L’ordinateur spatial de HPE a réalisé 24 expériences sur la Station spatiale internationale

L’ordinateur Spaceborne Computer-2 (SBC-2) de HP Enterprise est arrivé sur la Station spatiale internationale en février 2021, dans le cadre d’une mission de réapprovisionnement de Northrop Grumman.

L’ordinateur Spaceborne Computer-2 de HPE à bord de la Station spatiale internationale. Source : HPE

Dans un communiqué de presse du 4 avril 2022, HPE a affirmé que le SBC-2 a permis d’accomplir 24 expériences couvrant des cas d’utilisation dans les domaines des soins de santé, du traitement des images, de la reprise après catastrophe naturelle, de l’impression en trois dimensions, de la 5G et de l’IA.

Au départ, l’entreprise a conçu ce système avec un double objectif, c’est-à-dire explorer la viabilité dans l’espace d’un système commercial d’informatique en périphérie pour de futures missions et aider les chercheurs à réaliser leurs expériences plus rapidement.

Le SBC-2, composé d’un système Edgeline Converged EL4000 Edge de HPE et d’un serveur DL360 de ProLiant, succède officiellement au premier Spaceborne Computer lancé en 2017.

Lire l’article au complet sur le site d’IT World Canada (en anglais), une publication soeur de Direction informatique

Lire aussi :

Début de la phase de conception du Canadarm3 avec des PME d’ici

Geosapiens obtient un mandat de l’Agence spatiale

Financement fédéral pour observer la Terre par satellite

Adaptation et traduction vers le français par Dominique Lemoine

Tom Li
Tom Li
Les télécommunications et le matériel grand public sont les principaux sujets couverts par Tom chez IT World Canada. Il aime parler de l'infrastructure de réseau du Canada, des produits semi-conducteurs et, bien sûr, de tout ce qui est nouveau dans le domaine des technologies grand public. Vous le verrez aussi occasionnellement signer des articles sur les actualités liées à l'infonuagique, à la sécurité et au logiciel en tant que service. Si vous êtes prêt pour une longue discussion sur les nuances de chacun des secteurs ci-dessus ou si vous avez un produit à venir que les gens vont adorer, n'hésitez pas à lui envoyer un message à [email protected]

Articles connexes

L’Université de Waterloo dirigera un consortium pour faire progresser la sécurité et la défense du Canada

L’Université de Waterloo annonçait hier la création d’un consortium de technologie de réseau mobile 5G et au-delà pour aider à développer des réseaux mobiles 5G et à améliorer la sécurité et la défense du Canada. 

De plus en plus de réseaux mobiles privés selon la GSA

Dans son rapport annuel sur les réseaux mobiles privés, la Global mobile Suppliers Association (GSA) révèle avoir identifié au moins 955 organisations déployant des réseaux mobiles privés LTE ou 5G dans 72 pays et/ou territoires du monde entier. 

Le nombre d’abonnés à la 5G devrait atteindre 5 milliards d’ici la fin de 2028

Le géant des équipements de télécommunications suédois Ericsson vient de publier son « Mobility Report » intitulé « La croissance mondiale de la 5G dans un contexte de défis macroéconomiques ». On y apprend que la 5G continue de se développer plus rapidement que n’importe quelle autre génération mobile précédente et que les abonnements mobiles 5G devraient atteindre cinq milliards d'ici à la fin de l'année 2028.

Quatre millions de Canadiens veulent passer à la 5G en 2023, selon une étude d’Ericsson

Ericsson, un important fournisseur de services de réseau 5G au Canada, publie aujourd’hui les résultats canadiens de sa plus grande étude menée à ce jour auprès des consommateurs. Elle démontre que quatre millions d'utilisateurs de téléphones intelligents comptent passer aux services 5G au cours des 12 à 15 prochains mois.

EXFO mettra sur pied un Centre d’excellence 5G à Montréal

EXFO, une entreprise québécoise spécialisée en matière de tests, de monitoring et d'analytique du secteur des communications, a annoncé aujourd'hui qu’elle établira un centre d'excellence 5G à Montréal et créera 50 emplois spécialisés, la plupart situés à Montréal. Pour se faire, elle disposera d'un financement fédéral de 15,9 millions de dollars octroyé par Innovation, Sciences et Développement économique Canada dans le cadre de son Fonds stratégique pour l'innovation.