Les publicités en ligne de Google sous la loupe

L’entreprise Google devra fournir des documents et des réponses écrites au Bureau de la concurrence du Canada, dans le cadre d’une enquête au sujet de ses pratiques de publicités en ligne.

Le Bureau a affirmé vendredi en fin de journée avoir obtenu une ordonnance de la Cour fédérale du Canada qui lui permet de faire avancer son enquête civile au sujet du comportement de l’entreprise Google.

L’enquête porte « sur la conduite de Google » par rapport à ses publicités en ligne, ainsi que sur la possibilité qu’elle « nuise à la concurrence au Canada », soutient l’autorité fédérale responsable des enjeux de concurrence et de pratiques anticoncurrentielles, dont le siège social est situé à Gatineau au Québec.

Le Bureau explique et rappelle que « Google vend des espaces publicitaires en ligne à des annonceurs du Canada, entre autres sur YouTube », et que Google « offre également des services de technologies publicitaires aux annonceurs et éditeurs au Canada qui achètent et vendent des espaces publicitaires en ligne ».

Pratiques anticoncurrentielles?

Dans ce contexte, le Bureau mentionne avoir besoin d’informations pour savoir si les pratiques de Google « entravent la réussite de concurrents », si elles « entraînent des prix plus élevés, réduisent les choix, freinent l’innovation », ou si elles « causent un préjudice aux annonceurs, éditeurs et consommateurs ».

« Le Bureau enquête pour déterminer si Google s’est livrée à des pratiques qui nuisent à la concurrence dans l’industrie de l’affichage publicitaire en ligne. Cette industrie consiste en divers produits utilisés pour afficher des publicités lorsque les utilisateurs consultent des sites Web ou utilisent des applications », a-t-il ajouté.

Démêlés avec la justice en Europe

Google a reçu en 2019 une amende de 1,49 milliard d’euros de la part de la Commission européenne en raison de pratiques abusives en publicité en ligne.

L’entreprise conteste aussi devant le tribunal de l’Union européenne une amende de 4,34 milliards d’euros qui lui a été infligée là-bas en 2018 pour « pratiques anticoncurrentielles » et « illégales concernant les appareils mobiles Android pour renforcer la position dominante de son propre moteur de recherche ».

Lire aussi :

Publicité en ligne : Google tapée sur les doigts par la Commission européenne

Google Search et Android : amende de 4,34 milliards d’euros pour Google

Une amende salée pour Google en Europe

Articles connexes

Balado Hashtag Tendances, 1er décembre 2022 — L’IA qui écrit du code, les usines Foxconn vont mal, Alexa raconte des histoires et des graphismes...

Cette semaine : l’intelligence artificielle pour écrire du code, des problèmes dans les usines d’iPhone de Foxconn, Alexa crée des histoires pour enfants et l’intelligence artificielle accélère les graphismes par ordinateur.

Des règles YARA publiées pour détecter l’utilisation de Cobalt Strike par les cybercriminels

Les équipes de sécurité informatique se dotent d'une nouvelle arme pour détecter l'un des outils les plus populaires utilisés par les cybercriminels pour distribuer des logiciels malveillants : les versions piratées du cadre d'attaque Cobalt Strike.

Balado Hashtag Tendances, 24 novembre 2022 — Nouveautés Google, difficultés d’Alexa, Tumblr utilise ActivityPub et la diplomatie de l’AI.

Cette semaine : De nouvelles fonctionnalités pour Google, les difficultés d’Alexa, Tumblr utilise désormais le protocole ActivityPub et la diplomatie dans l’intelligence artificielle.

Les États-Unis au quatrième rang, le Canada au cinquième sur l’échelle de la cybersécurité

Le Canada se classe au cinquième rang parmi 20 pays pour sa préparation et sa réponse aux menaces de cybersécurité, selon une norme créée par une revue universitaire et un fournisseur de sécurité.

Google paiera 391 millions de dollars pour avoir induit en erreur les utilisateurs d’Android

Google a accepté de payer 391,5 millions de dollars américains et d'être plus transparent avec les consommateurs sur ses pratiques de confidentialité et de capture de données dans le cadre d'un règlement avec 40 États américains.