L’usine IBM de Bromont a 50 ans

La journée d’hier marquait le cinquantième anniversaire de l’ouverture de l’usine IBM de Bromont. C’est un jalon important pour l’usine mais aussi pour IBM dans son ensemble.

L’usine avait ouvert ses portes en 1972 dans un contexte de poussée économique et visait à accroître les emplois canadiens et à faire progresser l’innovation technologique au Québec. Aujourd’hui, l’usine continue d’être un chef de file en matière d’innovation, de technologie et d’amélioration continue. Plus de 10 millions de dollars y sont investis chaque année dans le développement de produits et de procédés et plus de 100 brevets ont été délivrés depuis 2011.

Image : Getty

L’usine IBM de Bromont fonctionne 24 heures sur 24, 365 jours par année. Plus de 100 000 modules microélectroniques y sont fabriqués chaque semaine. Elle abrite la plus grande installation d’assemblage et de test de puces en Amérique du Nord, affirme IBM dans un communiqué. Elle a pour mission de transformer les composants semi-conducteurs les plus avancés en solutions microélectroniques de pointe. Par ailleurs, le site est également le siège désigné de l’IBM Quantum System One, le premier ordinateur quantique universel au Canada, que la société prévoit déployer en 2023.

Au fil du temps, plusieurs produits prestigieux y ont été fabriqués. Par exemple, les machines à écrire IBM Selectric y ont été produites en série en 1972 et des composantes d’IBM PC y ont été fabriquées en 1981. De nos jours, l’usine est un chef de file dans les semi-conducteurs et la technologie quantique.

Le développement durable constitue un engagement important pour IBM et l’usine de Bromont est un modèle en matière de leadership environnemental. Selon des données publiées par l’entreprise, les émissions de gaz à effet de serre de la centrale en 2021 ont été inférieures de 63 % à celles de 2005 et près de la totalité de l’électricité consommée par le site provient de l’hydroélectricité. De 2014 à 2021, la consommation d’eau de l’établissement a diminué de 44 %, ce qui représente une économie d’eau annuelle de 118 000 m3 (suffisamment pour remplir 47 piscines olympiques !).

Lire aussi :

IBM apporte au Québec le premier ordinateur quantique universel du Canada

IBM Think 2022 – Un vaste catalogue de logiciels IBM désormais disponibles en tant que service sur AWS

Lancement d’un réseau de télécommunications quantiques « ouvert »

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à [email protected]

Articles connexes

Pretnumerique.ca célèbre ses 10 ans

Pretnumerique.ca, une bibliothèque virtuelle qui propose gratuitement près d’un million et demi de livres en prêt gratuit, célèbre cette année ses dix ans d'existence. En 10 ans, se sont près de 18 millions de livres numériques que le service a prêté à ses 885 000 usagers.

Diffie suggère aux professionnels de la sécurité de se préparer à l’ère de l’informatique quantique

Un pionnier vénéré de la cryptographie prévient que toute personne impliquée dans la sécurisation des systèmes doit prendre au sérieux l'informatique quantique, car elle ne va pas disparaître du jour au lendemain.

Converge Technology Solutions obtient la certification liée aux solutions zSystems et LinuxONE d’IBM

Converge Technology Solutions, un fournisseur de solutions de TI et d'infonuagique compatibles avec les logiciels de Gatineau, détient maintenant la certification pour vendre et mettre en œuvre les solutions zSystems et LinuxONE d'IBM au Canada.

Balado Hashtag Tendances, 8 septembre 2022 — Informatique quantique, nouveau casque VR, nouveau service Netflix et fuite de données de TikTok

Balado Hashtag Tendances, 8 septembre 2022 — Cette semaine : Une sortie contre l’informatique quantique, un nouveau casque de réalité virtuelle pour Meta, un nouveau service à rabais pour Netflix et une prétendue fuite de données de TikTok.

Le coût moyen d’une violation de données atteint 7 millions de dollars

Les 25 entreprises canadiennes qui ont subi une violation de données au cours de la période de 12 mois se terminant en mars ont payé en moyenne 7 millions de dollars en frais de rétablissement par incident. En comparaison, la moyenne des 550 entreprises étudiées dans le monde était de 5,5 millions de dollars (les montants sont en dollars canadiens).