Meta aurait accepté un règlement de 37,5 M$ US dans le cadre d’une poursuite pour violation de la vie privée

Meta, la société mère de Facebook, a accepté de payer 37,5 millions de dollars pour régler un procès alléguant que la plate-forme de médias sociaux a violé la vie privée des utilisateurs en suivant leurs mouvements sans autorisation.

Selon l’agence de presse Reuters, le règlement proposé a été déposé devant un tribunal de San Francisco lundi dernier. La proposition doit encore être approuvée par un juge.

La poursuite allègue non seulement que Facebook a violé la loi californienne sur la confidentialité, mais qu’elle aurait également violé la politique de confidentialité de l’entreprise en recueillant des données auprès d’utilisateurs qui ont désactivé les services de localisation sur leurs téléphones intelligents.

La plainte a été déposée en 2018. Reuters affirme que Meta a nié avoir commis un acte répréhensible en acceptant de régler.

Le Congrès américain songe à légiférer sur la vente des données de localisation. En juin, la sénatrice Elizabeth Warren a présenté un projet de loi visant à interdire aux courtiers en données de vendre des informations sur la localisation et la santé recueillies auprès de résidents américains.

Le projet de loi sur la protection des données de santé et de localisation « interdit aux courtiers en données de vendre ou de transférer des données de localisation et des données de santé et oblige la Federal Trade Commission à promulguer des règles pour mettre en œuvre la loi dans les 180 jours, tout en faisant des exceptions pour les activités conformes à la HIPAA, protégées par le premier amendement parole, et les divulgations valablement autorisées ».

La loi permettra à la FTC, aux procureurs généraux des États et à toute personne touchée par les ventes de données de localisation et de santé d’intenter des poursuites pour obtenir des dommages-intérêts et des injonctions. La proposition accordera également à la FTC un financement supplémentaire de 1 milliard de dollars américains.

Les lois sur la confidentialité et la protection des données ont eu du mal au Congrès, la plupart des représentants et des sénateurs préférant laisser aux États le soin d’élaborer des lois sur la confidentialité. Un signe prometteur a eu lieu en juillet lorsque le comité de la Chambre sur l’énergie et le commerce a voté 53 contre 2 pour faire avancer la loi américaine sur la protection et la confidentialité des données à l’examen de l’ensemble de la Chambre. Cependant, il y a encore beaucoup d’obstacles potentiels. En supposant que la Chambre adopte la loi, elle devra aussi être adoptée par le Sénat.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Howard Solomon
Howard Solomon
Actuellement rédacteur pigiste, Howard est l'ancien rédacteur en chef de ITWorldCanada.com et de Computing Canada. Journaliste informatique depuis 1997, il a écrit pour plusieurs publications sœurs d'ITWC, notamment ITBusiness.ca et Computer Dealer News. Avant cela, il était journaliste au Calgary Herald et au Brampton Daily Times en Ontario. Il peut être contacté à [email protected]

Articles connexes

Il est temps de réfléchir aux procédures de confidentialité de votre organisation

L'avocat d'Ottawa Kris Klein conseille les organisations canadiennes sur la façon de mettre en place des politiques et des procédures pour se conformer aux obligations légales fédérales et provinciales en matière de confidentialité des données.

Balado Hashtag Tendances, 12 janvier 2023 — Un concurrent de ChatGPT, Microsoft investit dans OpenAI, un robot avocat et des écoles contre les médias...

Cette semaine : De la concurrence pour ChatGPT, Microsoft investit dans OpenAI, un robot avocat basé sur l’intelligence artificielle et des écoles poursuivent les géants des médias sociaux.

Meta devra payer 725 M$ aux utilisateurs américains de Facebook suite au scandale de Cambridge Analytica

Les retombées du scandale Cambridge Analytica de 2018 continuent d’accabler Facebook et sa société mère, Meta Platforms.

Balado Hashtag Tendances, 17 novembre 2022 — Jeff Bezos donne son argent, des puces champignons, licencié par Meta en arrivant au Canada et le...

Cette semaine : Jeff Bezos prévoit donner tout son argent, des puces faites de champignons, un employé licencié par Meta après être déménagé au Canada et les plus petits joueurs profitent du chaos chez Twitter.

Meta licencie 11 000 employés car son pari sur le métavers ne porte toujours pas fruits

Meta licencie 11 000 personnes, soit 13 % de son effectif total, à la suite de résultats trimestriels catastrophiques.