Les centres de données peuvent économiser de l’énergie grâce à la technologie hybride de refroidissement liquide par immersion

OVHcloud a récemment introduit une nouvelle approche de refroidissement liquide hybride pour refroidir ses centres de données qui vise à permettre aux entreprises de réduire les coûts, de gérer leurs données de manière responsable et de les aider à réduire leur empreinte carbone.  

Le marché mondial du refroidissement des centres de données devrait doubler au cours des cinq prochaines années et les entreprises demandent de plus en plus une technologie de refroidissement pour mieux gérer les données, a déclaré la société.

Les avancées et les technologies émergentes, telles que le refroidissement par liquide, obligent les entreprises à réévaluer les conceptions des centres de données. La technologie de refroidissement liquide peut les aider à économiser de l’argent à long terme. De plus, la technologie vise à être durable, à lutter contre le changement climatique et à réduire la consommation d’énergie d’un serveur d’au moins 20 % par rapport aux unités refroidies par air. 

Généralement, les centres de données utilisent des ventilateurs pour faire circuler l’air pour le refroidissement, mais le refroidissement liquide utilise de l’eau ou d’autres formes de liquides diélectriques tels que l’huile de transformateur, les perfluoroalcanes ou l’eau purifiée pour absorber et éliminer la chaleur. Par rapport à l’air, l’eau est beaucoup plus efficace pour évacuer la chaleur. 

Le refroidissement par immersion est une technique de gestion thermique dans laquelle des appareils électroniques et des composants informatiques, voire des serveurs et des dispositifs de stockage complets, sont immergés dans un liquide ou un fluide de refroidissement diélectrique thermiquement conducteur mais électriquement isolant.

La technique hybride de refroidissement liquide par immersion d’OVHcloud utilise à la fois le refroidissement liquide et le refroidissement par immersion. Il se compose d’un système de refroidissement par eau direct sur puce et d’un système de refroidissement par immersion monophasé naturel passif, contenus dans des armoires spécialement conçues pouvant contenir jusqu’à 48 serveurs, chacun dans son propre réservoir.

Le liquide contenu dans le réservoir refroidit tous les équipements informatiques du serveur, plutôt que les unités centrales de traitement (CPU) et les unités de traitement graphique (GPU). Ce fluide remplace essentiellement l’air qui aurait circulé dans les armoires d’OVHcloud, améliorant l’efficacité de tout composant non refroidi par les systèmes de refroidissement à eau d’OVHcloud.

Selon Miroslaw Klaba, directeur de la recherche et du développement chez OVHcloud, l’approche de refroidissement liquide hybride présente de nombreux avantages. « Nous avons pu supprimer les systèmes de ventilation que nous avions à l’intérieur des racks eux-mêmes. Nous essayons de réduire l’utilisation de ce dont nous n’avons pas besoin. Les ventilateurs eux-mêmes n’y sont donc pas nécessaires. Cela réduit le coût, mais aussi l’électricité… car le prix de l’électricité, principalement en Europe, augmente », a-t-il déclaré.

La nouvelle « conception d’armoire passive » signifie qu’il n’y a ni pompes ni ventilateurs dans l’armoire, ce qui entraîne une consommation électrique nulle pour le refroidissement au niveau de l’armoire. Les armoires haute puissance peuvent fonctionner avec des températures d’entrée du centre de données allant jusqu’à 45 °C, permettant différentes charges de refroidissement dans différentes conditions climatiques.

« Le deuxième avantage concerne la température… Cela vous donne la possibilité d’utiliser cette chaleur et de la réutiliser », a ajouté Miroslaw Klaba, ce qui rend possible des systèmes de récupération de chaleur abordables.

Il a noté qu’OVHCloud avait choisi d’étendre sa présence en dehors de l’Europe au Canada, car cela aidait l’entreprise à réduire son empreinte énergétique globale au niveau du groupe. 

Le centre de données de l’entreprise au Québec, alimenté à 98 % par l’hydroélectricité, fournit une source d’énergie stable et renouvelable. OVHcloud ouvrira son deuxième centre de données canadien en Ontario en 2023, alimenté à 92 % par une énergie à faible émission de carbone. 

« Quand OVHcloud a décidé de s’étendre au-delà de l’Europe, nous avons cherché des emplacements qui ont du sens pour nos clients et qui sont durables, pour rester sur la bonne voie avec notre objectif d’être carboneutre d’ici 2030 », a indiqué Miroslaw Klaba.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à [email protected]

Articles connexes

La division d’informatique d’entreprise de Zoho ouvre deux centres de données au Canada

ManageEngine, la division d’informatique d'entreprise du fournisseur de logiciels infonuagiques Zoho, annonçait cette semaine l'ouverture de deux centres de données au Canada, l’un à Montréal et l’autre à Toronto.

OVHcloud lance des serveurs « bare metal » payables à l’utilisation, compatibles avec le nuage public

La société française d’infonuagique OVHcloud lançait hier son nouveau...

L’Université de Sherbrooke en tête du classement GreenMetric pour une 10e année

Pour une 10e année, c’est l’Université de Sherbrooke (UdeS) qui se retrouve en première place parmi les universités canadiennes au classement international GreenMetric. À l’échelle mondiale, elle se positionne au 16e rang parmi plus de 1000 universités de 85 pays, et au 4e rang en Amérique du Nord.

OVHcloud nommé « Major Player » par IDC MarketScape

OVHcloud, une entreprise européenne du domaine de l’infonuagique, a été nommée « Major Player » dans l’étude « IDC MarketScape: Worldwide Public Cloud Infrastructure as a Service 2022 Vendor Assessment »

Bell conclut un prêt lié au développement durable

Bell Canada annonçait hier avoir modifié ses facilités de crédit engagées existantes de 3,5 milliards de dollars pour les convertir en un prêt lié au développement durable.