LinkedIn relève le prix de son p.a.p.e.

Le site Internet de réseautage pour professionnels LinkedIn a gonflé le prix proposé de son premier appel public à l’épargne, ce qui est un signe de la demande pour les actions de l’entreprise dépasse largement l’offre.

LinkedIn avait dévoilé la semaine dernière que ses actions allaient être émises à un montant de 32 à 35 dollars américains*. Or, prix a été révisé en hausse et atteint à présent entre 42 et 45 dollars, selon des documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme qui réglemente les marchés boursiers aux États-Unis.

Le nombre des actions qui seront mises en circulation ne change pas, c’est-à-dire que LinkedIn en émettra 4,83 millions et que certain de ses actionnaires feront de même avec 3,01 millions. De plus, le syndicat bancaire aura droit à environ 1,18 million d’actions pour couvrir les attributions excédentaires.

Au total, c’est donc 9,016 millions d’actions qui seront émises, ce qui rapportera un montant maximal de 405,72 millions de dollars à l’entreprise et aux actionnaires.

Une fois que le premier appel public à l’épargne de LinkedIn sera finalisé, la société aura une structure à deux classes d’actions. Les actions de classe A donneront chacune droit à un vote, alors que celles de classe B donneront chacune droit à 10 votes.

Il est prévu que LinkedIn comptera 86,66 millions d’actions de classe B après l’entrée en Bourse, elles qui représenteront environ 99,1% des droits de vote.

Ce premier appel public à l’épargne, s’il atteint sa valeur maximale, conférerait donc à LinkedIn une valeur d’environ 4,3 milliards de dollars.

Les actions de LinkedIn devraient faire leur entrée en Bourse dès cette semaine sous le symbole LNKD.

À lire également sur le même sujet:

LinkedIn précise son entrée en Bourse LinkedIn prépare son premier appel public à l’épargne

* Tous les montants sont en dollars américains.

Denis Lalonde
Denis Lalondehttp://www.directioninformatique.com
Denis Lalonde est rédacteur en chef chez Direction informatique, développant des contenus et services uniques pour les spécialistes des technologies de l’information en entreprise à travers la province de Québec, tant à l’imprimé que sur le Web. Il s’est joint à IT World Canada, l’éditeur de Direction informatique, après avoir travaillé plus de cinq ans chez Médias Transcontinental pour les publications LesAffaires.com et le Journal Les Affaires. Journaliste accompli à l’aise sur toutes les plateformes médiatiques, Denis a également travaillé au Journal de Montréal, au portail Internet Canoë et au Réseau de l’information (RDI). Twitter: DenisLalonde

Articles connexes

Québec veut plus de numérique en éducation

Un montant de 10,6 millions de dollars sera utilisé sur deux ans par le gouvernement du Québec pour intégrer plus d'outils numériques de gestion et de prise de décisions au ministère de l’Éducation et au réseau scolaire.

Hashtag Tendances, 3 mars 2022 — Effets boule de neige du conflit en Europe; et plus

Hashtag Tendances, 2 mars 2022 — Enjeux d’externalisation; restrictions technologiques; des pirates informatiques choisissent leur camp; et plus.

Enjeux d’externalisation avec la situation en Europe

Le conflit en Europe perturbe l’accès à des ressources humaines en technologies de l'information et en ingénierie.

Cybersécurité : des agences fédérales sont à découvert, selon un comité parlementaire

Des organisations fédérales ne sont pas encore conformes au cadre fédéral de cybersécurité, ce qui expose des informations de l’État fédéral à un « risque important », selon un comité spécial de parlementaires.

Comment les TI peuvent aider à lutter contre la traite des personnes

Les responsables informatiques dans les institutions financières doivent faire équipe avec leurs responsables de la conformité réglementaire pour aider à mettre fin à la traite des personnes, affirme un Canadien qui vient d'être récompensé pour son travail visant à mettre fin à cette forme d'exploitation.