Les générations Y et Z changent la main-d’œuvre technologique

Les générations Y et Z représenteront plus de la moitié de la main-d’œuvre technologique d’ici 2025, selon le Forum économique mondial.

Au cours de la dernière année, la « Grande démission », un exode massif de travailleurs quittant leur emploi, a fait réaliser à de nombreuses entreprises et à leurs dirigeants l’importance de prendre soin de leurs employés, ainsi que la manière de retenir et d’attirer des employés. Travailleuse, travailleur, travail, emploi, TI

Selon une récente enquête de PwC, les informaticiens de moins de 30 ans sont deux fois et demie moins susceptibles de conserver un emploi à long terme que ceux de plus de 50 ans. Et les informaticiens sont plus enclins que les autres à démissionner, les informaticiens montrant une intention de rester de 10,2 % inférieure à celle des employés non informatiques.

« Les entreprises s0ont obsédées par leur parcours client, par exemple, mais ne consacreront pas autant de temps et de ressources dédiés à ce à quoi ressemble le parcours des employés, à partir de ce premier point de contact afin qu’ils comprennent ce qu’est l’entreprise, à partir du moment où ils postulent jusqu’à leur intégration », a déclaré Andrea Bartlett, directrice des opérations humaines chez Humi, une entreprise pancanadienne de solutions de RH, de paie, d’assurance et d’avantages sociaux pour les moyennes entreprises.

Bartlett est une défenderesse du changement sur le lieu de travail, faisant appel à la main-d’œuvre des générations Y et Z en modifiant les politiques de RH, la masse salariale et les avantages sociaux.

D’un point de vue technologique, Bartlett a déclaré que l’utilisation de l’outil Humi a été essentielle pour aider les entreprises à transformer leur main-d’œuvre. 

Avec l’aide de la technologie et d’une main-d’œuvre engagée, Humi a été en mesure de repenser un certain nombre de politiques au niveau de l’entreprise pour ses clients. Par exemple, il a aidé à mettre en œuvre des politiques pour les clients concernant les types de congé améliorés tels que le congé parental, le congé de deuil et le congé en cas de fausse couche, ainsi que la formation et le développement et le développement professionnel.

« Nous avons donc été assez progressistes dans certains de ces avantages sociaux et avons vraiment participé à l’encadrement d’un certain nombre d’entreprises qui cherchent à apporter des changements, même à plus petite échelle », a-t-elle déclaré.

De nouveaux changements pour les avantages sociaux ont également été ajoutés au sein de l’entreprise. L’année dernière, Humi a testé les heures d’été afin de connaître l’impact d’une semaine de travail plus courte sur l’entreprise.

« Cela a en fait conduit à la mise en œuvre des week-ends plus longs permanents d’Humi où nous fermons les opérations à 13 heures le vendredi pour aider les gens à se déconnecter et à se concentrer sur ce dont ils ont besoin dans la semaine, tout en utilisant également ce temps le vendredi pour vraiment commencer à transition vers le week-end », a déclaré Bartlett. 

Une enquête Gartner a également révélé que les employés veulent de la flexibilité sur leur lieu de travail et apprécient les politiques de travail centrées sur l’humain. Gartner a constaté que 65 % des employés informatiques ont déclaré que le fait qu’ils puissent travailler de manière flexible affecte leur décision de continuer à travailler dans une entreprise. 63 % des travailleurs préfèrent et s’attendent à des options de travail hybrides, tandis qu’environ 20 % s’attendent à ce que le travail à distance soit une option.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Les employés ont des doutes sur la surveillance sur leur lieu de travail

Travail hybride : partenariat entre Microsoft et Rogers

La CIRA se penche sur les iniquités numériques en matière de télétravail

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois

Articles connexes

L’embauche de personnel technique poursuit son rythme soutenu, selon CompTIA

Un rapport publié cette semaine par la Computing Technology Industry Association (CompTIA), une association sans but lucratif liée à l'industrie et la main-d'œuvre des technologies de l'information (TI), révèle que la trajectoire montante de l'emploi lié à la technologie au Canada devrait se poursuivre en 2022, après une année où les employeurs ont embauché plus de 100 000 travailleurs du secteur de la technologie.

L’accès au talent, principal frein à la croissance du secteur technologique

L’Association Québécoise des Technologies (AQT) révélait la semaine dernière les résultats d’un sondage effectué auprès de 329 dirigeants d’entreprises technologiques du Québec. Le principal constat de l’étude est que, après deux ans de pandémie, bien que les entreprises du secteur aient été en mesure de maintenir leurs activités et leurs profits, l’accès au talent constitue actuellement le principal frein à leur croissance.

Comment soutenir la croissance du secteur des technologies au Canada?

Les grandes entreprises du secteur des technologies cherchent à embaucher mais la pénurie actuelle de main d’œuvre qualifiée en technologie soulève la question suivante : Le Canada compte-t-il suffisamment de ressources compétentes pour supporter cette croissance ?

Fonds de développement des compétences des employés des fournisseurs d’Apple

Apple a créé un fonds de 50 millions de dollars américains de développement des employés de ses fournisseurs, qui élargira leur accès à des opportunités d'apprentissage et de développement de leurs compétences.

Le métavers fait son chemin vers des écoles au Canada

Des étudiants du Lethbridge College en Alberta pourront occuper une propriété dans le métavers pour apprendre.