L’Institut neurologique de Montréal ouvre le code source du cerveau

L’Institut et hôpital neurologiques de Montréal veut ouvrir l’accès à ses données sur le cerveau, rapporte le magazine Science.Institut et hôpital neurologique de Montréal

L’Institut et hôpital neurologiques de Montréal, qui est un centre hospitalier de recherche et d’enseignement affilié à l’Université McGill et qui se spécialise en neurosciences, viserait ainsi à accélérer la transformation en traitements de ses résultats de recherches en matière de connexions et de communication entre différentes régions du cerveau.

À partir de 2016 donc, des travaux de recherche des scientifiques de cet institut devraient être conformes aux principes du mouvement de la science ouverte. C’est-à-dire que des résultats et des données de recherche devraient être rendus ouvertement disponibles au moment de leur publication, et que l’institut n’aidera pas, sur les plans financiers et administratifs, ses chercheurs qui veulent faire breveter leurs découvertes. Des logiciels et des algorithmes de recherche pourraient aussi être rendus accessibles aux autres chercheurs.

La science ouverte est définie par l’Office québécois de la langue française (OQLF) comme étant un « mouvement caractérisé par la volonté commune de ses adhérents d’amener, via le Web, plus de collaboration, de transparence et d’ouverture dans la réalisation de leurs pratiques scientifiques ».

Selon le directeur de l’institut, Guy Rouleau, dont les propos sont rapportés par Science, l’intention de cette expérimentation sur un horizon de cinq ans serait de rendre la neuroscience « plus efficace en réduisant la redondance [des recherches] et en partageant les données plus largement et rapidement ». La tentative serait aussi justifiée par un « impératif moral » et par des « idéaux scientifiques » de partage de la recherche le plus ouvertement possible.

Toujours selon Science, Guy Rouleau concéderait cependant que l’institut pourrait se retrouver ainsi en situation de laisser tomber quelques revenus futurs habituellement tirés de licences de brevets, pour plutôt fournir gratuitement des données que d’autres organisations et entreprises pourraient ensuite utiliser pour développer elles-mêmes des médicaments et thérapies « brevetables ».

Lire l’article au complet sur le site Internet du magazine Science (en anglais)

Lire aussi:

Un commerçant au détail en ligne plaide pour le code source libre

Code source libre : une alliance appelle à la participation de toute l’industrie

Le code source libre en progression

Articles connexes

Actualités de la semaine en matière de rançongiciels, 1er avril 2022

Les attaques de cybersécurité sont de plus en plus fréquentes et graves, selon une étude de Telus.

OnwardMobility ferme ses portes; aucun nouveau BlackBerry en vue

OnwardMobility ferme ses portes et aucun nouveau BlackBerry n'est prévu.

Pas de relance du téléphone BlackBerry avec clavier par OnwardMobility finalement

Un nouveau téléphone avec clavier physique avait été promis pour le milieu de l'année 2021 par l’entreprise OnwardMobility, qui détenait alors la licence d’utilisation concernant cette technologie.

Québec lance des zones de collaboration entre entreprises et chercheurs universitaires

Sherbrooke accueillera une zone d'innovation sur les sciences quantiques et Bromont en accueillera une sur les systèmes électroniques intelligents.

Les diffuseurs en ligne visés par un projet de loi fédéral

Le gouvernement fédéral a déposé un projet de loi mis à jour par rapport à des travaux parlementaires de juin 2021 pour « obliger » les diffuseurs en ligne à « payer leur juste part » pour soutenir les créateurs et les producteurs d'ici.