Les employés ont des doutes sur la surveillance sur leur lieu de travail

Une nouvelle étude de Capterra révèle que plus du tiers des employés canadiens sont surveillés par logiciel au travail.

L’enquête menée auprès de 752 employés au Canada a révélé que si la plupart des entreprises utilisaient de tels outils depuis avant la pandémie, de nombreux employés continuent de montrer un manque de sensibilisation aux pratiques de surveillance en milieu de travail.Travailleuse, travailleur, travail, emploi, TI

Sur les 752 répondants, 49 occupaient des postes d’apprentissage, comme des stagiaires, des apprentis et des employés en acquisition d’expérience. 251 des employés interrogés étaient à des niveaux subalternes, 289 étaient à des niveaux intermédiaires, tels que des contributeurs individuels avec des responsabilités de gestion sans subordonnés directs, et 163 étaient au niveau de la gestion.

Durant la pandémie de COVID-19, certaines entreprises se sont tournées vers des outils numériques pour faciliter la transition vers le travail à distance. L’utilisation de la technologie sur le lieu de travail est devenue la norme et certaines entreprises ont choisi d’utiliser un logiciel de surveillance pour donner un aperçu de la charge de travail des employés, de la gestion de la productivité et à des fins de gestion du temps et des ressources humaines.

Alors que les outils sont conçus pour donner aux gestionnaires une surveillance virtuelle des employés, certaines pratiques de collecte de données sont la source, chez certains employés, d’inquiétudes sur leur vie privée et leur sécurité, a rapporté Capterra. 

Selon les répondants au niveau de la direction qui utilisent présentement des outils de surveillance, 81 % utilisent des outils qui suivent l’assiduité des employés.

À l’heure actuelle, plus de 30 % des employés canadiens interrogés travaillent dans une entreprise qui utilise au moins un outil de surveillance des employés. 28 % de ce groupe utilisaient déjà cet outil avant la pandémie, et 7 % d’entre eux avaient des employeurs qui ont mis en œuvre ces outils depuis le début de la COVID-19.

47 % des répondants ont déclaré que leurs employeurs n’utilisaient aucun logiciel de suivi des employés, mais Capterra a déclaré que cela pouvait varier en fonction de leur poste dans l’entreprise. Selon le rapport, les employés au niveau de la direction ont déclaré qu’ils n’étaient pas sous surveillance en milieu de travail à des taux plus élevés que ceux occupant des postes de premier échelon, ce qui indique que la surveillance des employés pourrait être utilisée plus souvent pour ceux des niveaux inférieurs.

Parmi les personnes interrogées, 65 % ont déclaré que la mise en œuvre d’outils de surveillance n’avait aucun effet perçu sur l’environnement de travail, et 23 % ont déclaré qu’elle rendait le lieu de travail plus « hostile » en ajoutant plus de stress au travail.

Le rapport a révélé que, selon les répondants, les entreprises avaient les raisons suivantes pour mettre en œuvre un logiciel de surveillance des employés. Près de 50 % croyaient qu’il était utilisé pour améliorer la productivité, 25 % croyaient que c’était pour vérifier que les employés travaillaient leurs heures exactes et seulement 13 % croyaient que c’était pour suivre leur charge de travail.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur le site IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Lire aussi :

Travail hybride : partenariat entre Microsoft et Rogers

La CIRA se penche sur les iniquités numériques en matière de télétravail

À quoi bon investir dans la technologie numérique si les employés ne peuvent la rendre utile ?

Traduction et adaptation française par Renaud Larue-Langlois.

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à sbalsara@itwc.ca.

Articles connexes

La Britannique Gigaclear choisit Exfo pour la surveillance de son réseau de fibre optique

Exfo, une firme de Québec qui se spécialise dans les tests, la surveillance et l’analyse pour le secteur des télécommunications, a été choisie par Gigaclear, un important fournisseur de services de télécommunications en milieu rural du Royaume-Uni, pour fournir une solution de tests et de surveillance à distance de la fibre afin de soutenir son expansion.

Augmentations salariales de 3,8 % prévues pour 2023

Normandin Beaudry, un cabinet de services-conseils en actuariat et rémunération globale, dévoilait hier les résultats de sa 12è enquête annuelle sur les augmentations salariales. Pour une deuxième année consécutive, les résultats révèlent que les organisations prévoient des budgets moyens d'augmentations salariales plus élevés que les tendances historiques, soit 3,8 % pour 2023, excluant les gels

Baisse de l’usage du Français pour naviguer sur l’Internet au Québec

Une enquête NETendances publiée aujourd’hui par l’Académie de la transformation numérique (ATN) de l’Université Laval révèle que près des deux tiers des adultes québécois (64 %) utilisent le plus souvent la langue française pour naviguer sur l’Internet. Cela constitue une baisse significative de quelque 12 points de pourcentage par rapport à la dernière enquête réalisée en 2020.

Rogers fournit plus d’informations à l’enquête du CRTC sur la panne du 8 juillet

Rogers a mis à jour sa réponse aux demandes de renseignements du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) avec des informations supplémentaires sur la cause de la panne de son réseau le 8 juillet dernier.

À quoi bon investir dans la technologie numérique si les employés ne peuvent la rendre utile ?

Une étude récente indique qu'un leader technologique canadien sur quatre pense que son utilisation des outils numériques et de la technologie n'a que peu ou pas d'effet sur la création d'une véritable valeur commerciale.