L’utilisation d’applications mobiles en entreprise stimulée par le téléphone évolué

La réunion dans un même appareil de fonctions tels l’échange de courriel et la connectivité cellulaire ouvre de nouvelles perspectives à l’industrie de la téléphonie, dans le marché des entreprises en particulier. Ce contexte prête à des prévisions optimistes quant à la pénétration du téléphone intelligent dans le monde du travail.

Le téléphone mobile est entré dans nos vies. Pour s’en convaincre, il suffit de mentionner que, dans la seule année 2006, on vendra 986 millions d’appareils à l’échelle mondiale, selon les plus récentes prévisions de la firme d’analyse Gartner.

Le monde du travail n’échappe pas à la vague. Depuis de nombreuses années, le téléphone mobile est utilisé à des fins professionnelles diverses, particulièrement par les cadres supérieurs. Le recours à cette technologie est appelé à s’accentuer au sein des entreprises, les applications mobiles ayant été intégrées aux stratégies d’affaires courantes. Cependant, le principal facteur expliquant l’intérêt des entreprises est sans doute la convergence de fonctions TI et de la technologie cellulaire, qui a donné naissance au téléphone intelligent (ou téléphone évolué).

Le webzine Processor soulignait l’année dernière la prise de conscience par les fabricants de téléphones et les développeurs d’applications des avantages énormes qu’ils peuvent retirer en s’adressant directement aux entreprises. De sorte que des appareils sont maintenant commercialisés à l’intention de ce marché tout spécialement.

La progression technologique de la téléphonie mobile est phénoménale; les modèles haut de gamme sont dotés d’une puissance de traitement et d’une capacité de stockage comparables à celles des ordinateurs de bureau d’il y a quatre ou cinq ans, rappelait le site rediff.com au printemps 2005. Appareil photo numérique, vidéo-enregistreur, navigateur Web, appareil radio, agenda, calendrier, système de courriel, les téléphones intelligents semblent capables de tout faire, ou presque.

Marché élargi

À l’heure où prolifère l’échange de courriel par connexion sans fil – Gartner estime le nombre d’utilisateurs à 20 millions cette année, et prévoit qu’il y en aura cinq fois plus en 2009 – les perspectives sont excellentes pour l’industrie de la téléphonie mobile. Créneau réservé jusqu’ici aux cadres supérieurs, qui ont fait appel au dispositif Blackberry principalement, le courrier électronique sans fil s’ouvre dorénavant aux cadres intermédiaires.

La demande au sein des entreprises et de nouveaux modèles à processeur unique entraîneront une réduction des prix, ce qui aura pour effet d’élargir le marché. En Europe, où la téléphonie mobile est généralement plus répandue, Gartner prévoit que, dès 2009, un téléphone cellulaire sur trois sera un appareil intelligent. Autre statistique confirmant la tendance, le téléphone portable est davantage utilisé que l’ordinateur bloc-notes pour l’accès sans fil à Internet à l’échelle mondiale – selon un sondage Ipsos-Insight, objet d’un reportage de Direction informatique le printemps dernier.

Conséquence du succès remporté par le téléphone intelligent, le marché de l’assistant numérique personnel traditionnel s’affaisse. Les ventes d’assistants numériques sans connexion Internet n’en finissent plus de chuter. Le deuxième trimestre de 2006 a marqué la dixième baisse consécutive à cet égard, rapporte le site français vnunet.fr, citant une étude d’IDC. De son côté, Gartner souligne que 62 % des assistants numériques vendus au troisième trimestre de cette année avaient une connectivité cellulaire, alors que la proportion était de 49 % à la même période l’année dernière.

Toutefois, d’aucuns émettent un bémol par rapport à la poussée annoncée du téléphone intelligent, qui pourrait bien souffrir de la concurrence d’un proche cousin : le portable à fonctions multiples (traduction suggérée de feature phone sur un site français). La revue InfoWorld souligne les constatations faites par des analystes d’IDC, selon lesquelles en Europe de l’Ouest, les utilisateurs pourraient préférer ces appareils, généralement moins chers, plus compacts, offrant des fonctions améliorées et reposant sur une plateforme logicielle à fonctions multiples.

L’industrie en sort gagnante d’une façon ou d’une autre. Quoiqu’il arrive, la téléphonie mobile semble destinée à s’incruster davantage dans le marché des entreprises. D’autant plus que, selon une étude de la firme Korn Ferry, 77 % des cadres supérieurs sont d’avis que les dispositifs de communication procurent un meilleur équilibre entre travail et vie privée, et ce, même si 38 % d’entre eux estiment passer trop de temps à s’en servir…

Articles connexes

MISE À JOUR – Actions collectives contre Rogers suite à la panne de vendredi dernier

Le cabinet juridique montréalais LPC Avocat a déposé une demande d’autorisation d’action collective contre le géant des télécommunications Rogers Communications en raison de la panne de son réseau vendredi dernier qui a privé bon nombre de Canadiens de service durant au moins 15 heures.

Bell lance un service Internet 3 gigabits dans la ville de Québec

Bonne nouvelle pour les résidents de la ville de Québec : Bell lance aujourd’hui un service Internet pure fibre qui permet des vitesses de téléchargement de 3 Gbit/s. La vitesse de téléversement de ce service est également de 3 Gbit/s.

Telus investira 11 G$ et créera 7 000 nouveaux emplois au Québec

Telus annonce aujourd’hui des investissements de 11 milliards de dollars sur quatre ans dans son infrastructure réseau, dans ses activités opérationnelles et dans le spectre au Québec. Elle s’engage de plus à investir 70 milliards de dollars à l’échelle du Canada d’ici 2026.

Plus de 7,5 G$ de Québec pour « inventer, développer, commercialiser »

Le gouvernement du Québec annonce la Stratégie québécoise de recherche et d'investissement en innovation 2022-2027 sous le thème « Inventer, développer, commercialiser ».

Internet haute vitesse pour tous : l’initiative progresse

Le gouvernement du Québec annonce aujourd'hui l'octroi d'un financement de 50 M$ afin de déployer un service Internet haute vitesse par satellite de Starlink dans quelques 10 000 foyers québécois pour lesquels une connexion directe n’est pas possible.