Les employés en ont assez des problèmes de connexion aux applications, selon un rapport

Se connecter à de nombreuses applications professionnelles – et parfois devoir se connecter à plusieurs reprises – agace de nombreux employés et nuit peut-être à leur productivité, selon un sondage réalisé par un fournisseur de gestion de mots de passe basé au Canada.

Après avoir interrogé 2 000 personnes au Canada et aux États-Unis qui travaillent principalement à temps plein sur des ordinateurs, le rapport de 1Password conclut que les méthodes de connexion utilisées par de nombreuses entreprises doivent être révisées.

« Il est grand temps pour les entreprises de prendre du recul et de repenser leur approche [de la gestion des accès des employés] », indique le rapport publié jeudi, « en accordant le même soin à rendre les services en ligne faciles à utiliser et centrés sur l’humain pour leurs employés qu’ils le font pour leurs clients. »

Selon l’enquête :

  • 44 % des personnes interrogées ont déclaré que le processus de connexion et de déconnexion dans leur organisation nuit à leur humeur ou réduit leur productivité.
  • 26 % ont déclaré avoir parfois renoncé à faire quelque chose au travail pour éviter les tracas liés à la connexion.
  • 38 % des employés ont déclaré avoir parfois tergiversé, délégué ou omis de configurer de nouvelles applications de sécurité au travail en raison de processus de connexion fastidieux.
  • 62 % ont déclaré manquer régulièrement des parties de réunions en raison de problèmes de connexion.
  • 45 % des employés utilisent des comptes personnels tels que la messagerie électronique et Facebook pour l’authentification unique au travail.
  • 27 % des employés pensent qu’il n’y a pas de différence entre l’authentification unique et la réutilisation des mots de passe.

Le rapport démontre « qu’il nous reste encore beaucoup de travail à faire du côté de l’authentification pour faciliter l’utilisation par les utilisateurs de la multitude d’applications sur lesquelles ils sont invités à se fier », a déclaré Steve Won, directeur produit chez 1Password, dans un entretien.

Le travail des leaders de la sécurité des TI « est de permettre aux gens d’être aussi productifs que possible et de s’écarter du chemin ». Cela inclut de leur offrir les meilleurs outils possibles pour s’assurer que le personnel a une bonne expérience utilisateur, ainsi que de leur faire utiliser des mots de passe forts et complexes. Une formation accrue en matière de sensibilisation à la sécurité est également essentielle, a-t-il ajouté.

Les employés doivent également comprendre qu’ils doivent penser à la cybersécurité à la maison, a déclaré Won, en grande partie parce que davantage d’employés travaillent désormais depuis leur domicile.

Le rapport souligne l’importance des solutions d’authentification unique pour que les employés n’aient pas à se souvenir de plus d’un mot de passe d’entreprise. Won a convenu que l’enquête pouvait être considérée comme intéressée par une entreprise qui vend un gestionnaire de mots de passe, mais il pense également que les résultats de l’enquête peuvent également profiter aux entreprises et aux consommateurs en montrant ce que les utilisateurs pensent des processus de travail auxquels ils doivent faire face.

Les choses vont assez mal pour que :

  • 43 % des personnes interrogées aient déclaré avoir trouvé au moins une fois une solution de contournement ou abandonné une tâche au travail en raison de problèmes de connexion.
  • 11 % aient déclaré avoir confié une tâche à un collègue afin de ne pas avoir à se connecter.
  • 13 % aient déclaré avoir abandonné une tâche professionnelle pour ne pas avoir à se connecter.
  • 16 % aient déclaré avoir partagé un identifiant ou utilisé l’identifiant de quelqu’un d’autre pour accéder à un compte ou à une application au travail.
  • 17 % aient déclaré avoir trouvé une solution de contournement pour effectuer une tâche afin de ne pas avoir à se connecter
  • 19 % aient déclaré avoir renoncé au moins une fois à se connecter à une application non critique parce que cela prenait trop de temps.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Howard Solomon
Howard Solomon
Actuellement rédacteur pigiste, Howard est l'ancien rédacteur en chef de ITWorldCanada.com et de Computing Canada. Journaliste informatique depuis 1997, il a écrit pour plusieurs publications sœurs d'ITWC, notamment ITBusiness.ca et Computer Dealer News. Avant cela, il était journaliste au Calgary Herald et au Brampton Daily Times en Ontario. Il peut être contacté à hsolomon@soloreporter.com.

Articles connexes

Décalage entre les conseils d’administration et les RSSI sur la cybersécurité

Les responsables de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) informent de plus en plus les conseils d'administration des stratégies de cybersécurité et du profil de risque de leur organisation. Mais une nouvelle enquête auprès de dirigeants suggère qu'il s'agit parfois d'un jeu du téléphone.

Un sondage de Cisco Canada révèle que l’innovation n’est pas une priorité pour la plupart des organisations canadiennes

Cisco Canada et Angus Reid ont publié un sondage qui révèle que les organisations canadiennes ont du mal à augmenter leurs investissements dans l'innovation.

Le gestionnaire de mots de passe Bitwarden obtient un financement de 100 millions de dollars

Le gestionnaire de mots de passe libre Bitwarden a reçu un investissement intéressant de 100 millions de dollars américains dirigé par la société de capital de croissance PSG.

Les Canadiens victimes des effets de la « surcharge d’informations »

OpenText, une entreprise qui développe et vend des logiciels de gestion de l'information d'entreprise, a publié hier une nouvelle enquête révélant dans quelle mesure les effets de la surcharge d'informations affectent les Canadiens et comment cela a changé durant la pandémie de COVID-19. 

De nombreuses entreprises nord-américaines n’ont pas d’assurance contre la cybercriminalité

De nombreuses organisations nord-américaines n'ont toujours pas de cyber assurance, révèle une nouvelle étude, et celles qui en ont n'ont pas une couverture suffisante.