Les Canadiens victimes des effets de la « surcharge d’informations »

OpenText, une entreprise qui développe et vend des logiciels de gestion de l’information d’entreprise, a publié hier une nouvelle enquête révélant dans quelle mesure les effets de la surcharge d’informations affectent les Canadiens et comment cela a changé durant la pandémie de COVID-19. 

OpenText a interrogé 27 000 consommateurs de 12 pays à travers le monde, dont 2 000 Canadiens. 

Les faits saillants de l’enquête révèlent que plus des trois quarts des répondants canadiens estiment maintenant que la surcharge d’information, y compris le bombardement constant de nouvelles, les médias sociaux omniprésents ou trop d’applications à consulter quotidiennement, contribue à leur stress quotidien. Cela se compare à seulement 43 % qui avaient indiqué dans une enquête OpenText menée en 2020 que la surcharge d’informations contribuait à leur stress quotidien.

De plus, seulement 44 % des employés canadiens qui ont répondu au sondage de cette année ont déclaré qu’ils estimaient disposer des bons outils numériques pour travailler à la maison. Cependant, au début de la pandémie, 67 % des personnes interrogées ont déclaré se sentir préparées pour le travail à distance.

Trente-neuf pour cent des employés ont déclaré qu’ils passaient normalement une heure ou plus par jour à rechercher sur les réseaux de l’entreprise ou des systèmes partagés des fichiers de travail spécifiques ou des éléments d’information uniquement pour effectuer des tâches pour leur travail, et près de la moitié ont déclaré que les informations dispersées sur plusieurs sites. entravent leur capacité à trouver les informations dont ils ont besoin pour faire leur travail.

L’enquête a également révélé qu’environ la moitié des employés interrogés utilisent des systèmes de partage de fichiers personnels tels que OneDrive, Google Drive, WhatsApp et Dropbox pour le partage de fichiers liés au travail afin de leur faciliter la tâche.

Plus d’informations sur l’enquête et ses résultats (en anglais) sont disponibles ici.

L’article original (en anglais) est disponible sur IT World Canada, une publication sœur de Direction informatique.

Adaptation et traduction française par Renaud Larue-Langlois.

Samira Balsara
Samira Balsara
Samira est rédactrice pour IT World Canada. Elle poursuit actuellement des études en journalisme à la Toronto Metropolitan University (anciennement Ryerson) et espère devenir présentatrice de nouvelles ou rédiger des profils journalistiques. Vous pouvez lui envoyer un courriel à sbalsara@itwc.ca.

Articles connexes

Décalage entre les conseils d’administration et les RSSI sur la cybersécurité

Les responsables de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) informent de plus en plus les conseils d'administration des stratégies de cybersécurité et du profil de risque de leur organisation. Mais une nouvelle enquête auprès de dirigeants suggère qu'il s'agit parfois d'un jeu du téléphone.

Un sondage de Cisco Canada révèle que l’innovation n’est pas une priorité pour la plupart des organisations canadiennes

Cisco Canada et Angus Reid ont publié un sondage qui révèle que les organisations canadiennes ont du mal à augmenter leurs investissements dans l'innovation.

Les employés en ont assez des problèmes de connexion aux applications, selon un rapport

Se connecter à de nombreuses applications professionnelles – et parfois devoir se connecter à plusieurs reprises – agace de nombreux employés et nuit peut-être à leur productivité, selon un sondage réalisé par un fournisseur de gestion de mots de passe basé au Canada.

De nombreuses entreprises nord-américaines n’ont pas d’assurance contre la cybercriminalité

De nombreuses organisations nord-américaines n'ont toujours pas de cyber assurance, révèle une nouvelle étude, et celles qui en ont n'ont pas une couverture suffisante.

L’analyse continue est la clé pour assurer la sécurité des PME, selon un rapport

L'objectif de la mise en œuvre de la vérification systématique trouve son chemin dans les environnements des petites et moyennes entreprises (PME), et une étape vitale implique la mise en œuvre d'une analyse continue des vulnérabilités, révèle un rapport publié cette semaine.