L’IdQ propose de taxer les achats en ligne effectués hors Québec

L’achat en ligne hors Québec priverait l’État québécois de 100 à 300 millions de dollars par année, selon l’Institut du Québec.

achat en ligne, commerce électronique
Image : Getty

Ll’Institut du Québec (IdQ), qui est présenté comme étant une organisation de recherche sur les enjeux socioéconomiques qui affectent le Québec, issue d’un partenariat entre HEC Montréal et le Conference Board, affirme qu’il faudrait « taxer les achats en ligne » auprès des commerçants électroniques en fonction du lieu de résidence de l’acheteur.

Sur la base d’une étude qu’il vient de publier, l’IdQ soutient que des gouvernements à travers le monde ont ainsi pris la décision de « taxer les achats électroniques de biens et services » en modifiant leurs lois et leurs règlements fiscaux.

L’IdQ mentionne que présentement « les commerçants qui n’ont pas pignon sur rue au Québec ne sont pas tenus de facturer les taxes québécoises lorsqu’ils vendent des biens ou des services en ligne ».

Ainsi, il reviendrait « aux consommateurs d’autodéclarer leurs achats », ce que l’IdQ considère comme étant un système « qui ne fonctionne manifestement pas à en constater le faible montant des taxes recueillies ».

« Chaque année, de 100 à 300 millions de dollars en taxes diverses échapperaient ainsi à Revenu Québec, selon certaines estimations publiées ces dernières années », précise l’IdQ, qui ajoute que ce chiffre pourrait grimper encore davantage en raison de la croissance de l’achat de ligne.

Selon l’IdQ une telle mesure aurait « l’avantage de rétablir une certaine équité fiscale envers les entreprises locales, dont les prix sont moins compétitifs en raison de l’imposition des taxes ».

Ne rien faire serait courir le risque « que les taxes de vente deviennent obsolètes comme moyen de financer les missions de l’État », dit l’IdQ.

Lire aussi :

Révision de l’ALENA : trois changements potentiels liés aux TI

Commerce électronique : L’OQLF se penche sur l’usage du français

Achats en ligne : les Canadiens privilégient l’achat local

Articles connexes

Partenariat entre Mon commerce en ligne et le Mouvement Desjardins pour le commerce de détail au Québec

Mon commerce en ligne, une initiative de l'Association québécoise des technologies (AQT)  et de l'École des entrepreneurs du Québec (EEQ) pour soutenir le commerce de détail québécois dans l'adoption des technologies et des services numériques, annonce un partenariat avec le Mouvement Desjardins pour appuyer ses membres œuvrant dans le commerce de détail à adopter des technologies et des services numériques afin d'augmenter leur compétitivité et accroître leurs ventes en ligne.

Financement de 30 M$ pour Amilia afin d’accélérer la transformation numérique du secteur récréatif

Amilia, une entreprise technologique montréalaise fondée en 2009 œuvrant dans le secteur du commerce électronique pour les activités récréatives, annonce un nouvel investissement de 30 millions de dollars du Fond de croissance des entreprises du Canada (FCEC), d'Exportation et développement du Canada (EDC) et d'Investissement Québec (IQ). 

Balado Hashtag Tendances, 21 avril 2022 — Poursuite du bras de fer entre Elon Musk et Twitter; et plus

Balado Hashtag Tendances, 21 avril 2022 — Bras de fer entre Elon Musk et Twitter; Elizabeth Warren demande des comptes à Intuit; et plus.

Shopify fractionne son action ordinaire en 10 actions

Shopify a annoncé hier un fractionnement 10 pour 1 de ses actions de classe A et de classe B, sous réserve de l'approbation des actionnaires.

L’industrie de la restauration du Canada aura son premier marché dans le métavers

Restaurants Canada, une association sans but lucratif qui vise à accroître le potentiel de l’industrie de la restauration grâce à des programmes destinés aux membres, la recherche, la défense des intérêts, des ressources et des événements, développe un marché dans le métavers pour son industrie.