Les employés ont de nouvelles exigences suite à l’impact de la pénurie de talents et des licenciements

La pénurie massive de talents qui a touché l’industrie au cours du premier semestre 2022 pourrait être moindre après la vague de  licenciements, mais les travailleurs ont un tout nouvel ensemble de demandes en tant qu’employés, selon les experts.

Au cours des derniers mois, des entreprises technologiques d’Amazon à Shopify ont licencié un nombre important de leurs employés. Selon Layoffs.fyi, une startup qui suit les licenciements dans l’industrie technologique, cette année seulement, plus de 140 000 personnes aux États-Unis ont perdu leur emploi. 

Cependant, même avec les nombreuses mises à pied, les talents techniques qualifiés sont toujours en demande. 

« Malgré certains gros titres et les licenciements dans certaines des grandes entreprises technologiques, nous constatons toujours que les talents technologiques qualifiés restent très recherchés », a déclaré Mike Shekhtman, directeur régional principal chez Robert Half .

Il a ajouté qu’après la pandémie, l’instabilité de la main-d’œuvre technologique et les luttes économiques continues, les travailleurs redéfinissent ce que signifie être un employé. Il divise les nouvelles demandes en trois parties : salaire, cheminement de carrière et travail à distance.  

« Le salaire continue d’être le principal facteur de motivation pour les individus qui cherchent un nouveau poste. Ils ont le sentiment que leurs salaires sont en fait insuffisants », a-t-il déclaré.

Feras Elkhalil, président de IT/IQ Tech Recruiters , a fait écho d’un sentiment similaire. 

« Vous devez payer. Vous devez payer pour ces gens. Il y a une pénurie de ces professionnels talentueux et hautement qualifiés qui va toujours se poursuivre », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que la demande pour la main-d’œuvre qualifiée va se poursuivre, les entreprises devront donc répondre à ces besoins.

Les employés veulent également une croissance et un cheminement de carrière. 

« Ils ont le sentiment d’avoir un potentiel de croissance limité dans le rôle qu’ils ont. Donc, si je suis responsable du recrutement pour une organisation et que je définis clairement un parcours pour quelqu’un qui entre dans mon organisation, c’est un excellent moyen non seulement de retenir les personnes que vous avez dans l’entreprise… mais aussi d’attirer de nouveaux talents. Le cheminement de carrière est vraiment essentiel pour de nombreux professionnels à mesure qu’ils montent les échelons », a déclaré M. Shekhtman.

La croissance de la carrière est particulièrement importante pour la génération Z, la nouvelle génération de travailleurs, alors qu’elle commence à entrer sur le marché du travail. Une étude d’octobre 2022 réalisée par Workplace Intelligence et Amazon a révélé que 65 % des employés de la génération Z et de la génération Y quittent leur poste actuel parce qu’ils ne voient aucun moyen de passer à un nouveau rôle ou à un nouveau cheminement de carrière.

« Ils sont vraiment à la recherche d’opportunités de croissance… “Puis-je passer au niveau supérieur ? A quoi ressemble mon parcours ?” C’est énorme pour eux », a déclaré Feras Elkhalil. 

L’ exigence finale concerne les options de travail à distance. 

Des recherches récentes montrent que 87 % des répondants ont déclaré que les options de travail à distance améliorent leur équilibre global entre vie professionnelle et vie privée.

Une enquête Gallup de juin 2022 a révélé que huit personnes sur 10 travaillent de manière hybride ou à distance, tandis que seulement deux sur 10 sont entièrement sur place au bureau. Et une étude d’AT&T a révélé que le modèle de travail hybride devrait passer de 42 % en 2021 à 81 % en 2024.

Mike Shekhtman suggère que les employeurs soient ouverts sur le type de culture de travail qu’ils essaient de créer, que ce soit à distance ou en personne. Il a déclaré que la communication interne et externe aiderait à donner le ton de l’environnement pour ceux qui cherchent à rejoindre l’entreprise. Le problème de la pénurie de talents et des licenciements n’a pas de solution unique à ce stade, car c’est plus qu’un simple problème de l’industrie, mais aussi un problème économique.

Pour plus de détails, l’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à [email protected]

Articles connexes

Le télétravail inquiète les responsables de la sécurité, selon une enquête

Selon une nouvelle enquête de Cisco Systems, le nombre croissant d'employés travaillant à distance aujourd'hui est source de cheveux gris pour les responsables de la sécurité de données et les chefs d'entreprise ayant des responsabilités en matière de cybersécurité.

Google supprime 12 000 emplois

Sundar Pichai, directeur général d'Alphabet, la société mère de Google, a annoncé dans un communiqué et dans un courriel au personnel concerné basé aux États-Unis, que l'entreprise supprimerait environ 12 000 emplois, soit 6 % de ses effectifs.

Le gouvernement canadien annonce un modèle de travail hybride pour la fonction publique fédérale

À compter de l'an prochain, les Canadiens travaillant pour la fonction publique fédérale devront passer au moins deux ou trois jours par semaine au bureau, a annoncé jeudi la présidente du Conseil du Trésor, Mona Fortier. 

Les organisations devraient utiliser une stratégie de gestion des talents basée sur les compétences

Alors que les leaders technologiques luttent pour attirer les talents, ils doivent créer une organisation adaptative qui développe et applique les connaissances et les compétences pour stimuler la résilience, a révélé une nouvelle étude Forrester 

ILX Group examine les mesures que les entreprises doivent prendre pour se préparer à l’avenir

La société de conseil et de formation ILX Group vient de publier une nouvelle étude qui examine le déficit de compétences en intelligence artificielle (IA) auquel de nombreuses industries de pointe sont confrontées aujourd'hui, résultat de ce qu'elle décrit comme des pénuries de personnel, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, de l'inflation et de l'incertitude globale.