L’Internet des objets générera 1100 pétaoctets de données globalement d’ici 2027

Une nouvelle étude de Juniper Research a révélé que la quantité mondiale de données générées par les connexions de l’Internet des objets (IdO) en itinérance passera de 86 pétaoctets en 2022 à 1100 pétaoctets d’ici 2027. Cela représente suffisamment de données pour diffuser 165 millions d’heures de vidéo 4K à partir de plateformes telles que Netflix.

Le principal moteur de cette croissance de 1140 % sera l’arrêt des réseaux 3G qui nécessitera l’utilisation de réseaux cellulaires de faible puissance. La recherche a révélé que les réseaux étendus à faible puissance offrent une alternative peu coûteuse aux réseaux cellulaires 4G et 5G des grands fournisseurs ce qui stimulera la croissance des connexions d’itinérance IdO utilisant une couverture à faible puissance et à forte pénétration.

Le rapport, intitulé IoT roaming strategies: market forecasts, key opportunities & competitor leaderboard 2022-2027,  a par ailleurs révélé que l’itinérance des connexions IdO à partir des États-Unis générera 277 pétaoctets de données d’ici 2027, soit 26 % du total mondial. Avec AT&T, T-Mobile et Verizon qui débrancheront leurs réseaux 3G en 2022, le rapport prévoit que les connexions IdO en itinérance seront redistribuées vers des réseaux 4G ou 5G étendus à faible puissance selon le cas d’utilisation.  

L’auteure de la recherche, Scarlett Woodford, a déclaré que « Les opérateurs américains doivent adopter le protocole Billing & Charging Evolution pour identifier avec précision le trafic IdO en fonction des technologies de réseau utilisées. Si vous ne le faites pas, vous risquez de perdre des revenus si le trafic IdO itinérant 5G lucratif est identifié à tort comme une connectivité de moindre valeur ».

La recherche indique que seulement 2 % du total des connexions d’itinérance IdO de feront sur les réseaux 5G d’ici 2027, en raison de la faible consommation d’énergie et de la transmission de données peu fréquente de la majorité des appareils. Il a constaté que seuls les cas d’utilisation dépendant de téléchargements de données à faible latence et à grande vitesse, tels que les véhicules autonomes et les usines connectées, justifieront l’investissement des entreprises dans la connectivité 5G. 

Renaud Larue Langlois
Renaud Larue Langlois
Un peu journaliste, un peu gestionnaire TI, totalement passionné de technologie. Après plus de 25 ans dans le domaine des TI, devenir rédacteur était tout naturel pour Renaud. C'est réellement une affaire de famille. Ses champs d'intérêt sont… tout, en autant que ça concerne la technologie. On peut le joindre à rlaruelanglois@directioninformatique.com.

Articles connexes

Le nombre d’utilisateurs de TPV logiciels augmentera de 475 % d’ici 2027

Une récente étude de Juniper Research révèle que le nombre total de commerçants déployant des solutions logicielles de point de vente dépassera les 34,5 millions dans le monde d'ici 2027, comparativement à 6 millions cette année.

Vidéotron Affaires s’associe à EMnify pour le déploiement des objets connectés

Vidéotron Affaires annonce aujourd'hui un partenariat avec EMnify, fournisseur d’une plateforme de services de connectivité, dans le but de « rendre les organisations québécoises plus autonomes dans le déploiement des objets connectés », annonce Vidéotron dans un communiqué.

Identité numérique : bientôt 6,5 milliards d’utilisateurs

Une nouvelle étude de Juniper Research révèle que le nombre d’utilisateurs de l’identité numérique atteindra 6,5 milliards d’ici 2026. Il s’agit d’une croissance de 50 % par rapport à 4,2 milliards d’utilisateurs cette année.

Réduire le changement climatique grâce à des technologies numériques comporte des risques

Des gains d’atténuation du changement climatique permis par des technologies numériques peuvent être réduits ou contrebalancés par la croissance de la demande de biens et services en raison de l’utilisation d’appareils numériques, entre autres.

Communications outre-mer gratuites vers l’Ukraine

Les entreprises de télécommunications du Canada renoncent pour l’instant aux frais de connexion outre-mer avec l'Ukraine.