Les observations des analystes


Jean-François Ferland - 30/05/2006

Les systèmes de gestion des bases de données, les téléphones portables et les fournitures d’impression de photographies provenant de fournisseurs secondaires ont récemment fait l’objet d’études de la part de firmes d’analyse et de recherche.

Gestionnaires de bases de données : croissance des revenus et de Linux

Selon la firme d’analyse Gartner, le marché mondial des systèmes de gestion de bases de données aurait atteint 12,8 milliards $US en 2005, ce qui représenterait une augmentation de 8,3 % des revenus générés par ce segment en 2004.

Oracle, avec des revenus qui dépasseraient les 6,7 milliards $US, aurait décroché le premier rang avec 48,6 % des parts de marché. IBM se situerait au deuxième rang, avec des revenus de 3 milliards $US, ce qui lui conférerait une part de marché de 22 %.

Microsoft, au troisième rang, aurait obtenu des revenus légèrement supérieurs à 2 milliards $US et détiendrait 15 % des parts de marché. Cette dernière aurait connu une croissance des revenus de 16 % en comparaison avec l’année 2004, soit la plus forte croissance des entreprises en tête du marché.

Teradata, qui aurait obtenu des revenus de 440,7 millions $US et 3,2 % des parts de marché, et Sybase, qui aurait généré des revenus de 407 millions $US et obtenu 2,9 % des parts de marché, complètent le top cinq.

Les fabricants qui figurent au top cinq, selon Gartner, détiennent 92 % du marché des logiciels de gestion de bases de données relationnelles. Les autres fabricants auraient ensemble obtenu des revenus de 1,134 milliard $US.

Selon Colleen Graham, analyste en chef chez Gartner, les produits à code source libre auraient connu la plus forte croissance bien qu’ils aient la plus petite masse de revenus. Elle souligne notamment l’amélioration des produits au niveau des fonctionnalités et de l’extensibilité ainsi que l’initialisation de l’offre de soutien par les concepteurs.

1,9 milliard de téléphones portables livrés en 2011?

La firme In-Stat estime que le marché international des téléphones portables, dont les revenus générés en 2005 sont évalués à 110 milliards $US, pourrait connaître une croissance de 23 % en 2006 et ainsi engendrer des revenus de 136 milliards $US. La croissance se poursuivra lors des années suivantes, mais à un taux moindre, et ce segment de marché pourrait dépasser la barre des 250 milliards $US en 2011.

Cette croissance, selon In-Stat, sera notamment influencée par l’ajout de fonctionnalités qui ont une certaine valeur aux yeux des consommateurs et qui pourront être soutenues par l’industrie. L’industrie devra toutefois trouver le moyen d’ajouter des fonctionnalités désirées par divers clients, mais sans ajouter des coûts ou de la complexité qui seraient associés à des fonctionnalités non nécessaires ou non désirées.

La firme estime que moins de 5 % des utilisateurs américains n’utilisent pas au moins une des fonctionnalités ajoutées au cours des dernières années et que les consommateurs semblent disposés à adopter certaines fonctionnalités, mais que seulement une petite portion de la clientèle démontre un intérêt dans les fonctionnalités multimédias et que l’intérêt pour la prise de photos connaîtra un déclin.

L’analyste Bill Hugues croit que les grandes tendances dans ce secteur auront trait à l’adoption des téléphones portables à titre de portefeuille portatif, au rehaussement des fonctions de sécurité et à un meilleur ciblage en raison de l’implication accrue des entreprises dans les choix de services sans fil de leurs employés.

Alors que le nombre de téléphones portables livrés en 2006 est évalué à 935 millions d’unités, la firme estime que les livraisons atteindront le double en 2011, soit près de 1,9 milliard d’appareils. Le nombre de téléphones évolués livrés, cette année-là, sera d’environ 480 millions d’unités.

Vie raccourcie pour les encres et le papier photo secondaires?

Selon une récente étude de la firme Wilhelm Imaging Research qui a été publiée dans le magazine Hard Copy Supplies Journal, la permanence des photographies imprimées avec des cartouches d’encre et du papier photo provenant de fournisseurs secondaires serait de beaucoup inférieure à celle des photographies imprimées avec des fournitures provenant des fabricants de matériel d’origine.

Des tests ont été effectués afin de vérifier l’affirmation des fournisseurs secondaires à propos de la longévité égale ou supérieure des photos imprimées à l’aide de leurs produits. Au terme des tests, les évaluateurs ont déclaré que les photographies produites à l’aide de fournitures dites secondaires n’atteignaient pas le niveau de longévité allégué par leurs fabricants, et que dans certains cas un écart de soixante-dix ans avait été constaté entre le seuil de permanence des produits des fabricants de matériel d’origine et celui des fournisseurs secondaires.

« Alors que les cartouches maison des détaillants, les cartouches remplies et les cartouches achetées sur Internet ont atteint des niveaux remarquables de qualité d’image, les résultats des tests démontrent qu’en matière de stabilité à l’effacement à la lumière, ces produits sont comparables à ceux fabriqués par les fabricants de matériel d’origine dans les années 1990, déclare Charles Brewer, le directeur de la rédaction du magazine Hard Copy Supplies Journal.

« Il semble que l’approche de la pointure unique employée dans la fabrication de l’encre et de papier photo compatible ne produit pas le même niveau de permanence de l’image, particulièrement lorsqu’on le compare avec ceux des combinaisons optimisées offertes par les grands fabricants d’imprimantes », ajoute-t-il.




À propos de Jean-François Ferland

Jean-François Ferland a occupé les fonctions de journaliste, d’adjoint au rédacteur en chef et de rédacteur en chef au magazine Direction informatique.


Google+