’à 125 employés.

Mise à jour : La directrice du marketing et des communications de Sarbakan affirme que l’information véhiculée dans les médias sociaux le vendredi 15 mars, à propos de la mise à pied temporaire d’une cinquantaine d’employés, est une « fausse rumeur » qui a été propagée par un concurrent de l’entreprise. Elle ajoute que le président de l’entreprise, Guy Boucher, serait disposé à fournir des explications sous peu.

D’autre part, Beenox a effacé dans son compte Twitter le microbillet qui avait été publié au sujet de possibles mises à pied chez Sarkaban.

Des demandes d’entretien ont été formulées auprès de Sarbakan et Beenox.

Mise à jour: Une porte-parole de Sarbakan a déclaré qu’une trentaine d’employés ont été mis à pied de façon temporaire jusqu’au début mars ou la mi-avril.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Ubisoft lance un fonds d’investissement destiné aux studios indépendants du Québec

Ubisoft lance aujourd'hui Ubisoft RADAR, son tout premier fonds d'investissement de 10 millions de dollars destiné à « détecter, financer et propulser les jeux créés par des studios indépendants du Québec ».

La France interdit les anglicismes dans le domaine du jeu vidéo

La France interdit l’usage officiel de divers termes anglais liés au domaine du jeu vidéo. L’interdiction émane de la Commission d’enrichissement de la langue française, un organisme du ministère de la Culture français.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.