Logiciels commerciaux : Progression de 3,6 % des revenus mondiaux en 2012

L’infonuagique, l’analytique et les données volumineuses auraient contribué à la production de revenus de 342,6 G$ US dans le marché mondial des logiciels commerciaux , estime IDC.Illustration du concept de logiciel

La firme américaine de recherche et d’analyse IDC estime que le marché nord-américain des logiciels commerciaux aurait produit des revenus de plus de 160 milliards de dollars américains en 2012, soit 5,9 % de plus qu’en 2011. Les revenus du marché de l’Asie-Pacifique auraient progressé de 8 % d’année en année, ceux du marché du Moyen-Orient et de l’Afrique de 9,5 % et ceux du marché de l’Amérique Latine de 5,6 %.

Les revenus du marché des logiciels commerciaux du centre et de l’est de l’Europe auraient progressé de 5,3 % d’année en année et ceux du Japon auraient augmenté de 3,6 % en douze mois.

Toutefois, selon IDC, le marché de l’ouest de l’Europe, le deuxième en importance à l’échelle mondiale, aurait produit des revenus environ 90 milliards de dollars américains en 2012, soit 2,3 % de moins qu’en 2011.

IDC souligne entre autres que la croissance rapide des déploiements de solutions d’informatique en nuage a alimenté la croissance des créneaux d’applications qui sont associés aux affaires sociales et à l’expérience client.

IDC ajoute que les solutions de systèmes de gestion des bases de données relationnelles et les solutions de veille commerciale ont eu un rôle dans la croissance de certains marchés de logiciels commerciaux (Accès, analyse et livraison des données, Gestion des données structurées) en raison d’une plus grande adoption de l’analytique et des données volumineuses.

« L’analytique et les données volumineuses sont également liés à la croissance du marché des logiciels commerciaux à orientation sociale, alors que la combinaison des données contextuelles et de l’expertise appropriée devient essentielle pour le soutien des solutions d’aide à la décision et d’expérience client en fonction des données », indique la firme dans un communiqué.

Microsoft aurait produit des revenus de 58,4 milliards de dollars américains en 2012 dans le marché des logiciels commerciaux, devant IBM (29,1 milliards de dollars américains), Oracle (27,8 milliards de dollars américains), SAP (16,9 milliards de dollars américains) et Symantec (6,4 milliards de dollars américains).

Les autres éditeurs de logiciels commerciaux auraient produit des revenus totaux de 203,8 milliards de dollars américains à l’échelle mondiale en 2012.

Jean-François Ferland
Jean-François Ferland
Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d'adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.

Articles connexes

Les bénéfices au 4è trimestre des géants de la technologie laissent présager de gros problèmes, selon un analyste

Selon Scott Bickley, analyste des technologies de l’information, la nouvelle selon laquelle les géants de la technologie ont annoncé des bénéfices plus faibles que prévu la semaine dernière n'est qu'un des nombreux signaux indiquant qu'il ne s'agit pas simplement d'un coup dur, mais d'un signe de ce qui pourrait devenir une grave crise économique mondiale.

Les réseaux sociaux comme principale source d’information

Une enquête NETendances dont les résultats ont été dévoilés cette semaine par l'Académie de la transformation numérique (ATN) de l'Université Laval révèle que le tiers des adultes québécois utilisent les réseaux sociaux comme principale source pour s'informer sur l'actualité.

Institut d’IA appliquée à l’Université Concordia

Un institut d’intelligence artificielle appliquée a été lancé par l’Université Concordia à Montréal.

Service infonuagique de suivi de la performance des réseaux 5G par Exfo via Red Hat

Un service infonuagique de suivi des performances des réseaux 5G pour les opérateurs de télécommunications sera commercialisé dans le cadre d’une collaboration entre Exfo et Red Hat.

Sept étapes pour lancer une étude d’impact sur la vie privée

Vous et votre équipe avez travaillé sans relâche pour créer une application mobile au cours des six derniers mois. Plusieurs jours avant le lancement, vous tombez sur une collègue intéressée par votre nouvelle initiative.